15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Cahier des charges site Internet (2)

Publié le 11 janvier 2010
4 min

[… Suite]
Voir aussi « Cahier des charges site Internet (1) »:https://www.etourisme.info/article/1029/cahier-des-charges-site-internet-1

etourisme, e-tourisme, cahier des charges site Internet

*Chapitre 3 : Type de site attendu*

Il n’y pas UN, mais DES types de sites Internet. A vous de décider sur quoi porte votre commande.
Chaque type de site correspond à *une stratégie*, à *un niveau d’organisation* et d’envie et… à *une capacité budgétaire*.

*3.1 – Site portail*

Un site portail offre une porte d’entrée unique à un large éventail de ressources et de services (Cf. « définition wikipedia »:http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_portail). Le site portail peut prendre la forme d’un grand nombre de pages Web regroupées sous un même nom de domaine et traitant de thématiques variées (ex. : sites de CDT ou CRT), ou, à l’extrême, ne comporter qu’une page, renvoyant l’internaute vers divers sites ressources, via des liens url ou des fonctionnalités (de type = moteurs de recherche, météo, webcam, etc.) gérées par d’autres sites (ex. : Google).

Stratégiquement le site portail est essentiellement *un moyen de faciliter la communication sur une marque, donc sur une destination*.
En fédérant des contenus et des services, le site portail se veut donc un outil *moteur de visibilité et d’audience*.

A partir de là, vous devez immédiatement vous poser la question de production des contenus :

* Soit vous les créez essentiellement vous même : pour être assimilé à un portail, cela implique que vous mobilisiez de gros moyens. Vous vous placez dans une logique de média visible : à la fois journal, télé, radio, et pourvoyeur de services pratiques ;
* Soit vous vous appuyez sur des ressources externes : les résa se font via des affiliations à des sites spécialisés, les contenus de type « guide touristique » sont puisés à l’extérieur. Vous voulez mon avis : assumez le fait qu’en tant qu’acteur institutionnel, votre légitimité repose et reposera de plus en plus sur votre capacité à créer des contenus. Donc optez pour le premier choix.

Niveau de budget : pas gratuit ! Pensez aux nombreux développements sur-mesure que vous allez demander, aux adaptations de charte graphique… et prévoyez une enveloppe minimum de 15 000 € pour un gentil petit portail 😉

*3.2 – Système de gestion de contenu*

A vous de préciser quel système de gestion de contenu a votre préférence. Pour faire simple, soit c’est le prestataire Web qui gère les contenus pour vous, sur demande (c’est la vieille école), soit vous avez la main sur l’ensemble de la publication (la solution qui est en voie de s’imposer complètement dans nos métiers). Cette option de maîtrise de la gestion des contenus est parfois appelée : « dynamique ».

Dans le cahier des charges, vous pouvez émettre une préférence pour un Système de Gestion de Contenu (SGC – en anglais : Content Management System – CMS) qui peut être « open source » (pas de licence récurrente et une communauté de développeurs qui veille à améliorer et à pérenniser le système) ou pas (risque de licence).

Parmi les plus connus :

* « SPIP (Système de Publication pour l’Internet Partagé) »:http://www.spip.net/rubrique91.html
* « JOOMLA »:http://www.joomla.fr/
* « EZPUBLISH »:http://www.ezpublish-france.fr/
* « DRUPAL »:http://drupalfr.org/

Niveau de budget : pas de licence sur ces systèmes, mais forcément une adaptation à vos spécificités lors du développement du site. Généralement, un site « dynamique » conduit plutôt à faire des économies. En revanche, il va demander beaucoup de disponibilité, mais c’est bon signe, car cela signifie que vous serez plus actifs que jamais sur le Web !

*3.3 – Mini site »

Selon votre stratégie, vous pouvez opter pour un ou plusieurs mini sites.
Autrement dit, vous choisissez de concentrer du contenu sur une thématique ou une clientèle particulière. Dynamiques ou pas, les mini sites requièrent généralement des budgets moins élevés. Le prix de départ peut même démarrer à 0 € si vous décidez de mettre la main à la pâte avec « Jimdo »:http://fr.jimdo.com/, par exemple.

Regardez ce que fait le « CDT du Finistère »:http://www.finisteretourisme.com/ en la matière (pléiade de mini sites depuis le site portail), ou le CRT Aquitaine, avec « oenoland »:http://www.oenoland-aquitaine.fr/ ou « zelittoralattitude »:http://www.zelittoralattitude.fr/.

*3.4 – Un blog »

Et oui ! Pourquoi pas ?
Si l’on est un prestataire privé, ou un « petit » office de tourisme, on peut très bien opter pour la solution blog.
C’est ce qu’a fait la « station du Tréport »:http://blog.autreportprenezlavieaugrandlarge.fr/.
Dans ce cas, me direz-vous, pas la peine de faire un cahier des charges.
Et je vous répondrai : si, faites en un, car il n’est pas interdit de clarifier sa stratégie même avec un outil basique (à noter qu’un blog a beau être basique dans ses fonctionnalités, il n’en demeure pas moins un outil extrêmement puissant en termes de visibilité et d’audience potentielle).

J’en reste là pour aujourd’hui, pour éviter d’être trop long.

[A suivre dans quelques jours…]

Retrouvez ce plan guide sur google doc à l’adresse suivante, librement partageable : « Guide pratique cahier des charges selon etourisme.info »:http://docs.google.com/View?id=dd6s9kz4_16cb5xnmhc

Merci d’avance pour vos commentaires et suggestions.

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
185 articles
Pierre Croizet est né en 1970, à Issoire. Il vit et travaille à Bordeaux depuis 1998. Il est diplômé de l’Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole (IHEDREA – Paris) et du DESS Aménagement du Territoire et Economie du Développement Local (Bordeaux IV – IERSO). Il a créé, en 2004, avec Benjamin Bastien, une des premières maisons d’édition électroniques de France, spécialisée dans les guides touristiques et [...]
Voir les 0 commentaires

0 réponse à “Cahier des charges site Internet (2)”

  1. […] C’est à vous de dire ce que vous voulez vraiment. Toute tentative de recopiage est généralement vouée à l’échec car la réflexion n’est pas suffisamment mûre de votre côté et le prestataire n’a pas assez d’éléments pour comprendre la commande. Notez que je n’aborderai pas les aspects contractuels et juridiques. *Chapitre 1 : Présentation du maître d’ouvrage* Cahier des charges site Internet (2) […]

Également sur etourisme.info