15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Faites le pont de la mobilité

Publié le 31 octobre 2022
5 min

La mobilité est au cœur de nombreux débats, schémas d’orientation, rapports, études. L’objectif est de comprendre, influer et accompagner une nouvelle donne de la mobilité et qui impacte les étapes du parcours de voyage et de pratiques de loisirs. Ce sujet a été au cœur de nombreux moments lors des Rencontres du Etourisme ce mois d’octobre avec ateliers et plénière consacrés. Un regard dans le rétro pour cet article avec l’atelier que j’ai pu animer au côté de Julien de Labaca. Morceaux choisis

Acculturer, sensibiliser, se former

Les enjeux globaux de la mobilité sont globalement peu abordés sur le terrain pour avoir une culture collective de cette thématique. Les rapports clairs et précis de ces dernières années nous donnent des éléments décisifs pourtant : la mobilité est le LE sujet concernant les émissions de gaz à effet de serre générées par notre activité. Les stratégies et schémas d’orientation touristique en font le sujet numéro 1 à traiter.

Les services de mobilité bougent, les offres de mobilité se diversifient. Se former à ces dynamiques sur son territoire est un devoir pour tout accueillant sur la destination.

Les liaisons intermodales, les services de mobilité partagée, les tarifications de transports, les fréquences, les locations de véhicule, les locations de vélo, de trottinettes, les canaux de distribution en physique et en ligne.. tout bouge chaque année. Avez-vous une session annuelle, bi-annuelle, concrète de mise à jour ?

Se former aussi pour créer. Créer notamment des circuits de mobilité alternatifs quelques soient les caractéristiques de son territoire. Le parcours street art en trottinettes aura autant de sens qu’un tronçon de route des vins en vélo électrique, que de designer le parcours gare > centre-ville autrement que via Google Map.

Décloisonner

« Faites le pont de la mobilité », c’est aussi décloisonner une approche « transport » pour une approche « service ». Véhicule partagé, transport en commun, location de vélo, de trottinettes, etc Quels services autour de ces possibilités de mobilité ?

Quelques bonnes pratiques sont déjà bien connues notamment autour du vélo et des démarches comme Accueil Vélo (lieux identifiés, réparations, stationnement, renseignement, sanitaires, etc). Les stations de réparation, associées à des points d’eau, avec des casiers sécurisés sont des exemples.

Nous pouvons reparler également du concept des éco-station de la Bulle Verte (Prix du public 2021 au Startup Contest des Rencontres etourisme). « Une bulle verte est une éco-station de services conçue autour des mobilités douces et proposant des itinéraires – découverte avec points d’intérêts. Elle est la solution idéale pour découvrir un lieu à partir de contenus originaux dévoilés au fur et à mesure des parcours. »

L’office de tourisme bascule aussi en office de tourisme et de mobilité comme le projet à Montlouis-Vouvray avec accès à des services de réparation, de repos, de douche, de recharge électrique, accessible 24h/24, à quelques pas de la gare. Il y a là un Hub de mobilité en devenir.

Décloisonner le service, c’est aussi se positionner en relais de vente des billets de transports bus. Je me rappelle des appels du pied de Flixbus il y a quelques années pour que les Offices de tourisme puissent vendre de la billetterie sur des nœuds de transport avec gare routière.

Au Grand Annecy, le site de l’office de tourisme a bien sûr sa rubrique « Se déplacer » mais celle-ci renvoie vers le dispositif Mobilité de l’agglomération qui présente une approche usager intéressante selon les zones de mobilités, le moyen de transport et une carte interactive.

Designer

Communiquer sur les horaires est essentiel. Connaître l’arrivée en temps réel est essentiel. D’autant plus par exemple sur un espace rural où le nombre de passage est réduit. Designer la mobilité, c’est la cartographie aussi. Il s’agit de trouver des bons codes comme jouer sur les couleurs avec notamment une couleur par mode de transport.
Designer le transport dans un lieu physique, c’est par exemple un totem d’informations voyageur avec un plan du quartier, les directions pour les arrêts, les points d’intérêt à 10 min à pied, les contacts urgents pour de la rassurance, etc. Le marquage au sol va aussi jouer son rôle.

Placer un lieu « tiers de confiance » au centre du sujet de mobilité, c’est par exemple placer l’office de tourisme comme lieu de départ des circuits en vélo, à pied, du territoire.

Maas

Mobility as a Service. Vous dites ? Former, Décloisonner, Designer pour éviter d’être à la masse sur Maas ? Vaste sujet, complexe car loin d’être essentiellement technologique. L’idée du Maas est l’intégration et la facilitation pour retrouver sur un même outil ou canal de diffusion l’ensemble des offres de transport sur un espace donné. L’idée est d’accéder à l’information en temps réel, puis réserver et payer. A découvrir sur ce sujet l’atelier dédié avec notamment des démo autour du travail mené à Mulhouse :

3 éléments à définir pour la méthodo :

  • Le périmètre territorial du Maas est la principale problématique : communautés de commune ? département ? régional ? national ?
  • La cible du Maas est aussi un sujet. L’usager visé est l’habitant avant tout, notamment sur les principes de mobilité domicile-travail. Ce n’est quasiment jamais questionné de façon plus globale avec les usagers touristiques.  
  • La stratégie pour la mise en œuvre entre la maîtrise de la donnée, le niveau de validité de la donnée, leur ouverture, la gestion de l’outil, le développement d’outils… un seul, ou plusieurs, les relations interpersonnelles avec toute les parties prenant pour mettre en œuvre tout ça.

Organiser des Learning Expédition de la mobilité

La mobilité, un sujet propice à des Learning Expédition ? Oui carrément. Ces modèles permettent de s’immerger dans le parcours usagers. En bus, en vélo, en voiture-vélo, en trottinette, à la sortie de la gare, de l’aéroport, sur terrain plat, dans les vallées, en montagne, sur la côte, en ville, à la campagne… les learning expéditions permettent de cibler les nombreux irritants sur les parcours usagers afin de cerner toutes les pistes d’améliorations possibles. Un bel outil méthodologique pour associer toutes les parties prenantes de la mobilité sous un même regard, celui de l’usager.

Une check list pour l’office de tourisme

  • Rencontrer Madame ou Monsieur Mobilité de sa collectivité a minima une fois par an.
  • Former et sensibiliser les équipes permanentes et saisonnières des offices de tourisme aux mobilités locales.
  • Analyser les irritants autour des mobilités par des learning expéditions.
  • Questionner ses partenaires accueillant (hébergeurs notamment) sur les informations partagées par leurs clients sur ce sujet de mobilité.
  • Dynamiser les évolutions de son schéma d’accueil et de diffusion de l’information par le prisme de la mobilité.

Veut-on que le tourisme intègre la mobilité ou que les acteurs de la mobilité intègre le fait touristique ? A vos stratégies.

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
40 articles
Stimuler, écouter, conseiller, animer, former, partager, apprendre... est mon quotidien professionnel appliqué au secteur de la formation et du tourisme. Il s'agit de favoriser l'adaptation des compétences, des missions et des organisations en perpétuelle transition. Depuis 2009 au sein de la Mission des Offices de tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA), son directeur depuis 2020, les secteurs d'interventions et d'exploration évoluent continuellement : transition managériale, transition numérique, transition durable, marketing de services, [...]
Voir les 0 commentaires
Également sur etourisme.info