15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Mes vacances simplifiées

Publié le 25 août 2010
3 min

Je pars rarement en été et en général, j’improvise. Là, j’ai décidé la veille pour le lendemain. J’ai pris la fuite par des chemins de contrebande pour aller visiter quelques caves en Rioja et pour séjourner dans la ville de Zaragoza (Espagne). Comment fait-on en août pour effectuer ses choix au dernier moment ? Le plus simplement du monde !

D’abord, il faut se dire qu’à l’exception des spots touristiques, il y a de la place partout. J’ai séjourné dans des « **** »:http://www.hoteles-catalonia.com/es/home.jsp à 60 € la nuit ! Il suffit de chercher quelques minutes sur le web, de lire les commentaires sur Trip Advisor (de très loin le plus fourni sur l’Espagne urbaine), et hop, le tour est joué. Wifi gratuit garanti pour 24 h. Si si, je vous assure, j’ai décroché cet été ! Une vraie vie de rentier pendant ces vacances !.

Et pour visiter les caves ? Là, c’est plus classique : le « portail touristique officiel »:http://www.lariojaturismo.com/ remplit parfaitement sa mission. Déjà, il m’informe plusieurs fois par semaine via Twitter et Facebook des événements de la région et notamment de son « concours »:http://blog.una&ntildeosabatico.es qui offre une année sabbatique à la meilleure initiative. Puis il me recommande les bonnes adresses par un rubricage assez convaincant. Le seul hic, c’est le fameux découpage territorial : d’un côté La Rioja Comunidad et de l’autre La Rioja Alavesa. Les deux se touchent, les paysages sont similaires, les distances sont hyper-réduites, mais chaque organisation ne promeut que son offre ! Vous connaissez le pitch ? Alors en touriste simplet, on s’y perd un peu. Ensuite, par mail (vive les smartphones !), j’ai réservé mes visites au fur et à mesure de mon avancée (la veille pour le lendemain) et finalement tout s’est bien déroulé. C’est sûr, il faut penser à désactiver régulièrement les données à l’étranger pour éviter les flux continus qui peuvent charger la facture. Mais en contrôlant sa consommation par intermittences et en bénéficiant d’un crédit offert par Orange, j’ai géré toutes mes résas en mobilité au moindre coût. Il y a encore du boulot du côté des bodegas pour qu’elles soient bien présentes dans l’univers numérique, mais globalement ça marche.

Bon, après dans les caves, j’ai souvent été l’objet d’attentions particulières, d’abord des guides, puis des autres visiteurs (groupes) qui s’étonnait de mes prises de notes, photos, films et préparation des autres visites. A noter : seul dans ce cas de figure parmi les divers groupes de 10 à 20 personnes où je me suis greffé (majorité d’Espagnols, quelques Français, Belges et Américains). A croire que les mobinautes n’aiment pas le tourisme oenologique ?

De là, je suis parti à Zaragoza, « ciudad movil »:http://www.zaragoza.es/ciudad/accesointernet/enlace/conocimiento/wifipuntos.htm : la ville a installé des zones wifi gratuites dans le vieux centre. Ce qui ne l’empêche pas de disposer de bureaux physiques. Là, on promet des écrans tactiles que l’on n’a pas trouvé. Le site de l’office de tourisme est assez bien fichu. Sa présence dans les réseaux sociaux est indéniable (quoi que faible sur Twitter) et un « OT virtuel »:http://www.zaragoza.es/ciudad/turismo/es/enlinea/oficina_virtual2.htm a été mis en place avec Eva qui répond parfaitement bien à nos questions. Un soir, j’ai croisé une geek (une vraie, si ça existe dans la vraie vie !), francophone de surcroît, guidant sa tribu avec son Iphone : « c’est par là » (une jolie expression que je me propose d’utiliser un jour pour un service numérique : le produit Cestparla…).

Franchement, c’est la deuxième fois que je pars sans guide papier cette année (Baja California d’abord, un pur oubli de ma part) et ça marche presque aussi bien. Sauf pour lire tranquillement quelques pages fortement documentées. Vivement l’Ipad ! En tous les cas, c’est sûr, pour des séjours de proximité et à l’exception des grandes villes courues, je ne réserve plus rien à l’avance : voilà l’un des effets majeurs des outils mobiles, l’instantanéité. Ce qui oblige les opérateurs à concevoir produits, services et arguments marketing en fonction de cette nouvelle donne. Pas trop compliqué quand on s’en tient à de la promo, plus difficile quand on a 50 chambres ou 500 emplacements de camping à remplir tous les soirs !

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
274 articles
François Perroy est aujourd’hui cofondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques et directeur de l’agence Emotio Tourisme, spécialisée en marketing et en éditorial touristiques. Il a créé et animé de 1999 à 2005 l’agence un Air de Vacances.  Précédemment, il a occupé des fonctions de directeur marketing au sein de l’agence Haute Saison (DDB) et de journaliste en presse professionnelle du tourisme à L’Officiel des Terrains de Camping et pour l'Echo Touristique. Il [...]
Voir les 0 commentaires

Les commentaires sont fermés.

Également sur etourisme.info