Selon l’OMT, la pandémie du Covid 19 a provoqué une chute de 22% des arrivées de touristes internationaux au premier trimestre dans le monde. Soit une perte de 67 millions de touristes. Et l’année 2020 pourrait se traduire par une régression comprise entre 60% et 80% par rapport à 2019. La déroute touristique serait d’une immense violence. On anticipe une baisse de 850 millions à 1,1 milliard de touristes internationaux et la mise en danger de 100 à 120 millions d’emplois dans le monde. Si le tourisme repart cet été, il sera d’abord le fait des habitants de proximité et au mieux des marchés intérieurs.

Dans l’économie touristique française, le secteur du camping, qui pèse près de 8000 entreprises générant 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, est le premier hébergeur touristique marchand en nombre de lits. Nous avons conduit un entretien en vidéo (via Zoom) avec Nicolas Dayot, président de la FNHPA (Fédération Nationale de l’Hôtellerie de Plein Air) : dynamique depuis des décennies, la profession est prête à assurer des conditions favorables d’accueil en raison de ses fondamentaux : l’espace.

https://www.youtube.com/watch?v=1d4HBLvrRDU

Voir l’interview de Nicolas Dayot ici qui nous fait de la situation des campings : https://www.youtube.com/watch?v=1d4HBLvrRDU

Chaque famille dispose en moyenne d’un emplacement de 100m2, voire plus. Et la plupart des campings sont aménagés dans des espaces naturels, souvent boisés, parfois très grands, ce qui permet à chacun de disposer d’une garantie de distanciation en plein air.

125 millions de nuitées

L’hôtellerie de plein air a le vent en poupe en France. Et cela depuis des années. Sur une longue période on constate une progression régulière du nombre de nuitées et un équipement fort en locations, privilégiées par les Français. Les campings français ont réalisé 125 millions de nuitées en 2018, dont 85,3 millions par la clientèle française et 39,7 millions par la clientèle étrangère.

Les emplacements équipés de location dépassent désormais les emplacements nus avec un rapport de 66,6 millions de nuitées en location et 58,4 millions en emplacements nus. Depuis 2011, les campings français ont surtout pris des parts de marchés en France : 10 millions des 13 millions de nuitées gagnées ont été le fait de Français.

Dans les campings, la part des étrangers sur les emplacements nus est largement plus importante que sur les emplacements locatifs qui sont le fait majoritairement des Français : 42,6% d’étrangers préfèrent les emplacements nus pour seulement 22,3% qui privilégient les emplacements équipés. Au total, les Français représentent 68% des nuitées des campings.

8000 campings pour 700 000 emplacements

Les Pays-Bas restent le premier pays par provenance avec 13,2 millions de nuitées. C’est dans les campings que la durée moyenne de séjour est la plus longue avec 5,1 jours pour 1,8 à l’hôtel ou 4,4 dans les villages-vacances ou auberges de jeunesse.

Au niveau de l’offre, on constate un recul en nombre d’emplacements, fixé à 707 000 en 2018. Le taux d’occupation des campings augmente avec le niveau de confort, de 23,3% dans les campings non classés à 49,4% dans les campings *****.

Sources : Insee Première, n°1747, avril 2019 et www.fnhpa.pro.fr

PARTAGER
Article précédentLapensiondesfuites#7
Prochain articleLe marketing du voyage à l’ère du déconfinement
François Perroy est aujourd’hui cofondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques et directeur de l’agence Emotio Tourisme, spécialisée en marketing et en éditorial touristiques. Il a créé et animé de 1999 à 2005 l’agence un Air de Vacances.  Précédemment, il a occupé des fonctions de directeur marketing au sein de l’agence Haute Saison (DDB) et de journaliste en presse professionnelle du tourisme à L’Officiel des Terrains de Camping et pour l'Echo Touristique. Il écrit par ailleurs des ouvrages et articles techniques sur le tourisme ainsi que des créations plus personnelles. Contact : fperroy at etourisme.info (cette adresse apparait en clair pour éviter les robots)