Aujourd’hui, je voulais vous partager une initiative nantaise très inspirante, qui permet de questionner les éditions touristiques des destinations.

Il s’agit d’un guide, créé par un magazine local indépendant.  On y trouve plus de 160 adresses sur Nantes et sa région, qui  favorisent le zéro déchet, le végétarien, la récup, le lien social, le bio, le circuit court, l’égalité et l’emploi local. Au delà des thèmes abordés qui sont vraiment d’actualité, c’est la façon dont ce guide a été construit qui mérite d’être regardée de plus près. En effet, chaque détail du livre est pensé en cohérence avec leurs valeurs et leurs convictions.

Leur rêve : “favoriser la rencontre avec des commerçants, qui mettent les humains et l’écologie au cœur du projet”

Un guide, qui fait la différence :

Un très bel objet  

Il est tout d’abord très beau. On a envie de le garder et d’en prendre soin :  joli papier, graphisme frais et coloré avec de belles illustrations, format de poche (pratique à emporter dans son sac)…Il a été pensé pour durer et ça se voit!

Un mot de bienvenue, qui annonce la raison d’être du guide

Dès la première page, on comprend pourquoi ce guide a été créé : “Contribuer à favoriser les actes d’achat qui ont un impact sur nous, notre porte monnaie, notre environnement, la personne qui le fabrique et celle qui le vend sur Nantes et la métropole nantaise”.

Une écriture sincère (sans langue de bois)

A la lecture des articles on ressent bien qu’ils ont rencontré les gens et passé du temps avec eux. Ce carnet fourmille de petits détails, qui ne peuvent être récoltés comme ça après un simple appel téléphonique de quelques minutes. On rencontre Marie, qui a créé une des premières boutique nature à Nantes ou Anne qui fabrique des savons. On perçoit l’ambiance des lieux, les produits sont décrits précisément avec les marques et les noms des producteurs locaux, que l’on va y trouver.

Des adresses choisies en toute indépendance

 “Un guide d’adresses 100% non exhaustive, mais 100% validées, le ton est donné! Les adresses ont été retenues pour leurs efforts environnementaux et ou solidaires selon des critères établis par l’équipe :

  • expérience client : qualité de l’offre, rapport qualité/ prix ambiance….
  • engagement écologique : certification, politique de tri, priorité aux produits bio….
  • engagement économique local : priorité aux produits locaux….
  • engagement social et solidaire : accessibilité des prix…
  • dimension collective et participative : participation des salariés ou bénévoles aux prises de décision…

Des rubriques sympas :

  • La mise en avant de l’équipe éditoriale : présentation de l’équipe, qui ils sont et pourquoi ils font ce qu’ils font
  • Remerciements : tous ceux qui ont participé à la création de ce carnet de la rédaction à la diffusion, en passant par les relecteurs…. et même aux propriétaires de l’endroit où il a été écrit 🙂
  • Des clés de compréhension, avec par exemple la différence entre le vin bio et le vin naturel. Des éléments pédagogiques pour aider le lecteur à faire son choix dans ses actes d’achat

….et beaucoup  de transparence 

On ressent une réelle volonté de transparence sur les critères de sélection des adresses (deux pages y sont consacrées) mais aussi sur le financement du guide. On y trouve les dépenses avec le montant total du coût du guide et le détail des recettes qui s’appuient sur la vente du guide (dix euros), le soutien de la métropole nantaise et sur leurs fonds propres. Aucune publicité ne finance ce guide.

Ce guide n’est donc pas un annuaire mais bien une sélection d’adresses répondant à des critères précis et ça fait véritablement la différence.

S’inspirer de cette initiative pour questionner les éditions touristiques des destinations

et notamment concernant :

  • La valeur ajoutée des éditions papier versus les outils numériques : qu’apportent vos éditions papier de différent qu’on ne trouvera pas sur le web?
  • La durabilité des éditions : des éditions qu’on garde et qu’on ne jette pas après les avoir lues, une quantité d’impressions limitées, une attention portée à la qualité du support….
  • La raison d’être des éditions : pourquoi vous faîtes ce guide au delà de ok on est payé pour ça 🙂 ? Qu’est ce qui a du sens pour vous?
  • La qualité de l’écriture : une écriture classique ou une écriture un peu plus engagée?
  • La mise en valeur de la relation de confiance tissée avec les professionnels du tourisme : comment est-ce que l’on comprend que vous avez passé du temps avec eux et que vous les connaissez bien?

Des questionnements qui font écho aux tendances 2020 du marketing et de la communication

Et pour aller plus loin :

Etes-vous prêts à créer un carnet d’adresses engagé? Un carnet qui assume le parti pris de sélectionner des adresses de qualité, des adresses durables…. Un carnet non exhaustif, complémentaire à votre magazine classique. Quelques pistes de réflexion pour vous lancer :

Choisir ce qui a du sens pour vous et votre territoire

Des prestataires sélectionnées pour la qualité de leurs services et de leurs produits? Des prestataires qui favorisent l’approvisionnement en produits locaux ? Des prestataires engagées dans la récup et le zéro déchet? Des prestataires qui rendent accessibles à tous les vacances (prix)….

Créer un comité local de sélection des adresses

Le plus compliqué sera certainement d’avoir l’audace de sélectionner les adresses. Alors pourquoi ne pas créer un comité de sélection local? Ce comité de sélection serait composé de professionnels du tourisme et d’habitants partageant les mêmes convictions.  Son rôle pourraient être de : définir ensemble les critères de choix des adresses, pré-sélectionner les adresses, visiter les lieux et rencontrer les propriétaires, rédiger un compte-rendu de visite…

Questionner le mode de financement : 

Quel est le type de financement qui vous permettra de garder une indépendance pour choisir les adresses et donc d’assurer une certaine crédibilité auprès des lecteurs : limiter la publicité ou la bannir, privilégier l’auto-financement, vendre le guide?…

Finalement un guide avec des adresses non exhaustive est l’occasion de valoriser votre savoir faire et de montrer que vous tissez au quotidien un vrai lien de confiance avec les partenaires de votre territoire. “Aller à la rencontre du brasseur de bière qui vient de s’implanter et peut-être même goûter sa bière 🙂 , oui, c’est du travail“. Cela prend du temps et cela mérite d’être valorisé!

Si vous hésitez à y aller seul, d’autres pistes peuvent aussi être explorées en vous associant avec vos territoires voisins ou en créant par exemple un partenariat avec des personnes comme le magazine des possibles ….

Alors prêt à franchir le pas?

en savoir plus :
https://lesautrespossibles.fr/


PARTAGER
Article précédentEngagement, précision et émotion : encore du chemin sur la relation client à distance
Prochain articleLes chiffres d’un monde digital
J’utilise depuis plusieurs années les méthodes d’intelligence collective au service de différents projets (world café, démarche appréciative, forum ouvert et différentes techniques de créativité...). Je trouve qu’elles apportent une nouvelle vision de nos métiers, où l’humain est véritablement mis au cœur du projet, l’humain dans le respect de chacun. J'étais, jusqu'en avril 2019, Directrice de l’Office de Tourisme du Pays d’Ancenis -Val de Loire, où j’avais notamment en charge les missions traditionnelles concernant le management d’équipe, les stratégies concernant la communication, l'ingénierie de projet, l’animation de réseau…. Je me lance actuellement dans une nouvelle aventure d'accompagnement des structures touristiques sur leurs projets avec des méthodes de projets collaboratives, créatives et humaines ou comment créer les projets de demain en associant l’équipe, les socio-professionnels et les élus.