15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Mon office de tourisme vaut bien un architecte !

Publié le 30 novembre 2021
4 min

Le maire de Versailles a présenté il y a quelques semaines le projet du nouvel office de tourisme de la ville. Il devrait voir le jour fin 2023, quelques mois avant les Jeux Olympiques de 2024. Derrière cette information, somme toute assez classique, deux éléments ont retenu mon attention : le projet a donné lieu à un concours d’architectes, et il y a un vrai parti-pris dans l’emplacement et la conception de l’Office de Tourisme : je vais y revenir. Deuxième chose, c’est le coût : avec l’aménagement paysager, ce sont 5 millions d’euros qui vont être investis par la ville pour disposer d’un local de 400 m2, tout de bois et de verre.

Photo DR/PCA_Stream

utiliser l’office de tourisme comme élément du patrimoine urbain

Pourquoi l’Office de tourisme serait juste un batîment administratif, alors qu’il peut constituer un élément majeur du patrimoine de la destination? C’est la réflexion qui prévaut dans le projet versaillais. Comme le détaille le site batiactu.com, l’Office constiutera un trait d’union entre la gare de Versailles et le château, et « valoriser l’arrivée des 1,3 millions de touristes annuels ». L’architecte lauréat du concours, Philippe Chiambaretta annonce  un style à la fois classique et moderne, mêlant pierre et bois, dans une géométrie carrée, affirmant avoir voulu revisiter la notion de pavillon en proposant un péristyle à 10 colonnes, offrant quatre façades indépendantes.

Le travail du cabinet d’architecte, consultable sur leur site, a pris en compte le parcours visiteur : comment encourager les touristes étrangers à faire halte à l’Office de Tourisme pour acheter leur billet? Et en même temps, offrir à Versailles un « troisième Trianon », véritable oeuvre architecturale.

Extraits du dossier d’architecte

Le budget investi (5 millions, avec l’aménagement extèrieur et une oeuvre d’art) montre bien que ce la ville a fait un vrai choix en s’équipant d’un Office de Tourisme de ce niveau architectural…

A Bayonne, le pavillon blanc monolithe

Versailles n’est heureusement pas le premier Office de Tourisme a bénéficier d’une vraie réflexion architecturale. Voici deux exemples (et ils ne sont pas exhaustifs, n’hésitez pas à apporter des suggestions dans les commentaires).

A Bayonne, le nouvel Office de Tourisme, livré en 2016, a lui aussi bénéficié d’un concours d’architecte. Les lauréats, le cabinet Gayet et Roger ont réalisé réalisé un nouveau pavillon ajouté au bâtiment existant et conçu comme une « folie » posée dans l’espace paysager de la place des Basques.

Voici décrit le parti-pris : L’extension, conçue comme un monolithe de béton blanc et de verre, établit par sa simplicité formelle une dualité forte avec le bâtiment existant. Un large auvent abrite le parvis, offrant au visiteur un premier espace extérieur accueillant, abrité des intempéries et offrant une ombre salvatrice l’été. Largement ouvert sur la ville et le paysage, ce petit pavillon donne à voir, derrière sa large vitrine, l’agencement sur-mesure répondant aux nouvelles formes d’accueils du public et de promotion du territoire.

En effet, l’organisation de l’accueil au sein de l’Office de Tourisme de Bayonne est tout à fait novatrice, extrêmement mobile et adaptable

Photo Sergio Grazia, Gayet et Roger

Le mur de vin de l’office de tourisme vienne condrieu

A Vienne Condrieu (Rhône Isère), c’est l’agence CR&ON qui a travaillé sur le Pavillon du tourisme, avec là aussi, une démarche architecturale très aboutie : Le projet, sa forme et son esprit, évoque un pavillon soulevé du sol, qui expose sa terre, son terroir, ses racines, ses ressources et ses plaisirs. Au sens architectural, ce pavillon, objet inattendu, interroge, suscite l’intérêt et la visite. Au sens imagé, ce pavillon est la chambre d’écho de l’Office du Tourisme, à l’écoute et au service des acteurs de son territoire.

Dans cet exemple, l’aménagement intérieur a permis de donner une fonction particulière au lieu, qui est notamment une vitrine des produits locaux avec un superbe « mur à vin » qui est le phare de l’Office de Tourisme. Dans le reportage ci-dessous, réalisé par la société Logitourisme en 2018, les différentes activités novatrices de l’Office de Tourisme sont développées : une boutique qui bouscule les codes, avec des « racines » comme présentoir, des mobiliers totalement modulaires, des cours de cuisine, etc.

ARRÊTONS DE BATIR DES OFFICES DE TOURISME COMME DES SALLES DES FÊTES…

Je souhaitais présenter le projet de Versailles, comme les deux réalisations de Bayonne ou de Vienne Condrieu pour montrer aux services des intercommunalités ou des communes que non, on n’est pas obligé de construire un Office de Tourisme comme un centre administratif ou une salle des fêtes lambda. Que non, le projet du nouvel Office de Tourisme ne se limite pas au nombre de mètres carrés et à la réserve pour la documentation. Que oui, l’appel à des architectes qui pourront exprimer un objectif, une idée dans la réalisation du lieu conforte l’image du territoire et son offre touristique. Que finalement, un Office de Tourisme, c’est aussi un élément du patrimoine local et que donc on peut en prendre soin…

Et je suis preneur dans les commentaires d’autres exemples, réalisations architecturales d’Offices de Tourisme, qui finalement s’avèrent nombreuses aujourd’hui…

Je partage l'article
Voir les commentaires
8
760 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 8 commentaires
Également sur etourisme.info