[EDIT] Cet article a bénéficié d’une mise à jour en décembre 2014.

La plupart des études récentes en matière de tourisme convergent vers les mêmes conclusions : raccourcissement des périodes de vacances, développement du tourisme local au détriment des destinations lointaines, succès des comparateurs de prix, entres autres. Une évolution des comportements touristiques en réponse à la conjoncture économique. La crise n’est plus un mot qui fait peur tant elle est devenue une réalité. Les gouvernements se succèdent et sans faire de distinctions de bords, les solutions concrètes et tangibles tardent à venir. Les pouvoirs politiques sont poings et mains liés face à l’emprise des lobbies financiers qui font la loi sans l’écrire ni en avoir une réelle légitimité dans une république. Aux grands maux, les grands remèdes et face à cette impuissance notable, la société s’organise différemment, le citoyen s’adapte. C’est dans ce contexte que l’on voit l’économie collaborative poindre avec un succès grandissant. Pour preuves, le développement sans précédent du commerce de proximité et des sites de particuliers à particuliers (comme celui de Leboncoin.fr) qui réduisent au passage les intermédiaires pour une économie du partage, équitable et raisonnée.

“La consommation collaborative désigne un modèle économique où l’usage prédomine sur la propriété que ce soit par le partage, l’échange, le troc, la vente ou la location d’un bien” (Source Wikipédia). De nouveaux acteurs privés ont déjà flairé la tendance et se sont invités à la table de cette nouvelle économie avec leurs propres intérêts commerciaux. Ils sont aujourd’hui notamment aux commandes des plateformes d’intermédiation entre particuliers qui connaissent le plus de succès. Cette nouvelle forme de consommation se développe aussi dans le voyage comme l’amorce d’une révolution qui inquiète l’organisation touristique en place. Exacerbée par la peur d’un changement de paradigme au delà de la simple concurrence.

Parmi les différents mouvements du voyage collaboratif, on pourrait distinguer deux catégories, d’abord “les précurseurs” qui sont parmi les premiers implantés, autour d’un cadre strict basé principalement sur l’échange de valeurs sans but lucratif : couchsurfing, help exhange, woofing et greeting. Puis il y a ceux que l’on pourrait qualifier de “pervertis”, plus récents, où l’économie de marché s’immisce progressivement ou fait déjà complètement partie du système, c’est le cas de beaucoup d’entre eux : covoiturage, échange ou troc de maison, gamping, glamping, local guides (issu du greeting), logement chez l’habitant, neohosteling, nightswapping et repas chez l’habitant.

Tous partagent encore la même recette du succès : simplicité, proximité, convivialité, prix réduit et confiance ! Tour d’horizon des différentes tendances du voyage collaboratif illustrées avec les sites les plus emblématique par catégorie.

Tendance #1 : Couchsurfing

couchsurfing

On pourrait traduire couchsurfing par « voyager d’un canapé à l’autre » même si le canapé est un peu réducteur, loin du clic-clac, on peut parfois disposer d’une chambre à part entière. A noter que le couchsurfing ne repose pas sur la réciprocité : on peut voyager sans être hôte et inversement.

Site(s) de couchsurfing : couchsurfing.org | The Hospitality Club 

 

 

 

Tendance #2 : Covoiturage et location de véhicules

covoiturage

Le covoiturage c’est un peu comme l’autostop organisé jusqu’à la dernière minute. Les sites mettent en relation des passagers avec des conducteurs qui proposent leurs places libres sur un trajet donné.Location de voitures, camping-cars, bateaux, tout y passe ! Les sites mettent en relation les particuliers pour des offres de location à proximité.

Site(s)  de co-voiturage : 123envoiture.com | BlaBlaCar | Carpooling.fr  | CoVoiturage.com | covoiturage-libre.fr  |  greenmonkeys  | vadrouille-covoiturage.com

Site(s)  de location  : Buzzcar | Deways.fr | Directcampingcar  | Driiveme.com | Drivy | Jelouemoncampingcar.com | Livop.fr |  Ouicar | Unevoiturealouer

  

Tendance #3 : Échange ou troc de maison

Luxury Vacation Villa

Le concept est simple : il s’agit d’échanger sa propre résidence, appartement (et même son bateau sur certains sites spécialisés) avec un autre membre du site. Vous êtes successivement hôte et invité. Pour les plus radicaux, on peut même procéder à l’échange définitif de maison !

Site(s)  d’échanges : echangedemaison.com | GuestToGuestHomeExchange | Seemysea |

 

 

 Tendance #4 : Gamping

camping

Il s’agit de la contraction de garden (jardin) et de camping. Des particuliers qui veulent mettre à profit leurs mètres carrés de verdure peuvent ainsi louer leurs jardins aux voyageurs en tentes et camping-cars.

Site(s) de gamping : campedansmonjardin | Gamping.com

 

 

 

Tendance #5 : Glamping

Glamping

Attention, il ne s’agit pas vraiment ici d’une forme de voyage collaboratif mais plutôt d’une offre touristique alternative en réponse à l’évolution de la demande. Une tendance qui semble intéressante à suivre car elle pourrait impacter fortement le secteur de l’hôtellerie de plein air parmi les plus réactifs, toujours prêt à s’adapter à la demande et aux nouveaux modes de consommation touristique. Le glamping est une nouvelle tendance du tourisme de plein air qui fait la part belle au “glamour” en alliant luxe et nature, confort et respect de l’environnement.

Le glamping c’est le camping so chic !

Site(s) de glamping : Glamping.com | Glampinghub

 

 Tendance #6 : Greeting et local guides

Greeters

Le greeting est une tendance née à New York au début des années 90 avec l’association Big Apple Greeter. Un greeter est un hôte prêt à vous accueillir et à vous faire partager sa propre vision de son territoire. Une approche personnelle et personnalisée qui se distingue de l’approche purement culturelle d’un guide touristique, avec un bénévole ravi de partager son savoir, ses passions et ses connaissances. Les greeters sont généralement organisés en réseaux autour d’une destination (ville, département ou région), ils existent en France depuis 2007.

D’autres services émergent et s’inspirent du modèle désintéressé du greeting. Si le contact humain et le voyage expérimental sont des valeurs communes, les guides proposent ici leurs disponibilités et surtout leurs tarifs, ce qui en fait la différence fondamentale avec le greeting. Dans le cadre de cet article, nous les distinguerons comme les local guides.

Site(s) de greeting : France-Greeters | Global Greeter Network

Site(s) de local guides : Good-spot.com  | Vayable

 

 Tendance #7 : Help exchange

HelpX

L’Help Exhange (ou Help X) consiste à accomplir différentes tâches ou missions, de quelques heures à plusieurs semaines, en échange du gîte et du couvert. Très proche du woofing qui se limite aux seules fermes biologiques, l’Help X n’a pas d’exigences particulières sur le lieu d’accueil.

Site(s) d’help exchange : helpx | helpexchange.net

 

 

 

Tendance #8 : Logement chez l’habitant

logement chez l'habitant

Difficile de passer à côté de cette nouvelle forme de consommation touristique où l’on peut louer un logement chez l’habitant. Ces sites génèrent suffisamment de profits pour être catégorisés sans peine dans l’économie de marché et non plus seulement collaborative. Le succès grandissant de cette nouvelle forme de consommation touristique ne peut plus être ignoré. Une concurrence à l’offre touristique traditionnelle qui interroge aussi sur ses aspects réglementaires.

Site(s) : Airbnb  | Bedycasa  | Sejourning | Wimdu 

  

  Tendance #9 : Néo-hosteling

neo hosteling

Attention, comme le glamping, il ne s’agit pas vraiment ici d’une forme de voyage collaboratif mais plutôt d’une offre touristique alternative en réponse à l’évolution de la demande. Le néo-hosteling est à l’auberge de jeunesse ce qu’est le glamping au camping. Si vous avez bien suivi et en quelques mots, il s’agit de l’auberge de jeunesse version luxe : terrasses panoramiques, jacuzzis, salons-lounges luxueux, décors raffinés, chambres privatives, etc.

Site(s) de néo-hosteling : fr.hostelbookers.com 

 

 

Tendance #10 : Nightswapping

Nightswapping

Une forme de voyage basée sur l’échange de nuits. Vous gagnez des nuits en recevant des membres chez vous. Vous les utilisez ensuite pour séjourner gratuitement chez un membre du réseau. La nuit devient ainsi la monnaie virtuelle entre les différents voyageurs. C’est la nouvelle tendance qui émerge, créée par Serge Duriavig (ancien directeur associé de Smartbox) avec le lancement de Cosmopolit Home.

Site(s) de nightswapping : Cosmopolithome 

 

 Tendance #11 : Repas chez l’habitant

repas chez l'habitant

L’entraide culinaire et la table d’hôte sont ici remises au goût du jour et des palais des voyageurs. Chaque site se positionne sur une offre bien spécifique parmi lesquelles : récupérer ou se faire livrer simplement un plat, mettre la main à la pâte, s’installer les pieds sous la table, etc.

Site(s) de repas chez l’habitant : Beyondcroissant | Cookening | Livemyfood | Plateculture.com | Super-marmite

 

 

 

Tendance #12 : Woofing

woofing

Comme son nom ne l’indique pas, aucun rapport avec le meilleur ami de l’homme (woof woof). Plus sérieusement le woofing est une extension de la organisation World Wide Opportunities on Organic Farms pour la pratique d’une agriculture écologique et responsable. Il s’agit de travailler dans une ferme biologique et de recevoir en compensation le logement et la nourriture, tout échange lucratif est proscrit. Une manière de voyager et d’apprendre le métier d’agriculteur. La pratique est assez populaire notamment en Australie.

Site(s) de woofing : WWOOF France

 

L’économie collaborative est en marche

Les paris sont ouverts quant aux prochaines tendances. Le bling-bling pour des vacances superficielles et exubérantes ? Le glanding pour se suffire à lui-même ? Le déconnecting pour un sevrage numérique ? Pour la dernière, une vraie tendance à anticiper (sans rires) l’addiction au numérique nous guette.

Il y a fort à parier que nous assistons ici à ce que pourrait être un des pans organisationnels de la société de demain, dans la continuité ou la rupture du système actuel basé sur un fonctionnement essentiellement capitaliste qui trouve quotidiennement ses limites. Le plus drôle dans tout cet écosystème qui se dessine à l’horizon est que les sites emblématiques de l’économie collaborative (ils sont principalement américains pour ne pas les citer) sont aujourd’hui financés par d’importants capitaux privés. En favorisant l’économie collaborative, les fonds d’investissements placent certainement leurs billes et prennent les paris sur l’avenir. Ils mettent aussi un doigt dans l’engrenage en prenant le risque que la machine s’emballe et leur échappe complètement. Jusqu’au jour où ils seront à la merci d’une nouvelle forme d’économie qu’ils auront eux même favorisée sans pour autant partager les mêmes valeurs fondamentales. Sans doute ce que nous avons de mieux à souhaiter pour échapper à la conjoncture économique actuelle. La chance des générations X, Y et Z sera certainement d’assister à l’énumération d’un nouvel alphabet dans un monde nouveau où l’économie collaborative sera reine. Et s’il y avait encore un doute sur la nécessité des collectivités à soutenir l’économie collaborative notamment par le développement du numérique, je vous invite à cette lecture.

 

NDLR : Pour compléter le panorama des sites communautaires de voyageurs, cet article sera régulièrement enrichi avec les nouvelles tendances du voyage collaboratif et leurs sites associés, bien qu’il soit difficile de tous les citer. Un oubli parmi les catégories et leurs sites références ? N’hésitez pas à les glisser dans les commentaires de l’article qui sera réédité en fonction de l’intérêt du site.