Dans un précédent billet, je posais une question: le site web de l’OT est-il pavlovien ? Dans un souci de concision, je n’avais pas développé tout le potentiel de réponses à cette épineuse question; je profite donc de l’opportunité qui m’est donnée de poursuivre la réflexion sur ce sujet qui pourrait remplir de nombreuses pages. Pour ma part, je me limiterai à ce petit billet…

Aujourd’hui, c’est plus spécifiquement à la page d’accueil que je vais m’intéresser principalement mais également aussi un peu à des contenus plus audacieux que ceux que nous voyons traditionnellement. Le menu classique « dodo-panade-récré » (plus communément libellé « Où Dormir-Où Manger- Que Faire ») a vécu, il serait grand temps de le faire, au moins un peu, évoluer.

Ne demandez pas ce que le touriste peut faire pour vous…

… Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le touriste ! Ce petit clin d’œil à JFK pour faire le lien avec mon article précédent et plus particulièrement le point consacré à la séduction du visiteur. Et c’est bien cela le premier service à lui offrir: de l’attention et de la séduction

Le problème, c’est que le visiteur n’est pas forcément là où on l’attend et, surtout, il est souvent quelque peu taquin: plutôt que de passer par la porte d’entrée, il entre dans notre site par la fenêtre! La faute à qui me direz-vous ? À Google bien sûr!
L’internaute étant devenu de plus en plus habile avec les moteurs de recherche et ce dernier étant eux-mêmes devenus de plus en plus performants, pourquoi Google ne donnerait-il pas à l’utilisateur le lien vers la page correspondant le plus à la requête ?

Enterrons définitivement le mythe de la page d’accueil

BienvenueSi au début des années 2000, la page d’accueil drainait encore en moyenne 50% du trafic direct des sites web, on est largement passé en dessous des 3% aujourd’hui (toujours en moyenne bien sûr) et c’est tout à fait normal pour un site qui a correctement préparé son référencement naturel.
Cette information permet de tirer plusieurs conclusions:

  1. Pour ceux qui continueraient obstinément à confondre page d’accueil et plan du site, j’espère que vous comprenez maintenant que c’est totalement inutile. Aujourd’hui plus que jamais, la page d’accueil se doit d’être sobre, brève et visuelle avant tout. Et si elle tient en un seul écran, sans nécessité de scrolling, c’est encore mieux !
  2. Le menu (et non pas « les » menus, calmons-nous !) doit être accessible, positionné selon les standards en vigueur et limité à sa plus simple expression en nombres d’items.
  3. Les éléments que vous voulez « pousser » ne doivent pas se trouver uniquement sur la page d’accueil mais plutôt être intégrés au template de votre site. (lien vers vos médias sociaux, par exemple)

Les géants du web l’ont bien compris et un rapide coup d’œil à leurs sites vous le confirmera.

D’hier à aujourd’hui

Retour vers le passéExcellente initiative que ce « back to the past » initié par Tom Travel. Leur idée ? Présenter l’évolution, en termes de webdesign, des principaux acteurs de l’économie touristique digitale avec une petite infographie sympa et très explicite.

En prenant, au sens propre du terme, un peu de recul, on voit vraiment le mouvement du web vers le « tout visuel ». C’est particulièrement frappant pour le Club Med.
Je vous invite également à observer l’évolution de Tripadvisor: http://www.tom.travel/2017/01/09/back-to-the-past-tripadvisor/ ou encore celle de Airbnb: http://www.tom.travel/2017/01/05/back-to-the-past-airbnb/ .

Expérience, quand tu nous tiens

Tourisme expérientielCela fait des années maintenant qu’on entend sans cesse dans le conférences professionnelles que ce que le consommateur veut aujourd’hui, ce ne sont plus des produits classiques et standardisés mais bien des expériences. Oh oui, on le sait. Très bien. Je suppose donc que si je vais sur votre site, je vais en trouver, non ?

Si vous ne le faites pas encore, Airbnb et Google, avec leurs Trips (et leurs tripes) jouent résolument la carte de l’expérience mais il reste quand même de la place pour les OT pour le moment: aujourd’hui, la quasi-totalité des « produits » proposés sur ces plateformes internationales sont principalement liés à de très grosses destinations (New-York, Paris, Le Cap,…); il y a donc une carte à jouer d’un point de vue plus « local » sur votre territoire. En outre, à moins que vous ne restiez enfermés dans votre bureau, vous devez connaître un paquet d’acteurs locaux (artisans, moniteurs, passionnés,…) qui pourraient constituer la base de votre offre expérientielle.
Bref, on prend son bâton de pèlerin et on part à leur rencontre pour un beau partenariat public-privé ! Et cette nouvelle rubrique « Expériences », ne mériterait-t-elle pas une place de choix dans votre menu ? Elle ne vaut pas moins que « Où dormir » et elle suscitera sûrement au moins (et je pèse mes mots) autant d’intérêt que cette dernière !
Par ailleurs, ceux qui me connaissent savent ce que je pense de l’importance accordée par les OT à la valorisation de l’offre d’hébergement: c’est une perte de temps; ce créneau est par les Booking et autres Airbnb. On peut ne pas être d’accord avec moi sur ce point mais inutile de tenter de me faire changer d’avis 😉

Tout ça pour dire que je mettrais personnellement l’offre d’expériences en tête de gondole du site web. Tout d’abord parce que c’est en phase avec les attentes du client d’aujourd’hui et ensuite, parce que le potentiel de séduction de ces produits-là est bien plus élevé que celui de l’offre traditionnelle.

Bon, c’est pas tout ça mais j’ai mon cours de sudoku qui va commencer, je vous laisse: aujourd’hui, je passe ma ceinture marron.

  • Pingback: La page d'accueil de papa a fait son temps | Et...()

  • Pingback: Website: La page d'accueil de papa a fait son t...()

  • Romain Péroua

    Attention cependant, ce n’est pas parce que l’internaute entre par la fenêtre qu’il ne ressortira pas par la porte 😉

  • Pingback: A lire - jdodet | Pearltrees()

  • NOE_interactive

    Cher Denis, merci pour cet article « accrocheur » mais je dois y apporter des précisions car vous faites des raccourcis un peu hâtifs. Dans le fond je vous rejoins, notamment sur la baisse d’intérêt de la page d’accueil mais de là à faire votre grand écart de « l’enterrement définitif » parce qu’ « on est passé en dessous des 3% de trafic », il y a un grand pas , à ne pas franchir tout de suite.

    Je ne sais pas d’où vous sortez vos 3%, mais ça serait bien de le préciser, pour voir qui est concerné par ce chiffre « moyen », très moyen 🙂

    Pour illustrer mon propos je partage avec vous et vos lecteurs 4 exemples précis de statistiques de sites web de quatre clients, assez représentatif des DMO du marché Français en regardant le trafic de la page d’accueil en français, quelle position dans la hiérarchie des pages les plus vues du site, le % d’entrée et le pourcentage de sortie de cette même page, sur un an complet (année 2016).

    * * Trafic Page d’accueil en Français

    [Agglomération] – Saint Etienne : N°1 (14% du trafic total), 24% d’entrée, 66% de sortie.

    [Station de ski] – Les Menuires : N° 2 (11% du trafic total, derrière webcam), 22% d’entrée, 25% de sortie.

    [Massif] – Chartreuse : N°1 (8% du trafic total), 12% d’entrée, 37% de sortie.

    [Spot] – Pic du Midi : N°2 ( 16% du trafic total, derrière webcam), 22% d’entrée, 27% de sortie.

    Vous constaterez aisément que si l’ont parle des DMO, la page d’accueil c’est une page toujours incontournable. C’est point de passage clé, pas forcément au début de la session, mais c’est un fait (surtout si on regarde les taux d’entrée et de sortie).

    Vous parlez donc d’un chiffre faux pour beaucoup de sites web (au moins pour ceux des DMO).

    Vous arrivez aussi à recommander une Homepage sans scroll, à l’heure du touch et des écrans tactiles! Bien que nous soyons adeptes du design minimal je vous mets au défi de mettre d’accord un groupe de travail sur le contenu d’une homepage sans scroll et sur ce qui doit remonter ou non (puisque tout est souvent « indispensable » en home).

    Là ou je vous rejoins par contre très volontiers, c’est sur l’expérience. Mais demander à un OT de faire une sélection de ce qui est du ressort de l’expérience s’accompagne toujours d’une réponse circonstanciée : « on ne peut pas faire de sélection parmi nos socio pros »…. Alors oui on pousse toute l’offre, on surcharge les pages du site, c’est vrai et ce n’est pas profitable pour l’utilisateur, ça je vous rejoins et on aimerait être plus écoutés aussi sur ce point.

    Mais vous le savez sûrement, le tourisme en France c’est beaucoup de spécificité, c’est pour cela que je ne suis assez nuancé sur les théories qui voudraient faire croire à tout le monde que ce qui se passe chez les GAFA, les Airbnb et autres Club Med touche aussi directement tous les acteurs de la filière tourisme. Il faut bien sûr tirer des enseignements de ce qu’il font, mais ne pas tirer de conclusions trop hâtives, n’est pas Airbnb qui veut.

    Jean-Baptiste

    Nota : Je suis CEO d’une agence web spécialisée dans le tourisme depuis 15 ans et travaille depuis 20 ans dans le web.

    • Rédacteur Adverb

      D’autant plus que la homepage revêt toujours une importance capitale pour le référencement naturel !

  • Pingback: Site internet - Multimédia | Pearltrees()

  • Pingback: Site internet | Pearltrees()