-Alors, on en est où des ventes en ligne ?

-Ca augmente, ça augmente, notamment, sur mobile, et ça va continuer encore les prochaines années chef ! Tout le business se fera bientôt en ligne…

Ah ouais, on est bien sûr de ça ?

Bon, en tout cas, Paul le Padellec nous fait une belle revue d’études qui nous prédisent un avenir toujours plus rayonnant pour les vendeurs en ligne. Vous trouverez tout le détail dans son billet (avec les sources et davtange de détail), je vous en livre juste quelques éléments parmi les plus intéressants :

  • La France atteindrait ainsi les 90 milliards d’euros de CA,  une augmentation de 60% des ventes en ligne entre 2014 et 2020, et l’e-commerce représenterait 6,5% de la consommation totale des ménages.
  • Alibaba compte franchir la barre des 1 000 milliards de dollars de chiffre d’affaires générés d’ici 2020. La même année, le marché chinois du commerce en ligne pourrait dépasser ceux des États-Unis, du Royaume-Uni, du Japon, de l’Allemagne et de la France réunis.
  • En Inde, le marché de la vente en ligne devrait passer de 3 milliards de dollars en 2014 à 50 milliards en 2020.
  • Les commandes numériques B2B devraient croître de 30% d’ici 2020 pour représenter 25% du total des ventes entre professionnels en France.
  • En 2020, les marketplaces détiendront 39% du marché du retailing online.
  • L’audience des sites e-tourisme proviendra à 50 % du mobile contre 38 % en 2015 selon KPMG.
  • D’après la même étude, les réservations effectuées sur mobile correspondront à plus d’un tiers des réservations en ligne contre 20 % en 2015.

Que remarque-t-on à la vue de ces quelques chiffres :

  • les chiffres semblent faramineux, et pourtant, on reste sur des parts de marché relativement faibles.
  • l’Inde, la Chine semblent clairement être appelés à devenir les marchés les plus importants, que ce soit au niveau de la clientèle, comme des marketplaces.
  • Le tourisme reste l’un des secteurs moteurs.

A côté de cela, on n’arrête pas de nous parler de la disruption à venir avec le Blockchain. D’ailleurs, cela fait quelques années que certains vendeurs en ligne accepte par exemple le Bitcoin comme moyen de paiement. Cette publicité photographiée à Las Vegas en atteste 😉

2016-07-02 22.08.32Quoi ? Le blockchain, ça ne vous dit rien ? Alors prenez 13mn pour regarder cette intervention de Guillaume Buffet lors des Signaux Numériques organisés par l’AEC en mai dernier.

 

Vous ne trouvez pas hallucinant qu’il ne se passe rien dans un secteur aussi intermédié que le tourisme ? Ne pensez-vous pas que la prochaine révolution ne viendra ni d’Expedia, ni de Booking ou Tripadvisor, mais d’un acteur d’un nouveau genre qui pourra certifier aussi bien les avis que les transactions, pour des taux de commission bien moins élevés que ce que pratiquent la plupart des acteurs aujourd’hui ? 

Et si on ne peut guère douter de l’évolution majeure des acheteurs pour aller de plus en plus en ligne, se faire livrer par tous ces nouveaux acteurs qui envahissent les rues des grandes villes, les marketplaces vivent peut-être leurs derniers jours et ne seront probablement pas aussi dominantes que cela si elles n’évoluent pas elles aussi très vite dans leurs modèles éconoiques.

 

PARTAGER
Article précédentDevenir touriste en Islande, ça s’apprend !
Prochain articleBig Data et tourisme : l’exemple de Flux Vision Tourisme
Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence du Numérique) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C'est dans ce cadre qu'il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis mai 2011, il est Consultant etourisme, intervient sur de nombreux séminaires, manifestations et congrès, accompagne des structures sur leur stratégie, en AMO, ou en formation. Il organise les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel pour le compte d'UNITEC et la Région Nouvelle Aquitaine à Pau, après les avoir initiées à Toulouse. En 2013, il co-fonde avec ses associés et blogueurs Pierre Eloy et François Perroy la société Agitateurs de Destinations Numériques, initiatrice des concepts d'Internet de Séjour, de Secrets Locaux et de Conciergerie de Destination. C’est à partir de ce travail quotidien qu’il se propose d’alimenter ce blog, en livrant ses impressions et commentaires quant au développement des nouvelles technologies au sein des structures publiques de tourisme.