Le marché de la location saisonnière n’en finit pas de bouger… Mais quand ces dernières années, il était tout simplement associé aux nouveautés hebdomadaires d’AirBnB, il va falloir maintenant compter avec de nouveaux acteurs majeurs : Booking, et LeBonCoin.

Booking, un acteur de plus en plus présent sur les meublés et chambres d’hôtes

La location saisonnière représente 20% du chiffre d’affaires de Booking en 2018, soit 2,8 milliards de dollars!. Le chiffre d’affaires de Booking, c’est quand même 14,5 milliards (et 93 milliards pour le chiffre d’affaires généré). Si vous voulez connaître en détail les chiffres du géant des OTA’s, allez sur cet article référence de Thomas Young. Artiref le produit chaque année

Selon Didier Foray de Tour Hebdo, l’affichage des chiffres de location saisonnière par Booking n’est pas innocent : “Il faut y voir une réponse à Airbnb, qui se targuait d’avoir atteint un chiffre d’affaires de 2,5 milliards l’an dernier, dépassant le milliard de dollars de chiffre d’affaires sur le troisième trimestre 2018.”

Ce qui indique bien que Booking se place sur le terrain de la loc, avec des avantages concurrentiels pour le client : annulation facile, et surtout pas de frais de services, puisque la commission de l’OTA est incluse dans le prix de vente.

Pour le propriétaire de la location, Booking représente une opportunité supplémentaire de distribution, sous un format très apprécié des clients. Il faut juste calculer son prix de vente en fonction de la commission.

LeBonCoin sort de son coin

Et puis, voilà que le site d’annonces le plus connu des français se lance dans la transaction sécurisée pour les locations saisonnières.
Le BonCoin, rappelons-le est né en 2006 et appartient à un groupe norvégien. En France, son chiffre d’affaires en 2018 était quand même de 308 millions d’euros.

Depuis que LeBonCoin existe, les petites annonces de location saisonnière y pullulent. En 2014, on en dénombrait déjà 110 000 (source étude DGE sur la mise en marché d’hébergements touristiques par les particuliers​).

Antoine Jouteau, CEO du BonCoin, annonce 200 000 offres de location saisonnière ce printemps sur la plateforme. Mais des annonces non garanties par LeBonCoin. Et combien d’offices de tourisme connaissent chaque été les plaintes de visiteurs déçus d’une petite annonce non vérifiée et qui viennent porter récrimination à l’accueil de l’office (même si évidemment, l’office n’a rien à voir la-dedans)?

C’est donc parti avec “LeBonCoin Vacances”, un nouveau service de la plateforme comprenant assurance et service de paiement en ligne, et qui est présenté sur ce site dédié http://vcs.leboncoin.fr/

Pour le loueur, le service est assez similaire aux autres plateformes : système de paiement sécurisé en ligne, assurance auprès d’Europ Assistance et calendrier de gestion de ses locations. Le service est déclenché après avoir publié son annonce de location, en rajoutant un RIB et une pièce d’identité pour devenir “utilisateur vérifié”

Coté client, LeBonCoin a adopté le même système qu’AirBnB, en faisant payer des frais de service. Mais avec une différence de taille; là où AirBnB est à 12%, LeBonCoin se limite à 6%.

Les pubs en ligne du nouveau service sont plutôt sympas, comme vous pouvez le voir ci-dessous

LeBonCoin vs AirBnB?

A ce jour, le nombre d’offres LeBonCoin affichées “paiement en ligne” ne sont pas nombreuses, voire totalement absentes dans certains secteurs

Alors, LeBonCoin peut-il sérieusement concurrencer AirBnB? Certes, le client n’aura pas les mêmes photos, ni tout le service client dédié. Sans doute la promesse du BonCoin fera-t-elle moins rêver. Mais l’atout prix sera un atout incomparable. Et pour le loueur, cela permettra de toucher une frange de clientèle habituée du site de petites annonces, mais qui n’allait pas forcément vers d’autres plateformes.

Cela permet également au BonCoin de se refaire une virginité règlementaire, car la plateforme va évidemment collecter la taxe de séjour et ainsi se mettre en conformité 🙂 avec la loi.

PARTAGER
Article précédentDes noms pour 9m2
Prochain articleEt si vous tentiez l’expérience de l’escape game ?
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin