15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Métavers, LA solution pour un tourisme durable !

Publié le 18 février 2022
8 min

J’ai longuement hésité à mettre un point d’interrogation à la fin du titre de cet article. Les anti-metas-pro-green-authentic-tourism devraient déjà fulminer #onveutduvraibordel. En effet, le tourisme ce n’est pas ça, ce n’est pas un pseudo bonheur virtuel : c’est de la proximité, de l’humain, de l’authentique,…

Assurément, mais comme le soulignait Guillaume dans un récent article, les investissements dans les métavers sont déjà monstrueux : une capitalisation de marché de 30 milliard de $ (concernant seulement les 190 tokens listés sur coinmarketcap), des acteurs du social qui y dédient des sommes colossales (plusieurs dizaines de milliards de $ pour Facebook),…etc

La question n’est donc pas de savoir quand on y va mais comment on exploite au mieux ces technologies dans nos modèles.

LES METAVERS : UNE DEFINITION ET UN PEU D’HISTOIRE !

Selon wikipedia : Un métavers (de l’anglais metaverse, contraction de meta universe, c’est-à-dire méta-univers) est un monde virtuel. Le terme est régulièrement utilisé pour décrire une future version d’Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via interaction 3D. Une autre définition conçoit le métavers comme l’ensemble des mondes virtuels connectés à Internet, lesquels sont perçus en réalité augmentée.

Quelques dates clés (1) :

1992 | Roman dystopique “Le samouraï virtuel” de Neal Stephanson : On y retrouve le récit d’un monde apocalyptique dans lequel un riche entrepreneur a bâti un monde parallèle, mêlant réalité virtuelle et augmentée, pour contrôler l’esprit de ses utilisateurs.

2003 | Second life, le 1er métavers gratuit en 3D : Cet univers a séduit plus de 20 millions d’utilisateurs mais n’a pas résisté en 2008 au combo crise des subprimes et désintérêt progressif des investisseurs et clients.

2018 | Reader player one réalisé par Steven SPIELBERG : Un film référence qui dépeint une humanité préférant s’enfermer dans un métavers addictif, dispendieux et contrôlé par des grandes entreprises.

2020 | Concert de Travis SCOTT sur Fornite : Travis SCOTT a été la star du premier immense concert 100% virtuel au sein de Fornite et a réussi l’exploit de réunir 12 millions de spectateurs.

2021 : Lancement de Meta : Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg annonce que son entreprise change de nom et de concept et lance un métavers.

3 PROJETS INSPIRANTS

HOLORIDE

Audi a annoncé lors du CES 2019 la création d’Holoride. Via une start-up indépendante mais soutenue par ce constructeur automobile et également par Porsche, l’objet est de développer une solution de divertissement en réalité virtuelle à destination des passagers arrière d’une voiture. La technologie utilise un casque de réalité virtuelle avec des capteurs qui est couplé avec le véhicule. Le contenu du casque s’adapte donc en temps-réel aux mouvements de la voiture.

En termes de contenus, différentes expériences sont proposées pour s’évader hors de l’habitacle du véhicule : pilote d’un vaisseau spatial, découverte du monde jurassique mais le tourisme de proximité pourrait être un terrain de jeu intéressant pour passer du virtuel au réel.

Enfin, Holoride défends les bénéfices d’une solution permettant de réduire considérablement les symptômes du mal des transports. A voir donc si vous aurez une totale sérénité de conduite pendant un long trajet familial ou si malheureusement il vous faudra nettoyer les sièges après 10 min de route.

NEXTEARTH

Next Earth offre la possibilité aux utilisateurs d’être le propriétaire de terrains virtuels (sous forme de NFT) dont les parcelles sont la réplique exacte de la Terre. Dès lors vous avez la possibilité de vendre et d’échanger ces biens à votre guise.

Par ailleurs, NextEarth s’engage pour l’environnement via une “charity pool” alimentée par les différentes transactions sur la plateforme : Next Earth – Blockchain Metaverse Project. Plus d’un million de $ ont déjà été collectés et ce n’est que le début.

Enfin, avec l’évolution rapide de la technologie VR, elle vise à devenir une plate-forme de métavers sociale entièrement immersive qui peut remplacer la réalité physique.

plus d’info : • https://nextearth.io

WILDIMMERSION

Un projet en construction mais dont la volonté affirmée est de développer une approche ludo-éducative via une expérience immersive permettant de sensibiliser aux enjeux de la biodiversité. Pour donner vie à ce Métaverse, Wild Immersion va capitaliser sur son catalogue de plus 160 animaux filmés en 360° sur tous les continents.

Le business model sera basé sur l’abonnement et l’achat de « skins » mais il y aura une profonde mécanique permettant d’amener aux dons pour soutenir des associations de préservation de la nature. Des programmes de sauvegarde d’animaux ou d’achat de terres pour réensauvager des zones seront mis en avant sur l’ile Wild Angels et via les mécaniques de jeux (gagner un skin spécial si vous soutenez une association)

A découvrir : https://drive.google.com/file/d/11OaxRxLQiWt9ilXq5aB8V-gzBzh_EosE/view

MAIS

LES METAVERS : c’est sale !

Difficile d’aborder les métavers sans les décorréler des cryptos et des à priori négatifs sur ces technologies : en gros, c’est une bulle qui pollue et qui sert à financer des initiatives terroristes. Même si la radicalité est tendance aujourd’hui, il convient de lui opposer modération et rigueur scientifique :

S’agissant de l’industrie du minage et de son impact environnemental :

Elle représente 0,1% de la consommation mondiale d’énergie (2) et vient concurrencer directement l’or et l’industrie bancaire qui ont des impacts environnementaux bien plus importants. Tout est une question de point de vue : une technologie supplémentaire qui pollue ou une technologie plus vertueuse qui a vocation à remplacer un vieux modèle.

Les antis ne manqueront pas de souligner également que ces technologies nourrissent le blanchiment d’argent. Le récent rapport Messari (3) fait cependant apparaitre un volume de transactions illicites de 0,15% en 2021 (contre 0,34% en 2020). Des chiffres qu’il convient à mettre en perspective avec le blanchiment d’argent dans les circuits traditionnels estimés entre 2 et 4%.

LES METAVERS : quid de la souveraineté des données ?

Comme l’évoquais Elsa FERREIRA dans l’ADN (4) : “La question est de savoir si nous allons pouvoir vivre dans un métavers, ou un réseau numérique mondial, comme des humains, des personnes avec des droits et une vie privée, ou comme les esclaves de ceux qui possèdent le métavers et qui peuvent observer, prédire et manipuler nos comportements”.

Il apparait fondamental de conserver la philosophie originelle d’un monde libre et décentralisée car, ne nous y trompons pas, les géants du web seront au rendez-vous pour tenter de contrôler ces mondes virtuels avec leur propre monnaie virtuelle, leurs taux d’intérêts virtuels, les loyers de vos appartements ou bureaux virtuels, vos vacances virtuelles,…etc.

Mark Zuckerberg affirme très clairement vouloir créer un monde alternatif, parallèle, perpétuel, dans lequel les utilisateurs pourront évoluer, sociabiliser, travailler, s’amuser.

Aux états de réagir vite : le risque est grand de perdre leurs prérogatives face à ces grandes entreprises privées si l’adoption des métavers s’annonce fulgurante et massive. Rien ne dit cependant qu’un contrôle des états garantira cette “philosophie originelle”. Leur rôle est de donner de la réassurance aux électeurs utilisateurs sans capter la totalité du pouvoir.

MAIS

LES METAVERS : c’est inclusif !

La courbe d’adoption des Metaverses va être vertigineuse et donc des milliards de personnes vont pouvoir voyager virtuellement via des contenus de plus en plus riches. Vous pourrez le temps d’un weekend, aller surfer à Uluwatu, fêter la victoire du Stade Rochelais contre Toulouse à Twickenham, frissonner lors d’une messe gospel à harlem et finir l’après-midi dominicale par une balade en kayak dans les gorges du Tarn,…et ce, sans jetlag et pour seulement quelques altcoins.

Quelques chiffres :

Nombre de touristes internationaux en 2019 : 1,460 milliards

Nombre de touristes internationaux en 2020 : 398 millions

Population mondiale en 2021 : 7,87 milliards

Prix d’un casque VR : 350€

LES METAVERS : c’est une source de revenus supplémentaires pour les acteurs !

Cette hybridation constitue une véritable opportunité. Les acteurs vont pouvoir virtualiser leur activité et donc bénéficier d’une source de revenu supplémentaire. Comme l’évoque Daniel DOPPLER , Président de Quicktext dans TOM, : « Aujourd’hui, il n’y a pas un seul hôtel qui n’est pas sur Internet, je pense qu’il se passera pareil avec le métavers », et d’ajouter « Alors oui, les hôteliers n’en ont pas besoin là maintenant, mais je les invite à y réfléchir. Pour ceux qui sont déjà en retard, le fossé se creusera davantage ». Il s’agira de jongler habilement entre les services réels et les prestations proposées par son jumeau numérique dans les métavers (voire d’imaginer des offres couplées) et que les flux réels et virtuels s’alimentent conjointement.

LES METAVERS : c’est bientôt une expérience proche du réelle !

Les technologies seront rapidement au rendez-vous pour une expérience proche du réelle. Le gant haptique reproduit déjà la sensation du toucher. La veste TactSuit, déjà commercialisée, est quant à elle équipée de 40 points haptiques qui émettent des vibrations afin de donner la sensation de prendre des coups. Autre exemple, le tee-shirt haptique conçu par OWO permet de sentir un coup de feu, le vent, quelqu’un qui vous attrape le bras et même l’étreinte d’une personne grâce à 30 électrodes qui émettent de légères pulsations électriques. La technologie devrait être commercialisée à la fin de l’année à un prix de 450 dollars.

EN CONCLUSION

Chaque techno a sa dualité, ses bénéfices et ses côtés sombres. L’écosystème Crypto-Nft-Métavers a le mérite de vouloir donner du pouvoir et de la liberté aux individus. S’oriente-t-on vers un tourisme polymorphe ? Comme l’évoquait déjà en avril 2021, Armelle SOLELHAC dans la rapport Tourisme du futur (5), vers un savant mélange entre un tourisme virtuel de masse (pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers suffisants) et tourisme physique de classe et d’espace (des lieux lointains préservés, peu fréquentés et réservés à une élite financière) ?

Un des enjeux consistera à convaincre les touristes virtuels aux bénéfices du tourisme réel de proximité.

Assurément un scénario (bien réel) qui sert la vision d’un tourisme plus inclusif, bienveillant, durable …que nous défendons tous. Gageons que nous saurons trouver les côtés positifs de cette révolution.

Alors, vous aussi, vous pensez que les métavers sont un cadeau pour le tourisme durable ?

sources

(1) : Le métaverse, de la dystopie à la réalité (franceculture.fr)

(2) : Source – Université de cambridge Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI) (ccaf.io)

(3) : Conclusions du rapport Messari par hasheur : Récapitulatif du rapport Messari | Partie 1 – YouTube

(4) : https://www.ladn.eu/media-mutants/web3-nft-crypto-metavers-entre-arnaque-bullshit-et-cauchemard-et-si-nous-reprenions-le-controle/

(5) : Le futur du tourisme en 2030 : grandes tendances, plan d’actions & re… (slideshare.net)

Je partage l'article
Voir les commentaires
3
4 articles
Gallic GUYOT est Directeur exécutif de Charentes Tourisme. Titulaire d’une Maîtrise de mathématiques pures et ingénieur en technologie de l’information et de la communication, Gallic est passionné d’innovation, de nouveaux modèles, d’opérationnel, de projets plein de sens, d’approches collaboratives, d’efficience, d’agilité…. « Encouragez l'innovation. Le changement est notre force vitale, la stagnation notre glas. »
Voir les 3 commentaires
Également sur etourisme.info