Connaissez-vous Wipolo ? Une start-up à consonance anglophone mais pourtant bien française qui se propose d’être votre compagnon social de voyage dans le sens où il permet de synchroniser l’ensemble des informations relatives à un itinéraire et de pouvoir le partager avec ses amis.

Rassurez-vous si ces quelques lignes de présentation vous paraissent encore conceptuelles et obscures, l’interview de Matthieu Heslouin (Co-Fondateur & CEO de Wipolo) va vous permettre d’en savoir plus sur Wipolo qui vient de dépasser la barre symbolique des 50.000 comptes avec 195 pays visités et 42.000 voyages partagés !

Bonjour Matthieu, pouvez-vous rapidement nous présenter Wipolo en quelques mots, quelle est son origine et le service proposé ?

Wipolo est un service web et mobile qui permet de connecter ses voyages avec ses amis. Concrètement, il suffit de transférer ses emails de réservation à Wipolo et le service consolide automatiquement les itinéraires de voyage sur le web et sur le mobile et permet de les partager avec ses amis et sa famille.

Wipolo

Vous avez récemment remporté le concours d’applications organisé par Facebook lors de son dernier Hackathon à San Francisco devançant de nombreux acteurs internationaux et prestigieux, comment avez-vous fait la différence ?

Wipolo permet de partager l’histoire du voyageur et le jury Facebook a réellement apprécié notre concept. Wipolo permet d’associer des destinations, des photos, des dates, des amis, des statistiques et nous avons optimisé les interactions avec l’Open Graph 2. Wipolo a un avantage unique qui est celui de représenter avant tout le voyageur.

Quelles fonctionnalités de Wipolo sont directement liés à l’OpenGraph de Facebook  ?

Wipolo va permettre au voyageur de partager plusieurs actions de voyage depuis la planification jusqu’au retour de voyage en passant par l’embarquement. Par exemple, Thomas planifie un voyage à New York avec Raphaël, Nathalie part en voyage à Nantes, Élodie embarque sur le vol AF256 pour Singapour.

Wipolo va également permettre d’aggréger des informations de voyage sur ma Timeline : mes destinations favorites, les amis avec qui je voyage le plus, mes voyages les plus récents, et plusieurs statistiques de voyage comme le nombre de voyages et de kilomètres parcourus. Toutes ces fonctionnalités seront à découvrir début 2012 avec l’ouverture de l’Open Graph 2.

Wipolo s’intègre parfaitement dans le mantra SoLoMo. La gamification étant également une tendance majeure prévoyez-vous d’ajouter une couche ludique à Wipolo ?

Absolument Wipolo est 100% Solomo. Wipolo me permet de connecter mes voyages avec mes amis (Social) sur le mobile (Mobile) et me permet d’agréger des contenus et des recommandations locales (Local). Concernant la parte ludique nous considérons que c’est indispensable pour tous les nouveaux services d’usage comme Wipolo. Le voyageur doit prendre du plaisir à utiliser le service. Le côté pratique ne suffit plus pour fidéliser. Déjà Wipolo permet de comparer mes statististiques de voyage avec mes amis sur le web. Demain nous mettrons en valeur les performances par destination ou par moyen de transport…

D’après vous, quelle est la stratégie de Facebook dans le voyage, peut-on imaginer demain un Facebook Travel comme un supermarché communautaire des voyages qui regrouperait sur une même plateforme plusieurs briques de services complémentaires comme Wipolo ?

Non je ne crois pas. Facebook souhaite devenir un carrefour média majeur tout comme Google. L’objectif est de renvoyer du trafic sur les sites et service tiers, non pas de les cannibaliser.

Que vous inspire l’intégration des équipes du service de géolocalisation Gowalla dans celles de Facebook ?

Excellent, cela va permettre d’améliorer le référentiel géolocalisé Facebook. Il faut comprendre ce rachat par le duel qui oppose Google et Facebook sur la géolocalisation. Facebook doit monter en puissance car son référentiel est encore trop faible. C’est important pour les photos, les checkins et au final pour rendre la Timeline plus riche en images.

De notre côté nous avons fait le choix d’intégrer les “checkins” Facebook dans Wipolo. Cela permet au voyageur de retrouver dans son carnet de voyage non seulement ses différentes étapes mais aussi les lieux où il a fait un “checkin” qui peuvent être des points d’intérêts pour ses amis.

Que répondez-vous aux utilisateurs qui se préoccupent d’une part de la confidentialité de leur historique de géolocalisation, d’autre part de l’utilisation de leurs données personnelles à des fins marketing ?

La confidentialité des données personnelles est une question essentielle. Si nous ne protégons pas les données de nos utilisateurs, Wipolo n’existe plus. C’est la même chose pour Facebook, Google, Voyages SNCF ou Air France et n’importe quel acteur économique B to C. Aussi l’utilisateur Wipolo a le choix de connecter son compte Facebook à Wipolo ou de se connecter via un identifiant classique. Un voyage peut être marqué comme privé et donc inaccessible à ses amis. L’utilisateur peut librement et à tout moment gérer sa liste d’amis dans son profil Wipolo.

Il est important aussi de préciser que Wipolo ne partage aucun voyage sur Facebook automatiquement, c’est le voyageur qui décide de publier son ou ses voyages ou de coupler Wipolo à la future Timeline Facebook.

Quel est à votre avis l’impact du web social dans la recherche en ligne et plus spécifiquement dans le domaine du voyage ?

L’impact est énorme. Le voyage est social. Je voyage avec des amis, je partage mes histoires de voyage avec mes amis. Notre vision est qu’une partie de la recherche voyage par l’internaute va être remplacée par l’accès direct à l’information destination ou à la réservation grâce au partage de ses voyages.

A titre d’exemple j’ai aujourd’hui 100 amis et famille connectés avec moi sur Wipolo. Chaque semaine j’ai 10 amis qui voyagent dans le monde et nous partageons environ 500 voyages par an. La semaine dernière j’ai découvert la Bolivie ou bien la ville d’Ascain dans les Pyrénées…

Pensez-vous que cette nouvelle donne puisse bouleverser l’hégémonie incontestée de Google dans la recherche en ligne et les modèles économiques établis ?

Oui très clairement mais cela ne va pas se faire en un an. Nous sommes devant une révolution sur plusieurs années. Les moteurs de recherche vont perdre de la puissance au profit des réseaux sociaux.

A propos, quel est votre modèle économique ? Vos objectifs de développement ?

C’est très simple  nous sommes sur un modèle de cross selling et de commissionnement. Après avoir simplifié la gestion de l’itinéraire nous allons simplifier la réservation. Wipolo va travailler avec des grandes plate-formes de réservations pour proposer à nos voyageurs de gagner une ou deux étapes dans le processus de réservation. Nous avons déjà commencé avec Go Voyages et Booking.com. Pour faciliter la réservation sur le mobile ou via la recommandation sociale il faut pouvoir créer des offres personnalisées. C’est à cette étape que Wipolo va faire la différence.

Nous avons également un service Premium pour les Business Travelers qui s’adresse en particulier aux TPE, PME. Ce service propose des alertes et des notifications sur les vols et les trains et bientôt des programmes de fidélisation que les petites entreprises ne peuvent souscrire seules.

Vinivi, Dismoiou, Wipolo, Bedycasa font partie des rares entreprises françaises du tourisme en ligne qui se distinguent face aux puissantes entités internationales et notamment américaines, y-a-t-il une place pour l’innovation dans l’eTourisme en France ?

En France il y a des bons entrepreneurs, des bons ingénieurs mais un manque de capitaux pour les projets B to C ambitieux. Arrêtons de faire des complexes. Si un service réussit en Europe il a plus de chances de devenir un leader mondial car il intègre d’entrée de jeu la différence culturelle et plusieurs langues. Mais il faut les mêmes moyens que les américains pour établir le leadership et la même ambition.

S’il y a un secteur sur lequel la France est légitime pour produire les meilleurs services innvovants dans le monde c’est bien le tourisme. Nous sommes la première destination touristique mondiale et nous avons produit plusieurs leaders internationaux: Air France, Sncf, Accor, Amadeus…

Et comme une image vaut mille mots, en bonus une petite vidéo de présentation de Wipolo !

 

Ma dernière question pour vous, chers lecteurs, que pensez-vous de Wipolo et plus largement du rôle des réseaux sociaux dans le voyage ?