Pour la première fois, les Rencontres Nationales du eTourisme se sont dotées de Beacons et l’atelier A4 fut l’occasion d’en découvrir le fonctionnement. C’est une technologie récente puisque lancée en 2013 avec l’IOS 7 d’Apple et basée sur le bluetooth (4). Le but est que le smartphone reçoive de l’information au bon moment et au bon endroit. A cette fin, il faut :

  • 1 balise = le beacon, elle tient dans le creux d’une main et peut être placée partout.
    C’est un petit objet connecté émettant un signal (jusqu’à 30 mètres) d’une autonomie de 1 à 2 ans. Le smartphone le capte sachant qu’il y a 3 proximités clés : immédiate – moyenne – lointaine. Différents messages peuvent donc être envoyés (par le smartphone) en fonction de la distance où vous êtes.
  • 1 application mobile qui envoie les messages contextuels.

Du parking au magasin, vous pouvez guider vos clients en leur envoyant des notifications personnalisées lorsqu’ils passent à proximité des balises. Il est possible d’adapter le discours en fonction de ses comportements, déplacements et achats. Une plateforme Web permet de gérer l’envoi des messages : promotions, vidéos, musiques… , enfin, de consulter les statistiques.

SmartBeacon© SmartBeacon

Exemples d’opérations :

Fabergé : En avril 2014, pour une chasse aux œufs innovante, Fabergé plaça des beacons dans 275 œufs cachés dans New-York.

Easy Jet a recours aux beacons afin de mieux guider et aider ses passagers à se repérer dans quelques aéroports tests. L’application iOS EasyJet Mobile a été mise à jour, les clients peuvent donc recevoir des notifications personnalisées suivant leur position dans le terminal.

Regent street à Londres a déployé cette technologie dans une 100aine de boutiques pour délivrer du contenu personnalisé aux acheteurs.

PMU, pour renforcer son réseau physique, invita ses clients numériques à jouer au baby-foot dans deux cents cafés-hôtels-restaurants, partenaires du PMU lors de la dernière Coupe du Monde de football. Les passants détenteurs d’un iPhone équipé de l’application PMU hippique étaient alertés de l’opération, dans un rayon de 30 mètres autour du baby-foot : contre l’achat d’une grille PMU (2 euros), ils pouvaient partager, entre amis, une partie.

Quelles seraient les applications pour le tourisme ? Visite d’une ville, d’un quartier ? Dans un musée ?

Voici enfin les 2 autres intervenants de cet atelier :

Max à table ! Le fast food connecté

Le restaurant bordelais est équipé de tables interactives avec diverses applications (menu, divertissement, partenaires, réseaux sociaux, guide de la ville…)

 Max à table

Gablys
Porte clé anti-perte/vol communiquant par bluetooth avec le téléphone.

 Gablys

PARTAGER
Article précédent#ET10 : Comment travailler avec les blogueurs sur son offre de destination ?
Prochain articleOnlylyon vous met le wifi dans la poche
Stéphanie a 34 ans, elle assura, entre juin 2007 et décembre 2011, la fonction de webmaster éditorial pour le site de l’agence de voyages pour célibataires à Paris CpourNous.com. Elle a suivi le master professionnel web éditorial de l’université de Poitiers, après une maîtrise des sciences de l’information et de la documentation à Bordeaux. Depuis mai 2012, Stéphanie est Community Manager pour Belambra Clubs. Passionnée d’Internet, Stéphanie avait mis à profit un stage au Comité régional du tourisme d’Aquitaine en 2006 pour revenir dans sa région. Elle a lancé son blog personnel dès sa rentrée universitaire en octobre 2005. C’est grâce à ce blog que les rédacteurs d’etourisme.info l’ont rencontré. De 2010 à 2012, et en parallèle de son activité professionnelle, elle était Chargé d'enseignement en Communication et E-tourisme dans le cadre du Master 2 Pro "Tourisme Culturel et Territoires: Ingenierie de projets" à l'Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle. Twitter : @Opaline82 Instagram : @opaline Email : sgiraud at etourisme.info CVhttp://www.doyoubuzz.com/stephanie-giraud