Mon coup de foudre pour toi a commencé dès la plus tendre enfance. Papa travaillait pour Air Canada, alors nous pouvions prendre l’avion vers un tas de destinations. Que de souvenirs, d’ailleurs: Floride, Barbades, Espagne, France, et j’en passe.

Puis, ce furent des escapades sur une base régulière: weekends dans les Laurentides, les Cantons-de-l’Est ou Charlevoix, dans les états américains du Nord-Est (New York, Vermont, Maine, New Hampshire, Massachussets). À l’adolescence, mes premières expériences en solitaire, en Autriche, en Espagne encore, puis le grand périple de neuf mois, sac au dos, traversant plus de 15 pays en Europe, en Asie, et même en Afrique.

Alors comme c’est la St-Valentin cette semaine, je voulais te le dire: Voyage, je t’aime!

Les multiples formes du voyage

Depuis plusieurs années, j’ai le grand bonheur de travailler dans le marketing du voyage – certains diront du tourisme, mais ce terme est bien moins romantique, avouez!

“L’amour fait passer le temps, mais le temps fait passer l’amour”

Proverbe italien

Si l’adage italien veut que le temps fasse passer l’amour, cela ne s’avère pas forcément vrai pour le voyage, pour lequel on ne cesse d’en vouloir plus au fil du temps. D’ailleurs, ne dit-on pas que “voyager est la seule chose qu’on achète qui nous rend plus riche” ?

Voyage en solo

Ainsi, le voyage n’est pas forcément une expédition jusqu’au bout de la Terre. Plus souvent qu’autrement, il est en soi, et on fait très souvent les plus jolies découvertes tout près de chez soi. Pas étonnant de voir le mouvement des staycations – néologisme dérivé des mots stay (rester) et vacations (vacances) – gagner en popularité!

On dit d’ailleurs qu’il existe une multitude de formes de voyager:

  • Les courts-séjours urbains ou en villégiature
  • Les croisières
  • Le trekking, le ski et les activités en montagne
  • Les voyages de groupe
  • Les voyages en solo
  • Les voyages thématiques: culturel, sportif, foodies, etc.
  • Le road trip
  • Le camping
  • Etc.

Même quand on part à l’aventure, vers une destination ou un territoire qu’on souhaite découvrir, il n’est pas toujours nécessaire de se forger un itinéraire détaillé et d’avoir tous les plans définis au préalable via l’application mobile du jour. En cette ère de technologies et médias sociaux, n’est-ce pas le nec plus ultra que de voyager sans plan, au gré du vent?

Voyager rend modeste. On voit mieux la place minuscule que l’on occupe dans le monde.

Gustave Flaubert

Amour du voyage

Je reviens d’ailleurs tout récemment de Cuba, une destination fabuleuse surtout pour un aspect en particulier: le wifi y est, en général, plutôt mauvais. Ou alors circonscrit à certains endroits, comme le lobby de l’hôtel.

Quand on voyage en solo avec trois garçons habituellement rivés à leur écran d’appareil mobile, cet inconvénient devient soudainement une valeur ajoutée. Une détox numérique non prévue, qui permet surtout de mieux profiter de chaque instant, d’aller vers l’autre et de faire de belles découvertes humaines!

Voyager sans rencontrer l’autre, ce n’est pas voyager, c’est se déplacer.

Alexandra David Neel
Les Gonzalo en vacances à Cuba, janvier 2019
Des vacances à Cuba en famille, sans internet, qui dit mieux ?

Et le tourisme, bordel ?

Cet amour du voyage est un aspect qui nous unit, les gens qui travaillent en tourisme. Cette curiosité de savoir comment vivent les gens d’un endroit donné, ce qu’ils mangent, les endroits qu’ils fréquentent, la musique et la culture qui les caractérisent, c’est aussi ce qui contribue à nous ouvrir l’esprit. Et par le fait même, ce qui nous aide à comprendre ce qui nous distingue pour ensuite développer une offre singulière dans notre quotidien d’intervenants en tourisme.

Une destination n’est jamais un lieu, mais plutôt une nouvelle manière de voir les choses.

Henry Miller

L’amour et le marketing touristique sont-ils incompatibles pour autant? Pas du tout, au contraire même. On voit ainsi des destinations miser sur cette émotion, sans contredit la plus forte du registre des sentiments humains. On pense bien sûr à des villes comme Venise et ses gondoles, à certains slogans comme le célebrissime “I Love New York” ou encore l’état américain de la Virginie, qui s’assume comme destination pour amoureux, rien de moins!

Virginia is for lovers

En cette semaine de la St-Valentin, puisse Cupidon nous lancer autant de fléchettes que possible afin que nous gardions à l’esprit cette passion qui nous anime, mais surtout qui anime tant de voyageurs actuels, passés qu’en devenir.

Jeunes voyageurs
Il n’y a pas d’âge pour voyager, tout comme il n’y a pas d’âge pour tomber en amour… 🙂

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.

Marcel Proust

Et vous, quels sont vos souhaits pour cette St-Valentin? Bouquet de fleurs, chocolat, lingerie coquine… ou escapade non prévue vers une destination inconnue?

PARTAGER
Article précédentGoogle+ est mort… vive Google+ !
Prochain articlePour un management de la sécurité informatique dans l’entreprise
Frédéric Gonzalo est un passionné du marketing et des communications, oeuvrant depuis plus de 25 ans dans le monde du tourisme et du voyage. Début 2012, il fonde Gonzo Marketing et agit à titre de consultant en stratégie marketing, conférencier et formateur sur l’utilisation des nouvelles technologies (web, médias sociaux, mobilité). Il écrit régulièrement pour le bulletin TourismExpress ainsi que PAX Magazine, en plus de rédiger en anglais pour plusieurs publications dont Social Media Today, Skift, Tnooz, Business2Community et ehotelier. Son blogue traite de marketing et de tourisme numérique: www.fredericgonzalo.com