On a souvent écrit sur ce blog sur l’implication ou au moins l’acceptation du tourisme par les habitants devenue une question cruciale avec la montée de phénomènes de « tourismophobie ». Voir, notamment les articles de Jean-Luc Boulin et de François Perroy.

 Avec le lancement du premier dispositif de elearning de territoire la région Bourgogne – Franche Comté innove et défriche une piste intéressante.

 

Le micro-learning, c’est quoi ?

La nouvelle région Bourgogne-Franche Comté et son CRT ont lancé hier avec la start-up Artips la première plateforme d’apprentissage en ligne d’un territoire.

Le micro-learning est une forme d’apprentissage fondée sur des formats très courts de quelques minutes. On parle aussi de rapid learning ou de mobile learning.

Pourquoi du micro-learning ? Cette forme de formation en ligne est née de deux constats : les MOOC (massive open online course) ont suscité un réel engouement puis ont profondément déçu par leurs résultats : moins de 8% des personnes qui commencent un MOOC ne le terminent pas (selon une étude du MIT d’Harvard, seul 5% des inscrits valident la formation en ligne). Dit autrement les taux d’abandon sont records (lire notamment un article déjà ancien mais très pertinent du Journal du Net « Les Mooc déjà has been »).

Deuxième constat : les gens n’ont pas le temps ou plutôt leur temps est fragmenté en moments courts (vous vous souvenez des fameux « micro-moments » de Google !).

D’où ce Micro-learning qui s’adapte à nos vies surchargées et où une leçon s’ingurgite entre 5 et 8 minutes et que l’on peut même suivre son mobile dans tous ces petits temps d’attente, de transports ou de pause de nos journées.

La pertinence du micro-learning n’est pas qu’une adaptation aux contraintes de l’utilisateur, c’est aussi un parti-pris pédagogique de fond : un contenu décomposé, « granularisé » disent les spécialistes, sera beaucoup mieux retenu qu’une grande leçon d’une heure !

« Chez Artips, nous ne pouvions pas nous résoudre à ce que le digital et toutes ses potentialités soit associé à un échec pédagogique (celui des Mooc ndlr). Artips a donc utilisé son expérience grand public (ses newsletters) pour créer un outil plus humain, plus chaleureux, adapté à l’apprenant, à ses usages et aux nouvelles façons de consommer l’information. Nous savons capter des publics hétérogènes par des newsletters teasing très fortes, les retenir grâce à une plateforme performante avec une expérience utilisateur engageante, et les fidéliser grâce à des contenus addictifs » déclare avec conviction Amélie de Ronseray d’ARTIPS.

Le micro-learning, ça marche ?

Des formats courts, une expérience client fluide, des contenus attractifs, des formats mobiles ou responsive, cela semble fonctionner : Face aux MOOC les dispositifs de micro-learning affichent des taux de complétion (parcours engagés / parcours terminés) autour de 60%.

Mais alors le micro-learning de territoire, c’est quoi ?

C’est d’abord une innovation pensée et réalisée par ARTIPS, la start-up spécialiste du story-telling digital culturel et touristique (vous êtes peut-être abonné à la newsletter gratuite « une dose d’art au quotidien ») et pour la première fois mise en œuvre par le CRT Bourgogne Franche Comté.

Dans ce cas, il s’agit d’une plateforme online, 100% responsive, qui présente « les 100 merveilles de la Bourgogne-Franche Comté ». Organisé en 4 chapitres et 16 leçons qui utilisent tous les types de médias.

Ces leçons sont thématisées – Montagnes, fromages, Patrimoine, Industries, Vins, Art Roman – et sont conçues comme des épisodes d’une série addictive. La touche ARTIPS c’est un ton vivant, des accroches par l’anecdotes et la diffusion de secrets :

« Savez-vous que la toute première photographie de l’histoire a été prise à Saint-Loup-de-Varennes ? Qu’on peut trouver un morceau de Franche-Comté au cœur du château de Versailles ? Que si le Mont d’Or est si bon, c’est à des sangliers qu’on le doit ? Et puisqu’on parle fromage, avez-vous déjà songé au volume que représentent les 10 millions de Vache qui rit avalées chaque jour dans le monde, en provenance de la Fromagerie Bel ? »

Et les illustrations sont sur-mesures, chaleureuses et sympas, ici les Hospices de Beaune :

La plateforme est hyper simple d’utilisation, fluide avec de nombreuses petites inventions pédagogiques et fonctionnelles comme les cartes des connaissances :

Et cette plateforme c’est pour qui ?

Cette plateforme de micro-learning dédiée à l’apprentissage de la nouvelle région, à travers la découverte des 100 merveilles était d’abord destiné à tous les professionnels (publics et privés) du tourisme dans l’idée de renforcer leur connaissance de la grande région, de les enrichir d’histoires à raconter et en ce sens améliorer l’accueil délivré aux visiteurs :

« L’enjeu fondamental est d’augmenter la connaissance des richesses de la grande région par les habitants mais aussi par les institutionnels et les professionnels » précise Sophie Ollier-Daumas, Directrice du CRT.

« Nous avons la chance de pouvoir compter sur des professionnels formidables, au contact quotidien de tous les curieux ou passionnés de notre région et incontournables dans son attractivité : un maillage essentiel de 90 offices du tourisme environ, 8 ADT efficaces qui structurent notamment les collectifs de filières et 3 destinations locomotives : la Bourgogne, les Montagnes du Jura et le Massif des Vosges. Ce projet est là pour les soutenir et leur associer l’action précieuse des habitants dans l’inspiration d’envies de visite et de revisite de notre superbe région. »

En effet, le CRT et les élus régionaux ont décidé d’ouvrir la plateforme à tous les habitants de la région : c’est bien en ce sens que le projet devient une démarche qui vise à renforcer le sentiment d’appartenance des habitants.

Suffisamment rare dans le tourisme pour le souligner, le projet est porté au plus haut niveau de la Région et Marie-Guite Dufay, Présidente de la région Bourgogne-Franche Comté, nous explique :

«… nous voulions offrir un outil innovant pour que tous puissent découvrir et être fiers des richesses de leur territoire (culture, gastronomie, histoire, environnement). Nos habitants sont nos meilleurs ambassadeurs pour transmettre ces atouts à leur entourage, aux générations futures, aux amis de passage, aux visiteurs qu’ils peuvent croiser ou accueillir. Nous aimons aussi à penser que ce parcours pourra les inspirer dans leurs propres découvertes du territoire et, qui sait, leur donner envie d’en (re)parcourir certaines routes, certains lieux, certains ouvrages ou films ! ».

C’est pourquoi la Région a prévu un plan de communication ambitieux avec du digital, de la radio, de l’affichage et même des spots TV sur France 3 région.

Le micro-Learning une arme contre la tourismophobie ?

Alors le micro-learning de territoire sera-t-il un outil pertinent pour développer le sentiment d’appartenance positif des habitants et leur acceptation du phénomène touristique ? voire leur implication dans l’accueil des visiteurs ? Un outil d’éducation à l’hospitalité

Sera-t-il un outil performant pour impliquer des pros pour qui il est difficile de consacrer des journées entières à des réunions à la ville centre ou à des Mooc ?

On attendra des retours, des témoignages et des résultats (ah les fameux KPI) pour se prononcer définitivement.

Mais en attendant, on peut déjà se dire que la promesse est belle et chacun peut se faire une idée :  le CRT Bourgogne-Franche Comté vous invite à découvrir la plateforme : bourgognefranchecomte.artips.fr

Et, en guise de conclusion, je vous offre cette belle citation de Marcel Proust : “Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.”

Bonne dégustation !