Un léger problème de décalage horaire avec Montréal m’amène à rédiger fissa un petit billet en ce milieu de matinée…

Vous avez très certainement entendu parler ces derniers mois des Google Glass, ce projet qui pourrait à terme être au moins un sacré complément à nos smartphones, au plus, le remplaçant qui nous conduira à recycler nos iPhone, Galaxy et Cie ! Google est clairement passé à une phase de lancement de ce nouveau produit, après quelques vidéos de démonstration depuis le printemps dernier sur Youtube, avec la mise en ligne d’un site particulièrement appétant avec en page d’accueil une vidéo très sympa que je vous intègre ci-dessous.

 

On avait entendu parler d’une vente aux développeurs réunis en septembre par Google lors de leur Conférence, au tarif de 1500$, afin de doper les fonctionnalités et d’enrichir les travaux menés en interne (pas bête comme idée hein ?). Mais là, sur ce site dédié, Google nous propose en troisième onglet d’en acquérir !!?? Ah bon, déjà ? Chouette !!! En fait, il s’agit d’être cobaye : 8000 seront sélectionnés sur la base d’un tweet ou d’un statut Google+ intégrant le hashtag “#IfIHadGlass” (tiens, on peut pas le faire sur Facebook…) et photos ou vidéos. Ne vous affolez pas, il faut résider aux États-Unis, c’est mort pour la plupart d’entre nous.

Ce qui est magique, c’est que Google nous explique que c’est un prototype, que ce n’est pas encore parfait, mais ce sera exciting les gars, et si vous avez la chance d’être sélectionné parmi les 8000, vous aurez le droit d’acheter vos lunettes à 1500$, avec l’obligation de participer à une réunion à New-York, San-Francisco ou Los Angeles ! Le jour où l’un d’entre vous lancera un concours pour dire “Les 8000 meilleures photos et vidéos de ma destination publiées sur Facebook et Twitter et Google+, qui suivront mes comptes sociaux, qui publieront avec le hashtag que j’ai sélectionné auront le droit de se payer des vacances chez nous à 1000€ par personne sous réserves de participer à notre opération de comm’ préalable sur Paris (à leurs frais bien entendu…), et au fait…on vous promet rien, les hôtels sont encore en construction, mais c’est super excitant non ?”…ben on aura gagné non ?

Trêve de plaisanterie, on sent poindre les dispositifs numériques qui vont de plus en plus se rapprocher de notre corps comme je l’évoquais en ce début de semaine avec les montres Pebble, iWatch et désormais ces lunettes, participer encore davantage à notre quotidien et à un monde ubiquitaire en plein développement ! On attends maintenant avec impatience que les bêta-testeurs américains valident pour une industrialisation du produit (le prix public devrait être inférieur, on parlait de quelque chose de l’ordre d’un smartphone haut de gamme, soit à peu près 600€).

PS : oserai-je avouer ma déception en voyant que c’est réservé aux étatsuniens…et donc que j’étais presque prêt à envisager de dépenser 1500$ + un billet d’avion pour avoir le droit de béta-tester les Google Glass ? Pfff pauvre de moi, pauvre de nous…

PARTAGER
Article précédentCulture iPad pour tous !
Prochain articleComment être sûr de rater son appel d’offres !
Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence du Numérique) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C'est dans ce cadre qu'il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis mai 2011, il est Consultant etourisme, intervient sur de nombreux séminaires, manifestations et congrès, accompagne des structures sur leur stratégie, en AMO, ou en formation. Il organise les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel pour le compte d'UNITEC et la Région Nouvelle Aquitaine à Pau, après les avoir initiées à Toulouse. En 2013, il co-fonde avec ses associés et blogueurs Pierre Eloy et François Perroy la société Agitateurs de Destinations Numériques, initiatrice des concepts d'Internet de Séjour, de Secrets Locaux et de Conciergerie de Destination. C’est à partir de ce travail quotidien qu’il se propose d’alimenter ce blog, en livrant ses impressions et commentaires quant au développement des nouvelles technologies au sein des structures publiques de tourisme.