Le CES mais kesako ?

Alors non, ne confondez pas CES avec CMS 😅 En tant que lectrices et lecteurs assidus de notre très cher ETourisme.info, ce mot doit vous dire quelque chose… Le « Consumer Electronics Show » est tout simplement et de loin, le plus grand salon mondial dédié aux nouvelles technologies. Les chiffres sont assez éloquents car l’évènement rassemble :

  • Plus de 175 000 visiteurs
  • 900 startups
  • 160 pays représentés
  • Plus de 4 500 exposants
  • 270 000 m² d’exposition de quoi limer ses semelles 🏃‍♀️

A titre de comparaison, la Foire de Paris offre plus de 1700 exposants sur plus de 200 000 m² !

Hall entree du CES de Las Vegas 2020 : le plus grand salon des innovations technologiques du monde

Ne vous y trompez pas, il s’agit aujourd’hui DU rendez-vous annuel de l’ensemble des marques internationales de technologie sortant leurs biscotos en présentant leurs innovations les plus folles à un public de professionnels. La 1ère édition s’est tenue en 1967 à New-York et celle de 2020 ferme ses portes aujourd’hui vendredi 10 janvier après 4 jours de « festivité » à Las Vegas. Cette ville n’a pas été choisie par hasard, symbolisant la consommation et ce que nous pourrions appeler le « paradis du too-much » 🎰

La plupart des plus grandes marques technologiques y sont donc présentes à savoir :

  • LG, Samsung ou encore Huawei pour un volet « Telecom »
  • Microsoft, IBM, Lenovo, Asus, Acer, Dell pour les « ordinateurs »
  • Daimler, Nissan, Huyndai, Fiat, BMW et Renault dans le domaine du « Transport »
  • Bose, Sony, JBL, Jabra, Sennheiser ou encore Klisch pour l’univers des casques audio et des écouteurs
  • Netatmo, Somfy, Bosch pour un axe « domotique »
  • Etc, etc.
Exemples de quelques innovations présentées lors du CES 2020 de Las Vegas - ETourisme.info

Quels acteurs ont fait le déplacement au niveau de notre secteur du tourisme…

Pas grands exposants mise à part « Accor » notre cocorico français, champion du « Travel et lifestyle » 🏨 Là n’est pas nécessairement l’objectif car le tourisme n’est pas connu comme étant une industrie « technologique », génératrice directe d’innovation mais bel et bien une industrie « humaine et de services ». Par contre, la présence en tant que visiteurs d’acteurs du tourisme français à la fois issue de la sphère privée que publique est indispensable. En effet, le tourisme est le champ d’application où converge de nombreuses technologies issues d’autres secteurs. Nous devons donc au minimum les connaitre afin de nous en inspirer ou au contraire nous en méfier en parfaite connaissance de cause.

Cette année, sous l’initiative de Sophie LACOUR une délégation Smart Tourism a été créée. Sophie LACOUR est la prêtresse de la prospective en intelligence artificielle et en robotique spécialisée dans l’univers du voyage qui souvenez-vous, nous avait tous remués à Pau lors de sa conférence plénière sur ce même thème ! Cette délégation rassemble des dirigeants, des décideurs et des startups de notre secteur. Son objectif est ainsi d’encadrer les acteurs présents afin de les guider vers les insights incontournables mais aussi les pépites de demain intéressantes pour notre industrie. A retrouver pour plus de détails, le communiqué de presse officiel sur « Lancement officiel de Smart Tourism, la délégation Tourisme du village francophone du CES de Las Vegas ».

Alors quoi retenir en quelques mots des tendances de cette édition ?

Depuis le début de semaine, vous trouverez un nombre impressionnant d’articles sur le CES et ses dernières pépites. Je vous conseille  pour une lecture plus qualitative touchant directement notre secteur, la chaine Facebook Watch de TourMag et la playlist Youtube de TomTravel où vous retrouvez de courtes vidéos très pertinentes résumant les innovations inspirantes et potentiellement transposables au tourisme.

chaine facebook watch de tourmag proposant de nombreuses vidéos sur le CES 2020

Je vais pour ma part, vous dresser quelques tendances à suivre et à retenir qui pourraient ou pourraient influencer nos métiers dans les mois, années à venir…

Au-delà des écrans 8K, ordinateurs pliables, de l’arrivée prochaine de la nouvelle Playstation 5, des casques de réalité augmentée ou encore des litières connectées (voir la vidéo 💩), j’en retiens 4 :

1/ L’entrée dans la décennie de la 5G :

A défaut de taille critique, on parle bien ici de décennie car la 5G demeure pour le moment un débat entre opérateurs et fournisseurs. Il existe bien des téléphones compatibles 5G en France de la marque Samsung ou encore Huawei mais ils demeurent chers et minoritaires. Néanmoins, je cite « Trente fois plus rapide que la 4G, la 5G doit arriver dans une dizaine de villes de France cette année ».

Conséquences de l’émergence de la 5G pour nos structures :

Directement aucune mais indirectement une principale qu’on vous rabâche depuis plusieurs années. Avoir une visibilité web efficace avec des contenus optimisés pour les mobiles qui se téléchargent le plus vite possible. Le consommateur sera encore plus zappeur qu’il ne l’est aujourd’hui !

telephones mobiles 5G arrivant en France en 2020

2/ Le transport encore et toujours :

Sur ce sujet, Les Rencontres du ETourisme de Pau cette année nous a offert un passionnant atelier que je vous invite à consulter à vos heures perdues intitulé : « La révolution des transports ». Il sera donc question de moyens de transport de plus en plus rapides et nous l’espérons écologiques. Et vous voulez un scoop : « UBER lancera ses taxis volants en 2023 » !

Conséquences de la mutation des transports pour nos structures :

Comme souvent, une opportunité et un risque… L’opportunité est de rendre le territoire plus accessible et plus rapidement. Que vous puissiez toucher une clientèle qui ne venait historiquement pas sur votre destination de par son éloignement. Le risque est que la concurrence entre les territoires non pas à l’échelle de l’hexagone mais à l’échelle internationale devienne encore plus sévère et que certains territoires ne bénéficient jamais de ces avancées réservées dans un 1er temps aux grosses agglomérations.

CES 2020 : Uber lancera ses premiers taxis volants en 2023 !

3/ La robotique de moins en moins gadget :

Soyons sérieux, ce n’est pas demain qu’un robot remplacera l’authenticité d’un(e) conseillère(er) en séjour ou encore les conseils personnalisés d’un(e) accompagnatrice(eur) de projets touristiques mais des initiatives bien concrètes pointent le bout de leur nez… Nous avons en ce moment même dans la restauration, de vraies “avancées ” avec l’ouverture en date du mercredi 13 novembre 2019 de Pazzi, la 1ère pizzeria 100 % automatisée et équipée d’un robot pizzaïolo au centre commercial Val d’Europe​. La pâte pétrit 24h/24h, 7j/7 jours sur 7, et prépare une pizza toutes les 30 secondes ! De son côté, la start-up française Ekim s’apprête à lancer son 1er restaurant pilote à Paris nommé “Cala”. D’après les promesses, il sera capable de servir 800 repas par heure ! Attention, nous n’avons que peu de visibilité sur la pérennité d’une telle expérience et les concepts similaires à l’étranger ont tous périclité... 🤖

Conséquences de la montée de la robotique pour nos structures :

N’optons pas pour la cheffe « mama » qui remplacera la bonne table d’hôtes de Catherine ou un robot homme de ménage qui permettra à Jean-Luc de se reposer en plein mois de juillet (toute ressemblance avec des personnes réelles est involontaire… 🤣). Nous sommes en effet encore très loin de s’inspirer à une échelle d’un tourisme indépendant du concept FlyZoo, le 1er hôtel 100 % automatisé qui a récemment ouvert deviné où… En chine. Plus sérieusement, le robot tondeuse pour la pelouse est régulièrement utilisé par des exploitants sans parler du robot piscine.

Robot pizza serris dans un restaurant au val europe

4/ La domotique un vrai potentiel transposable pour nos prestataires touristiques :

C’est probablement dans l’univers de la domotique que des applications des plus concrètes sont aujourd’hui accessibles d’un point de vue aussi bien technologique que financier.  Ces solutions peuvent pour certaines mêmes être parfaitement déployées pour des structures indépendantes comme des meublés de tourisme ou des chambres d’hôtes. Sur le CES, nous retenons l’entreprise allemande BOSCH qui présente Smart Home, je cite : « son écosystème de domotique qui intègre un thermostat pour le chauffage, un détecteur de fumée, des caméras de sécurité ou encore des contacts pour portes et fenêtres ». L’autre innovation aujourd’hui déployée est la proposition d’une serrure connectée. La société française Somfy annonce sur le CES 2020 le lancement d’une, je cite : « serrure taillée pour la location entre particuliers ». En effet, l’application Somfy Keys qui vient se greffer sur la serrure promet par ailleurs une gestion très fine des accès. Il sera ainsi possible de définir des codes à durée limitée pour les employés, mais aussi des locataires ou des livreurs. Une solution parfaite lorsque nous ne voulons pas être « esclave » d’un voyageur qui vous a dit qu’il arrivait vers 17h00 mais qui finalement ne fait pas son apparition avant 23h00 ! Nous avions expérimenté avec succès il y a 2 ans pour une chambre d’hôtes haut-de-gamme sur Bordeaux à destination d’une clientèle majoritairement professionnelle la solution « Sesame Technology ». L’objectif défini fut de fluidifier la relation client tout en apportant une solution innovante et le résultat fut probant. Dernière trouvaille lors du CES, le système d’air conditionnée Oxicool qui annonce une réduction de 90 % d’électricité par rapport à un système classique ! Sans avoir de tarif ou de date de lancement prévue, ce pourrait être une vraie révolution dans un contexte malheureux de réchauffement climatique pour faire bénéficier nos voyageurs d’une température clémente sans pour autant négativement impacter davantage la planète…

https://www.youtube.com/watch?v=hNFPQlFPAow

J’aurais pu continuer car la liste est encore longue avec des start-ups française comme Escapad, une « application smartphone de guides digitaux de visites culturelles et touristiques » ou encore Vivoka s’est spécialisée dans la reconnaissance vocale et l’intelligence artificielle dans le domaine de l’hôtellerie haut de gamme mais j’avoue que je sature… Tout comme vous peut-être alors il me vient cette réflexion…

Oui mais pourquoi cette course au toujours plus ?

Las-Vegas comme un symbole…

Cette ville « carton » accueille plus entre 35 et 40 millions de voyageurs par an privilégiant largement un tourisme de masse affichant un tarif moyen à 66$ la nuit. Les chiffres vont vous interpeler autant que choquer :

  • L’aéroport Mac Carran : Le 10ème aéroport le plus fréquenté au monde !
  • La Freemont Street qui s’illumine grâce à 12,5 millions d’ampoules
  • 124,270 chambres d’hôtel dans la ville
  • 17 des plus gros hôtels des Etats-Unis sont à Las Vegas
  • 1200 établissements possèdent une licence de jeu
  • Les casinos gagnent en moyenne 9 milliards de dollars par an
  • Les visiteurs passent environ 3,9h à jouer en un jour
  • Etc, etc

D’accord, je découvre que Las Vegas met la paquet sur les énergies renouvelables et ce dès décembre 2016 devenant je cite : « Elle devient alors la plus grande municipalité des États-Unis à être 100% alimentée à l’électricité verte » (Source : L’usine Nouvelle).

Alors l’innovation technologique OUI mais uniquement si elle s’avère bénéfique et vertueuse pour la planète et non pas pour notre propre satisfaction consumériste en recherche perpétuelle du toujours plus fun, plus ludique, plus addictif… On parlerait alors de régression et d’une accélération sans doute de notre propre extinction…

Alors comment aborder la notion d’innovation technologique au service de nos acteurs du tourisme ?

La réponse n’est pas simple et personne n’a encore trouvé la clef… Je me permettrais de donner ma vision en tant que petit chef d’entreprise depuis bientôt 10 ans au service des indépendants du tourisme et principalement des hébergements touristiques :

  • Définir puis partir de son contexte personnel/professionnel : Celles et ceux qui m’ont déjà eu en formation le savent, tout commence par la définition de son contexte. Il va nous permettre d’identifier notre besoin en innovation technologique par rapport à sa propre personnalité en tant qu’acteur du tourisme et par rapport à nos différents protagonistes (voyageurs, prestataires, socio-professionnels, etc). C’est une cohérence dans votre modèle qui vous dira si vous avez ou non besoin d’implanter une innovation technologique.
  • Ne pas nécessairement essuyer les plâtres : Le CES nous le montre bien, il s’agit d’un laboratoire, véritable show-room des dernières innovations. Mais détrompez-vous, le mot innovation ne rime pas toujours avec application… Plus votre structure est petite, moins il vous faut prendre de risque et plus vous allez devoir attendre un certain temps avant de vous lancer dans une innovation qui sera alors peut-être devenue une évolution de fait… Ne courez pas après l’innovation à part si cela vous fait plaisir car l’innovation a un coût financier et humain que vous devez parfaitement anticiper !
  • Chercher avant tout un retour au sens : Je pourrais citer notre ami Pierrot… Mince, je voulais dire Guillaume dans son délicieux article « Construisons une utopie du tourisme » ou encore Sophie LACOUR, notre experte du tourisme du futur qui elle-même nous confirme que l’avenir dans le tourisme, c’est le local… Oui pour de la technologie quand elle est éprouvée, maitrisée et justifiée pour un apport bénéfique de l’expérience du voyageur. Oui pour de la technologie quand elle vient au service de la relation humaine et de la planète et pas contre nos 2 ressources principales périssables…
Robot pourquoi pas mais l'humain revient au galop - Flyzoo hotel en Chine
Illustration de la course à l’innovation négative avec le FlyZoo hotel où la qualité du staff est mise en avant tandis qu’on est censé être sur un concept entièrement robotisé qui n’est semble-t-il pas encore au point !!!

Pour conclure, je dirais que le CES de Las Vegas représente bien notre monde actuel dans toute sa complexité et sa bipolarité… Un monde avançant à fond vers l’innovation technologique du toujours plus grand, plus beau, plus rapide, plus autonome pour distraire notre vie quotidienne tout en ayant conscience des problématiques souvent décriées d’espionnage et de confidentialité. Alors il va bientôt venir le temps du choix… Du choix d’arrêter ce petit jeu d’hypocrisie du « je m’en sers mais je sais c’est mal » ou d’assumer de le perdurer tout en construisant des technologies nous permettant de faire face à nos responsabilités écologiques…

Sources :

PARTAGER
Article précédentLes bilans des #ET15… et vers les #ET16
Prochain articleEn 2020, 100% des touristes seront partis
Fondateur du cabinet de conseil, d'accompagnement et de formation Guest & Strategy, je suis un véritable passionné du tourisme et de l’entrepreneuriat Mon objectif est de promouvoir tout le potentiel résidant dans un tourisme davantage tourné vers le qualitatif que le quantitatif, l’authentique que l’aseptisé à l'échelle de notre territoire. Nous accompagnons à la fois les porteurs de projet, les exploitants que les destinations touristiques dans cette mission. Nos sujets de prédilection : Business Plan, positionnement de concept, stratégie webmarketing et commerciale...