Quoi vous avez loupé la sortie officielle de LeapMotion ? Quoi, c’était pareil le 27 janvier 2010 ? … pour l’Ipad ! mais que faîtes vous de votre temps de cerveau disponible ?

Ok, j’anticipe un peu sur 2015, quand un bloggeur fou nous citera pour montrer que nous étions précurseurs de dire que LeapMotion était incontournable, je ne voudrais pas me retrouver dans la peau de ceux que je vais citer dans la foulée, ces personnes qui prédisaient au jour 2 de la vie de l’Ipad, une mort assurée à ce gros Iphone. Voir aussi les premiers articles sur cette tablette : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/01/27/apple-presente-son-ipad-tablette-multifonctions_1297723_651865.html

ipad_issue

Ce préambule vital étant posé, parlons un peu de cette bestiole qui est sortie officiellement ce 22 juillet 2013. Pour 80$, vous pouvez recevoir cette version 1 d’un petit boitier rectangulaire (rappelez vous de la version 1 de l’Ipad dans cette préhistoire du tactile…il y a quand même 3 ans 🙂 , qui se branche sur votre pc ou mac et qui va lui donner des airs de Kinect à la détection de mouvements assez fine. Alors comme l’Ipad, au début on se demande bien à quoi cela peut servir ? Comme l’Ipad au début, on n’est pas sûr d’avoir toutes les réponses car LeapMotion va devoir se construire ses usages, comme son grand frère Kinect qui a été inventé pour le jeu, mais ensuite Microsoft a tout fait (des campagnes de pubs TV) pour expliquer également que Kinect pouvait servir pour d’autres usages, dont touristiques. Avouez que Kinect pour le moment n’a pas eu le même succès que l’Ipad dans mes comparaisons du jour. 

LeapMotion, c’est quoi en fait ?
Petit résumé par LeMonde par ici : 


On a testé le “Leap Motion”, le contrôleur qui… par lemondefr

 

Pourquoi LeapMotion pourrait ressembler beaucoup plus à Ipad qu’à Kinect ? 
LeapMotion se base sur le modèle d’Apple dès son lancement. Là où Kinect a tout de suite été marqué “télécommande de la console de jeu XBOX360”, LeapMotion préfère se positionner comme un outil indépendant, qui donne accès à des applications développées compatibles avec cette navigation, que je vais pouvoir télécharger (gratuit et payant) sur une plateforme d’applications, je vous laisse apprécier la place libre dans les catégories pour une belle rubrique à venir je l’espère, TRAVEL (Voyages, pour Paul Fabing :), ah Paul, au fait, désolé, pas d’applications prévues sur Linux pour l’instant 🙂 : 

airspaceQuels usages touristiques ? 
Bon, c’est là que les prédictions deviennent hasardeuses, avec deux jours de recul, je me sens vraiment dans la peau d’un bloggeur de 2010, parlant de l’Ipad deux jours après sa sortie, en train d’imaginer les 250 000 000 de tablettes vendues aujourd’hui alors qu’une grande majorité d’utilisateurs ne savaient pas quoi en faire. Il est possible de trouver un avenir touristique à cet outil, il est abordable, il est techniquement intéressant même si sa prise en main est balaise (elle demandera à être améliorée si elle veut devenir Très grand public), il ne demande pas (sauf erreur de ma part dans mon test réel) de reparamétrer la reconnaissance des mains de deux utilisateurs différents, là ca devient intéressant en accueil numérique avec un conseiller en séjour APEXé , expert LeapMotion 🙂

 

Bon,  je botte en touche pour le moment, mais une des applications qui m’a interpellé reste Google Earth piloté par ma main, la finesse des capteurs vous donne l’impression d’avoir un manche de Rafale dans les mains… quoi ? vous n’avez jamais piloté de Rafale… mais sans déconner, vous n’êtes jamais là où il faut… Ipad, LeapMotion et maintenant Rafale… pfffff. Bon, comme le Rafale,  ça demande une certaine concentration pour faire une balade pertinente, qui ne vous fait pas plonger à 4457m dans l’océan ou près d’Andromède à 42 millions d’années lumière dans l’espace. Mais… j’aurais tendance à croire que nous avons un BON Kinect dans les mains. 

Les limites identifiées pour le moment ? 
Si vous me connaissez dans la vie réelle, je pose ma réflexion toujours sur le même socle : Neuneu, Feignant, Bigleux… voilà ce que je pense par défaut de tout touriste (j’en fais partie 🙂 quand il s’agit de poser une stratégie touristique numérique. La partie Feignant aurait tendance pour l’instant à souffrir un peu, car ça demande un certain effort physique (oui je suis une chochotte) de contrôler mon écran pendant 10mn du bout de la main. Faîtes l’expérience d’une balade Google Earth, reliant votre maison à votre bureau et vous verrez 🙂 

L’autre limite simple à imaginer, les applications. Elles ne sont pas pour son lancement, vraiment bluffantes (je ne les ai pas toutes testées) et leur tarif pour calmer les utilisateurs d’AppleStore ou PlayStore qui hésitent parfois pour 0,89€ , ici nous tournons vite autour des 5€ à 8€, l’application. 

Pourquoi LeapMotion peut marcher ? 
Les mains dans la farine, sur votre plan de travail, en train de préparer la recette suivie sur votre futur écran de cuisine, la commande manuelle peut être pratique 🙂 .. Derrière cette idée, c’est peut être une avancée dans l’usage des technologies de non-contact ou de virtualisation de la navigation (voir aussi les écrans projetés qui poussent par ci par là), les discussions entre HP et LeapMotion auraient tendance à me faire dire que cette technologie pourrait se généraliser (si affinée) comme nous voyons en ce moment se généraliser les écrans de pc portables tactiles. (voir article ici : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-hp-va-integrer-le-capteur-de-gestes-leap-motion-dans-certains-pc-53279.html )

Si des “major” se lancent dans l’aventure des applications, ca peut prendre, on parle par exemple du New York qui va tester LeapMotion : http://www.cnetfrance.fr/news/le-new-york-times-prepare-une-application-pour-leap-motion-39792582.htm 

Outil simple, un enfant de 4 ans (le mien), dans la moyenne de neurones activés (son cahier de première année de maternelle semble me le confirmer #PapaFier), ayant peut être une légère surexposition aux outils tactiles au quotidien (mais adorant ses livres Petit Ours Brun et SamSam) de part l’activité de son papa (ça doit être pareil pour un fils de boucher, il doit avoir de la salade de tête de veau et de la rosette en légère surexposition sur la table du diner), donc cet enfant a mis comme ses camarades l’auraient fait, environ 1mn38 à comprendre le fonctionnement quand il a été question d’une partie endiablée de hockey : 

Nous ne pouvons que souhaiter à LeapMotion le même avenir que l’Ipad, même si en conclusion, je modèrerais tout ce que je viens de vous écrire 🙂 , attendons un peu de voir comment va évoluer cet outil et son écosystème d’applications.