C’est une impression, ou les menus des sites de destination se personnalisent?

En septembre dernier, je faisais un papier sur le site de l’office de tourisme de Lille intitulé “le web en simplicité” en soulignant la simplicité des menus : “manger, boire, dormir”…

J’ai l’impression que cette tendance évolue en faveur de l’expérience et la personnalisation. Preuve en est, toujours dans le Nord, le site de l’office de tourisme de Saint-Quentin

Saint-Quentin

On a donc des menus plus originaux “le guide de Saint-Quentin” qui rassemble les offres de découverte, “l’heure de la pause” qui sera une pause repos (hébergements) ou casse-croûte (restauration), le “kit du voyageur” pour les outils pratiques (accès, brochures) et enfin “le guichet” pour les ventes. Le site n’est pas traduit, et donc on imagine que la clientèle française se retrouvera dans cette nouvelle approche plus imagée, certes, mais pas forcément aussi efficace.

Même approche sur le site Béarn-Pyrénées du CDT des Pyrénées-Atlantiques. Le nouveau schéma départemental du tourisme a validé une communication distincte sur ce que sont les deux destinations du département, le Pays Basque et le Béarn.

On a privilégié comme menus les qualificatifs de la destination : gourmand, curieux, créateur, ou encore “grands espaces“.

C’est le sur-menu “vous êtes plutôt?” qui renvoie vers des offres organisées en fonction des demandes du visiteur.

Enfin, la résa se fait sur la bouton “booking64.com” ou sur “infos pratiques”. Il y a donc bien une hiérarchie correspondant au cycle du voyageur : la découverte sur les menus de la destination, la comparaison sur le second menu, et la résa sur le troisième.

 

Béarn Pyrénées

 Coté traductions, le site anglais est sur une version différente, alors que la version espagnole est opérée par Google traductions, qui finalement opère de façon assez qualitative. Il est à noter sur cette version du site la présence de textes fouillés et complets, qui changent (enfin) de la fiche de la base de données, et qui de ce fait, renseignent réellement sur ce qu’est la destination. C’est “le retour du long”, comme le disait François Perroy dans un récent papier sur le web journalistique.  

La personnalisation est tendance

C’est  une constante dans de nombreux sites Internet d’offices de tourisme : le filtrage des offres (souvent issues de la base de données) selon les critères renseignées par l’internaute. Je continue sur le site de Saint-Quentin, qui a une ergonomie  “défilante”, avec un long scrolling trés actuel : le moteur de rechercher avec critères apparait vite. 

Saint-Quentin

 

Idem pour Lisieux Pays d’Auge, qui vient de lancer son nouveau site Internet. Sous  le bocage normand avec les pommiers en fleurs (une image perçue valorisée…) on retrouve là aussi une proposition de critérisation de ses offres en fonction de ses choix et envies.

Lisieux Pays d'Auge

Cette envie de personnalisation correspond bien aux tendances du moment (lisez à ce propos jeudi prochain l’article de Stéphanie). Mais je me pose la question de l’efficacité. Et si certaines destinations qui nous lisent ont déjà mis en place ce système de filtre et disposent de statistiques, je suis preneur!

Je finirai cet article en mettant en avant une fonctionnalité du site de Saint-Quentin, que l’on découvre tout en bas de page. Il s’agît de “la boîte à outils” avec la présentation des différentes solutions numériques de l’office de tourisme, qu’il s’agisse de l’appli pour les enfants, des audioguides ou encore du guide mobile.  Les descriptifs de chaque outil manquent un peu de photos pour le moment mais l’intention y est. 

Saint Quentin

 

 

Alors, faut-il recuisiner les menus et personnaliser à outrance ? Sophistiquer ou rester simple et super pratique? Le débat est ouvert…

 

PARTAGER
Article précédentAirpnp : l’application collaborative pour les petites ou les grosses envies
Prochain articleDu mauvais usage des QR Codes…
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin