Si comme moi, vous trouvez peu de temps pour faire votre veille concurrentielle sur les réseaux sociaux.
Si quand vous entendez Tik-Tok, vous répondez “qui est là ?”.
Si vous vous vous dîtes, on pouvait vraiment performer sur les réseaux sociaux en 2020 ?
Cet article est fait pour vous.

destination réseaux sociaux
Crédits Tatiana Syrikova Pexels

Pourquoi faut-il se procurer l’étude des destinations de montagne sur les réseaux sociaux ?

Cette étude publiée par WeLikeTravel est une mine d’informations et d’inspirations.

Des chiffres à jour sur les réseaux sociaux

Franchement c’est compliqué de suivre et de compiler les statistiques des réseaux sociaux entre les différentes sources que l’on peut trouver sur la toile. Avec ce travail de veille, de compilation et de comparaison des comportements sur les réseaux sociaux dans un seul et même support, on peut disposer de chiffres probants pour orienter sa stratégie réseaux sociaux en fonction des cibles visées et la justifier auprès des directions, élus.

Le classement attendu des destinations

Chaque année, l’agence We Like Travel dévoile le classement des destinations de montagne les plus performantes sur les réseaux sociaux en France avec 15 indicateurs de performance et 30 paliers de notation.

Les destinations qui se classent en haut du classement (bravo à elles et big up à l’Auvergne) sont aussi celles qui mettent le plus de moyens en sponsorisation et en ressources humaines.

Manifeste pour la pondération

En matière de statistiques et de classement, la pondération est un apport essentiel car elle permet de faire ressortir des données ou des tendances qui n’apparaissaient pas clairement dans un ensemble non pondéré.

Ce qui m’amène à suggérer aux éditeurs de ce classement d’en créer un deuxième. Vous me voyez venir ?

Le classement pondéré des destinations sur les réseaux sociaux, selon deux facteurs :

  • Le budget investi.
  • Les ETP en community management.

Ce qui n’enlèvera rien aux mérites des destinations les plus performantes eu égard à leurs importants investissements mais ce deuxième classement ferait surtout ressortir le travail des destinations plus modestes, lesquelles sont autant méritantes et peut être même performantes au regard des moyens réduits dont elles disposent.

Des recettes qui fonctionnent partout

Les destinations de montagne performent plus que la moyenne des autres destinations sur les réseaux, principalement par les moyens alloués et la puissance des communautés. Ceci dit, les recettes qui fonctionnent peuvent tout à fait s’adapter à toute autre destination de littoral ou de plaine.

Par exemple, saviez-vous que la photo verticale est le type de publication qui performe le mieux sur Facebook ?

Des témoignages de vrais gens

Dans la deuxième partie de l’étude, on trouve de nombreux témoignages qui mettent en lumière ces femmes et ces hommes qui œuvrent derrière les écrans et ils ont forcément plein de choses intéressantes à dire sur leurs métiers et leurs succès.

Un mot quand même, on a un peu tendance à résumer le succès d’une stratégie social media à son community manager. Quelle erreur ! Il est certes celui qui appuie sur le bouton en dernier lieu pour publier du contenu dont il n’est pas toujours l’auteur. Sans contenu, pas de publications. Alors rendons aussi hommage à celles et ceux qui travaillent en arrière-boutique qui produisent photos, vidéos, plans d’actions et de communications, qui vont permettre au community manager de ne pas tourner à vide ou en mode récupération permanente de contenus.

Prix en baisse à 149 euros

La notion de prix est toujours relative.

On peut acheter des tomates pas chères mais sans goût, on peut acheter des tomates plus chères mais avec du goût.

Le prix est raisonnable pour ce type d’étude sectorielle et adressée à un public de professionnels qui pourra s’inspirer des recettes et largement amortir son investissement sur les résultats générés. Au moins autant que pour 149 euros en publications sponsorisées. Du beau papier imprimé en France c’est aussi le prix de la qualité !

Une deuxième étude pour les destinations rurales ou en littoral

📢 On me souffle dans l’oreillette qu’il existe une deuxième étude pour les destinations françaises rurales ou en littoral avec 617 destinations et tendances analysées.

Le contenu entre les deux études est identique à 60%, vous pourrez donc celle commander celle qui correspond le mieux à votre situation géographique.

Comment se procurer ces études

Vous aimez lire ce blog ?

Les gagnants des Social Media Awards #ET16

L’avantage du live des rencontres nationale du etourisme, c’est que tu peux suivre tranquillement les conférences depuis ton bureau. L’inconvénient est que ton temps de travail n’est pas vraiment balisé, alors le quotidien des dossiers, les réunions et appels téléphoniques prennent rapidement le dessus et te font perdre le fil des conférences.

C’est donc avec une oreille semi attentive que j’ai suivi les Social Media Awards devenus un événement dans l’événement et qui viennent récompenser les destinations sur l’animation de leurs réseaux sociaux.

Roulement de tambour…

L’Office de tourisme du pays de Fontenay-Vendée remporte le prix du jury pour la mise en scène de la fée Mélusine notamment sur Instagram. J’avoue que la tâche doit bien être difficile pour le jury avec la disparité des dossiers, tant sur le fond, la forme que sur les budgets investis. Leur choix est-il basé sur des critères objectifs ?

La Réunion Tourisme remporte le prix du public pour une opération de séduction globale sur les réseaux sociaux en rebond du #CetEteJeVisiteLaFRance, oui mais celle de l’Outre-Mer.

En aparté, toujours se méfier quand même du prix du public qui me rappelle les formidables émissions de Stéphane Bern comme Le Village Préféré des Français . Ce ne sont pas les plus beaux villages qui gagnent mais ceux qui savent rassembler leur communauté pour délivrer le maximum de votes. Chauvin comme il est, le français moyen ne va pas voter pour la région voisine, moi le premier.

Pour ma part, j’ai voté Combloux pour le prix du public. Pourquoi ? Je trouvais que réinventer un événement présentiel sur les réseaux sociaux avait vraiment du sens dans le “monde d’après” en cette période particulière où l’agenda culturel est à la peine.

On a tué l’engagement

Crédits wendel sur Pexels

“On a tué l’engagement”

Amélie Deloffre (2 jours pour vivre)

Merci Amélie Deloffre (2 jours pour vivre) pour me donner l’inspiration de la conclusion en reprenant peu ou prou sa formule.

C’est vrai que l’engagement est un joli mot que l’on contribue à galvauder avec le fameux taux d’engagement qui sert de baromètre pour mesurer la performance sur les réseaux sociaux. On considère qu’une personne (sans la connaître personnellement) qui aime, commente ou partage une publication s’est engagée. La belle affaire !

Imaginer la cérémonie des vœux.

  • Le prêtre : Vous allez vous engager l’un envers l’autre. Est-ce librement et sans contrainte et pour la vie éternelle ?
  • Le marié : Oui.
  • La mariée : Quoi ? J’ai péché mon Père ! Je me suis déjà engagée avec l’Office de Tourisme en aimant leur dernière photo sur Facebook.

🤣

Et si on parlait de taux d’engagement taux d’attention ?

Pour celle qu’on puisse avoir encore sur les réseaux sociaux.

De l’importance des mots 💙

Vous aimez lire ce blog ?