15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Veni, vidi, vidéo : le scénario

Publié le 20 juillet 2010
4 min

Suite de notre petite série sur la construction d’histoires vidéo et initiée par un point sur le « synopsis »:https://www.etourisme.info/article/1167/veni-vidi-video-le-synopsis. Des vidéos, on en découvre quelques unes dans les sites des organisations locales de tourisme. Et, bien naturellement, il y en aura de plus en plus. Et comme tout contenu, elles devraient s’appuyer sur une structure narrative. Voici quelques manières de faire avant de bondir sur votre couteau suisse numérique.

Tout d’abord regardez trois modèles de vidéos fort différentes :
* une assez exemplaire par la simplicité de l’histoire (un synopsis qui dit : montrons l’énergie positive de l’Islande et appuyons nous sur nos talents artistiques d’abord et ensuite sur nos concitoyens), mais puissante en mobilisation de moyens techniques et humains « Inspired by Iceland de l’OT d’Islande »:http://vimeo.com/12236680 dont la campagne a déjà été évoquée par « Philippe »:https://www.etourisme.info/article/1158/islande-les-e-ambassadeurs-de-destination.
* une deuxième, très argument de vente, à la fois touristique et appel à investisseurs : le synopsis dit qu’il faut attirer le touriste en lui démontrant le caractère moderne et la bonne efficacité du pays, en l’occurence le « Chili »:http://www.youtube.com/watch?v=tAmfpIqI7bw. Là, on suit des personnages en voyages : c’est du reportage publicitaire. Les touristes font office de guides à travers Santiago dont l’OT est l’émetteur de cette vidéo.
* une troisième, dans un genre institutionnel assez prisé : le catalogue d’images à la fois pour les touristes et pour les résidents, ici « l’OT de Roissy en France »:http://www.youtube.com/watch?v=pVmtOlUJHxM, charmant village d’Ile de France.
* et une quatrième, plus dynamique mais volontiers attrape tout, ce qui est le piège classique dans les vidéos d’OT réalisées avec peu de moyens, celle de « l’OT des Vans »:http://www.youtube.com/user/otPaysDesVans#p/a/u/2/2ymNDTTGix4.

Vous trouverez d’autres modèles en capacité de vous inspirer. Mais maintenant, il est temps de s’intéresser à la construction du scénario d’une brève vidéo, si possible organisée comme une mini-histoire, le seul genre qui puisse vraiment intéresser et retenir le public.

Les grandes lignes de l’histoire ont été écrites dans le synopsis. L’étape suivante s’appelle le séquencier : ce plan détaillé construit un découpage chronologique de toutes les situations réparties en séquences. Sur une brève vidéo, on n’envisagera pas trop de séquences (4 par exemples pour 1 minute de vidéo montée), mais on peut ajouter des plans séquences qui seront plus brefs (quelques secondes). Le séquencier permet lors de l’écriture, c’est à dire avant le tournage et bien avant le montage, de préciser le sens de l’histoire, l’importance des messages à communiquer (et leur ordre), ainsi que des plans à filmer. Il resserre le sujet sur l’essentiel et évite d’expliquer ce que l’on montre à l’image. Un repérage préalable sur le terrain est indispensable. On n’est pas non plus esclave d’un tel séquencier qui ne fige pas votre histoire, mais il constitue une méthode de travail qui permet d’anticiper et de résoudre en amont les questions et problèmes qui ne manqueront pas de se poser. Le séquencier peut aussi être nommé conducteur, dans ce cas il précise en plusieurs colonnes les aspects techniques requis (son, éclairage, animations, temps du plan…).

Cet outil peut être complété, en tous les cas il l’est dans le cadre de films longs, par un scénario. Le scénario est l’outil de construction narrative et technique d’un film ou d’une animation (jeu vidéo, émission de fiction de radio, bande dessinée…).

Dans un scénario, on essaie de se concentrer sur l’évolution et les propos des personnages qui, de manière concise, permettent d’enchaîner sur une découverte du sujet que l’on veut présenter. Le scénario est une continuité dialoguée si l’on fait intervenir des personnages. Il faut donc écrire leurs dialogues qui doivent être brefs et se compléter sans être binaire. Exemple à bannir : ??tu as faim ? oui j’ai faim. On va manger ? D’accord, allons au restaurant??.

Exemple d’un début de scénario (purement fictif)

* Séquence 1 : Dans les rues du village – Ext.jour

* Plan S1.1

* C’est le printemps. Il fait beau dans une campagne du Nord de la France. On se dirige vers un village à bord d’une décapotable. La campagne défile. Musique

* Plan S1.2

* Puis on se gare et deux personnes en descendent. Elles s’avancent vers les remparts. Un homme et une femme d’environ 30 ans. Ils portent une tenue de ville. La femme prend son appareil photo.

* VIRGINIE
* Il paraît que l’une des spécialités, c’est les glaces à la rhubarbe.

* PAUL
* Faudra attendre alors.

* VIRGINIE
* Tu crois qu’il faut faire la queue chez les glaciers ?

* PAUL
* Ma chérie, je te rappelle qu’on est en mai, et la rhubarbe, c’est en août. Moi, c’est leur musée des chaises percées qui m’intéresse.

* Plan S1.3

* Virginie est Paul se guident via leur Iphone jusqu’au musée. On découvre des rues sympas.

* Séquence 2 : dans le musée.

Etc…
Et pour vous aider, nous avons partagé un « modèle de séquencier »:https://docs.google.com/document/pub?id=1TlUzjNEUz-jahwg34HWwLbF2wHsGiJrLyHhsgCyl_cI. A utiliser après formalisé un bon synopsis (l’histoire en quelques lignes).
Combien ça coûte d’écrire une bonne vidéo ? D’un peu de temps et d’huile de coude avec les solutions de type diaporama animé, à quelque milliers d’euros, réalisation comprise pour une 60′ à 90′. On est très loin des coûts d’un documentaire TV à 300 000 €, d’une fiction télé à 1,5 million ou d’une fiction cinéma à 6 millions d’euros. Mais souvenez-vous que pour toute vidéo, il faut un scénario.

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
274 articles
François Perroy est aujourd’hui cofondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques et directeur de l’agence Emotio Tourisme, spécialisée en marketing et en éditorial touristiques. Il a créé et animé de 1999 à 2005 l’agence un Air de Vacances.  Précédemment, il a occupé des fonctions de directeur marketing au sein de l’agence Haute Saison (DDB) et de journaliste en presse professionnelle du tourisme à L’Officiel des Terrains de Camping et pour l'Echo Touristique. Il [...]
Voir les 0 commentaires

0 réponse à “Veni, vidi, vidéo : le scénario”

  1. […] les pays nordiques nous inspirent, et tout particulièrement l'Islande, dont Philippe et François nous parlaient l'été 2010 à propos de leurs campagnes […]

Également sur etourisme.info