google-glassOh la la mais que se passe-t-il ? J’en étais resté au tapage médiatique autour des Google Glass, de leur avenir radieux, des multiples applications qui allaient révolutionner notre vie quotidienne… On avait même eu droit à des démonstrations enflammées sur les stands des agences de pointe dans nos rencontres favorites à Pau, Saint Raphaël, Deauville, etc. 

Même Ludovic nous avait annoncé l’avènement de ce monde merveilleux où tout se réglerait en un clin d’œil… Rappelez-vous cette vidéo de présentation de 2012 !

Et déjà on annonçait de nombreuses applications touristiques pour ce nouveau compagnon du geek aventurier des zones hyper-connectées… C’était séduisant, avouons-le, même si ces lunettes n’apportaient pas de nouveaux services mais seulement une nouvelle façon d’utiliser des services existants. 

Selon Courrier International, voilà que “Après deux ans à apparaître systématiquement aux événements avec ses Google Gass, Sergey Brin, cofondateur de Google, est arrivé le visage nu à un événement de la Silicon Valley récemment”, raconte le site du quotidien australien The Age. “J’ai laissé mes Google Glass dans la voiture”, a expliqué Brin quand une journaliste lui a demandé pourquoi il ne les portait pas.”
Mon dieu mais c’est incroyable, rendez-vous compte : il a oublié ses lunettes !!! Ce simple fait a fait jaser toute la planète geek, y voyant l’annonce de la fin prochaine de ce produit pourtant si enthousiasmant 2 ans plus tôt. L’article très documenté met en résonance cet “évènement” avec l’annonce de la fermeture de 4 boutiques de vente, et du désengagement de nombreux développeurs d’applications dédiées pour cause de débouchés incertains… Il est vrai que les Google Glass sont chères (1500$) et que leur usage a été interdit dans les cinémas et surtout en voiture… 

Pourtant les applications potentielles semblent nombreuses et pertinentes. Jetez un œil 😉 sur cet article du Huffington Post qui décrit les expériences en cours notamment à la SNCF. Par contre, il est clair que le rapport intérêt/prix ou utilité/prix reste défavorable pour le grand public. Les lunettes coûtent le double d’un smartphone de dernière génération, pour des fonctionnalités moins poussées mais plus faciles à utiliser… 

De nombreuses technologies se sont confrontées d’abord au monde professionnel, et une fois peaufinées, améliorées, diversifiées, elles ont conquis le grand public… Internet par exemple !  Et ce produit colle aussi parfaitement à la diversification des modes de connexion et d’acquisition des information à laquelle on assiste (montre intelligente, objets connectés, etc.). 

Alors personnellement je mettrais bien un petit billet sur le succès futur de ces lunettes connectées, pour peu que de nouveaux services utiles valorisent leur formidable potentiel et qu’on considère cet objet comme un nouvel outil dans la panoplie et plus comme une forme de robotisation rampante… 

PARTAGER
Article précédentLes robots dans le tourisme : ils arrivent !
Prochain articleL’image au service de ma destination
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).