jan
16
2013

Facebook lance Graph Search, son moteur de recherche social

Les réseaux sociaux se sont développés à une vitesse exponentielle ces dernières années sans à la base reposer sur un modèle économique cohérent ou en tout cas affiché clairement dès le départ. Malgré son milliard de membres, facebook est toujours à la recherche du meilleur moyen de monétiser son audience. Le développement du modèle publicitaire n'est pas suffisant pour générer des recettes suffisantes et surtout, depuis l'entrée décevante en Bourse en mai 2012, de rassurer les investisseurs. On a d'abord eu le droit à un modèle publicitaire classique avec l'achat d'encarts publicitaires dans la colonne de droite avec actuellement un taux de clic assez faible de l'ordre de 0,03 % mais avec un coût par clic (CPC)  assez faible de 20 à 30 centimes. A titre de comparaison (assez mauvaise), les publicités google, sont autour de 0,70 %. Facebook a par là suite développé d'autres possibilités pour les annonceurs, comme les "publicités sponsorisées" dans le fil d'actualité avec un taux de conversion meilleur.  On pourrait aussi mentionner les offres commerciales possibles par les gestionnaires de pages ou bien l'annonce récente de l'envoi de message à n'importe quelle personne de facebook moyennant finance (à partir de 1$ et ce jusqu'à 100 $ ?). Va-t-on pouvoir bientôt parler de "spam payant", même si pour le moment facebook dit limiter l'envoi à un message par semaine ? On connait en effet facebook et sa propension à changer très rapidement les conditions générales d'utilisation et les règles du jeu.... Facebook cherche donc à développer et conforter  son modèle publicitaire.  

Ce mardi 15 janvier 2013, Mark Zuckerberg vient de faire des nouvelles annonces avec en particulier la sortie en béta sur la version anglophone de facebook de Graph Search, un moteur de recherche "social". Comme sur google, lorsque l'utilisateur tape une requête, des recherches approchantes lui sont proposées en fonction de son profil, des recherches courantes, de son réseau d'amis. Mark Zuckerberg a proposé comme exemple : "Mes collègues qui vivent à San Francisco". Imaginez les applications dans le tourisme : "les hôtels réservés par mes amis à Paris", "les avis de mes amis sur l'exposition...", "Les plages préférés de mes amis", "Les villes que mes amis ont visité"  (...). Une vidéo de facebook présente bien le principe de cette recherche sociale.

Tnooz résume bien les incidences de ce nouveau service dans le tourisme : les centres d'intérêts, les avis, les lieux visités, les photos partagés... Les sites de recommandations et d'avis vont subir de plein fouet cette nouvelle évolution : quoi de mieux que la recommandations de mes amis ou choisir parmi des lieux que mes propres amis aiment ? Pourquoi se référer uniquement à des avis d'anonymes ? Ce n'est pas simplement un moteur de recherche interne car quand ce dernier ne trouve aucun résultat, c'est le moteur de recherche de microsoft, Bing, qui prend le relais.  Il s'agit clairement de concurrencer google sur la recherche d'information. Rappelons qu'à lui tout seul facebook génère un quart du trafic web aux Etats-Unis, qu'en sera-t-il demain s'il prend des parts de marché à google ? Cela pose même à nouveau des questionnements en matière de vie privée, à tel point que facebook propose dès à présent une vidéo sur comment limiter les données que l'on partage sur le Graph Search.  Quelles nouvelles incidences dans le tourisme selon vous ?

Article précédent Partons en voyage…en multimédia! Référencement Google : petit Panda mais gros effets ! Article suivant

Articles similaires

A propos de l'auteur : Philippe Fabry

Philippe Fabry est en charge du etourisme à ATOUT FRANCE, où il s’occupe en particulier des problématiques autour de la commercialisation, des stratégies de positionnement sur Internet, d‘études sur les tic appliquées au tourisme, et d’audits de sites web. Il tient également à titre personnel un blog, www.tourisme-tic.com, avec des thèmes de réflexion sur l’etourisme, la mobilité, les usages, les comportements et attentes des internautes, les tic au service du tourisme culturel… Email : pfabry(at)etourisme.info Twitter : @filifab

  • Jeff_Randonneur

    Merci pour cet aperçu ! Pour moi c’est clairement un virage qui s’il est bien négocier par Facebook va lui permettre de reprendre la main sur le tourisme…

    En effet, à choisir entre un avis anonyme et un avis de mes amis… le choix est vite fait !

    Maintenant, il faut un facteurs pour que ça marche :
    >> de la confiance de la part des utilisateurs

    Si j’ai confiance, je règle bien mes paramètres, je participe encore plus car je sais que mes amis vont utilisés ce que je fournis…

    Si je n’ai pas confiance, je mets tout en privé, je me perds dans le réglages des paramètres et… j’arrête Facebook ?

    Un gros travail de simplification des paramètres de confidentialité et de pédagogie est donc à faire… Il est en route mais le chemin est encore long…

    • http://www.tourisme-tic.com Philippe Fabry

      Merci pour ce commentaire. Je ne sais pas si facebook va prendre la main dans le tourisme, mais en tout cas c’est un virage pour mieux monétiser son audience. Les amis/ma tribu sont en effet le meilleure filtre pour les commentaires. En tout cas, cela bourge…

  • http://twitter.com/gonzogonzo Frederic Gonzalo

    Excellent billet, Philippe.

    Je reste sceptique devant cette nouvelle « grosse annonce » de Facebook, qui demeure en version beta, en anglais seulement pour l’instant. La grande question qui se posera sera: est-ce que des nouvelles habitudes vont se créer?

    En termes de recherche en ligne, par exemple, on dit souvent qu’on va « googler » un terme, simplement parce que Google = recherche en ligne. De même, je vais souvent sur TripAdvisor pour y lire des trucs ou comparer, et j’ai un tas d’amis qui font de même. Est-ce que nous allons changer de comportement du jour au lendemain? J’en doute très fort.

    Et puis, il y a tout le volet de la pertinence et de la fraicheur des commentaires. Si on envisage faire un voyage de plage dans les Caraïbes, par exemple, qu’est-ce qui a le plus de poids: trois commentaires d’amis qui sont allés à la destination ou l’hôtel que j’envisage, mais il y a de cela plus de 5 ans? Ou plutôt les commentaires sur TripAdvisor de 18 personnes qui y étaient la semaine passée?

    Bref, bien hâte de voir comment va se déployer cette nouvelle fonctionnalité et oui, je crois qu’elle aura un impact en tourisme, particulièrement sur les recherches locales, i.e. restos, boutiques, etc. Mais pas sûr au niveau des destinations, hôtels et autres gros morceaux de l’équation e-touristique…

    On verra bien ;-)

    • http://www.tourisme-tic.com Philippe Fabry

      Bonjour Frédéric, Merci pour ton commentaire. J’ai un discours double sur ce sujet et j’aurais dû le préciser. Je suis d’accord avec toi, cela ne sera pas le facteur déterminant dans le choix d’un produit, d’un destination et encore faut-il comme tu le soulignes que facebook déploie sa solution de manière global. Je pense que cela peut avoir une incidence à 2 niveaux. Quand tu regardes le comportement des nouvelles générations, on voit qu’ils sont moins dans la recherche comme les vieux dinosaures comme nous ! :) Je m’explique on voit qu’il ont plutôt tendance à poser des questions, qu’à chercher directement l’information. Je vois donc 2 éléments : une utilisation comme un premier filtre d’accès à l’information (trop d’infos sur le web) et comme dans beaucoup d’autres domaines, comme un moyen valider ou d’infirmer des choix.
      En ce qui concerne tripadvisor et c’est même un problème, il manque une véritable pondération sur la fraicheur : imagine un hôtel très mauvais et très mal noté. Il est repris par un nouvel exploitant, il fait des travaux, et les avis sont toujours négatifs… Tripadvisor dit même à ce sujet qu’il n’efface pas les mauvais avis (j’ai choisi volontairement l’exemple donné dans les FAQ de tripadvisor) et qu’avec le temps ils disparaîtrons noyés par les nouveaux commentaires…. Booking et Vinivi ont à mon sens une meilleure gestion du commentaire et de sa fraicheur… Et comme tu dis, on verra bien ;-)