Décidément Ile de la Réunion Tourisme développe tout azimut ses applications avec la sortie récente d’un jeu vidéo pour smartphone :  inspiré par des jeux populaires comme Mario Bros (Nintendo), Run Island – The Game permet au joueur d’incarner des personnages emblématiques de l’île : Tido le Dodo, Rocket le Paille-en-queue et Marty le Dauphin.

J’ai essayé de jouer, et franchement, c’est pas facile, mais je ne suis pas non plus le roi du jeu vidéo! par contre, l’environnement est agréable et la carte de l’île accompagne chaque étape du jeu. 

 


Run Island – The Game – Trailer de lancement par Gamekult

Nous avons posé quelques questions à Willy Etheve, directeur par interim de l’IRT sur la mise en place du jeu :

Comment est née l’idée d’un jeu vidéo pour découvrir l’île de la Réunion ?

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) sont au cœur de la stratégie de la destination, notamment à travers le développement de plusieurs fonctionnalités interactives et ludiques. L’Île de La Réunion Tourisme a d’ailleurs lancé  plusieurs applications : Reunion Island – Île de La Reunion Tourisme – Visites virtuelles Réunion et Reunion Island VR. Ces applications ont valu à l’île de La Réunion d’être récompensée à trois reprises par les Travel d’Or en 2012, 2014 et 2015 et d’obtenir son statut de  “destination la plus geek en usage de communication”. C’est tout naturellement que l’IRT a décidé de se lancer dans l’aventure du jeu vidéo avec la création de Run Island – The game qui reprend les codes du jeu de plateforme.

Le concept de Run Island – The game a été développé par l’IRT en collaboration avec deux sociétés, le studio français Sushee pour le développement et Brand2Play pour le conseil en gamification et marketing

Comment le jeu fonctionne?

Le principe est simple : l’idée est d’incarner l’un des trois personnages proposés et de partir à la découverte des différentes zones de la carte à travers trente niveaux au graphisme tropical. A chaque niveau, ce sont trois éléments qui peuvent être explorés : la terre avec Tido le Dodo, l’air avec Rocket le Paille-en-queue et l’eau avec Marty le Dauphin. L’objectif est de récolter un maximum de pièces afin de débloquer le niveau suivant. Les différents tableaux comportent tout de même des obstacles et des ennemis pour pimenter l’aventure.

Au-delà du jeu, il existe également trente cartes à collectionner qui permettent de remporter des réductions à utiliser lors d’un  voyage à l’île de La Réunion. Pour les plus geeks, Run Island – The game comporte également quatre bonus cachés pour des parties encore plus fun.

Comment avez-vous valorisé les atouts majeurs de la destination dans le jeu ? 

Le scénario a été élaboré par l’IRT, sur les conseils de nos prestataires. Les personnages, les sites et les clins d’œil en fond d’écran ont quant à eux été sélectionnés de concert par les services TIC et marketing de l’IRT. Les personnages devaient incarner l’île de La Réunion tout en évoluant dans un univers alliant les quatre éléments : la terre, l’eau, l’air et le feu à travers le volcan. Tido le Dodo, Marty le Dauphin et Rocket le Paille-en-queue sont alors apparus comme une évidence.

Quelle est votre cible? 

Run Island – the game s’adresse aux joueurs de tous âges de 7 à 77 ans ! Le nombre de joueurs de jeux vidéo en France est en constante augmentation. Il a d’ailleurs triplé en 10 ans la France compte aujourd’hui près de 31 millions de gamers. Parmi eux, 61 % jouent régulièrement, 40 % sont des parents et 65 % des parents jouent avec leurs enfants.

Si 80 % des Français jouent, les femmes sont majoritaires et celles âgées de 30 à 50 ans sont les plus représentées parmi les joueurs. Car le jeu vidéo n’est pas que l’affaire des jeunes : l’âge moyen du joueur français est en constante hausse et est aujourd’hui de 41 ans. Cette augmentation du nombre de joueurs peut être mise en rapport avec l’augmentation du taux d’équipement de la population française : six millions de Français ont aujourd’hui un smartphone, soit une progression de 65 % en quelques années. ( Source SNJV)

Le jeu a été lancé en début de mois de novembre, quel est le résultat? *

Nous approchons de la barre des 4 000 téléchargements pour IOS et Android cumulé après deux semaines de lancement.

Les premiers retours des clients? :

Nous avons beaucoup de critique dans nos actions comme toute institution. Mais les commentaires sont positifs s’ils sont posté par les joueur eux même.

Avis Run Islande The Game

 

 

 

Si la gamification est chose courante pour les grandes marques (coca cola, par exemple), c’est beaucoup plus rare dans le tourisme. On peut citer cette application développée par Brésil à l’occasion de la coupe du monde, mais qui n’a pas eu grand succès. 

Si les destinations sont parfois représentées dans les jeux vidéos, les partenariats éditeurs de jeu/destinations sont pour le moment très rares. 

A quand le prochain Supermario des DMO?

 

 

PARTAGER
Article précédentHumatérialisation et recommandation par des locaux, Amazon se lance.  ohhhh et vous, c’est quand  ?
Prochain articleL’instameet, une opportunité touristique !
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin