C’est par un communiqué daté du 5 janvier que la Direction Générale des Entreprises et Tourisme et Territoires ont annoncé une étape importante qui marque la naissance concrète de DATAtourisme : la parution de l’ontologie !
À un jour près, j’aurais pu me complaire dans des métaphores épiphaniques hasardeuses en vous proposant de devenir les rois de l’ontologie DATAtourisme, mais vous savez que ce n’est pas mon genre… même si vous, futurs fournisseurs ou utilisateurs des données, êtes réellement invités à vous approprier cette ontologie pour l’enrichir et vous préparer à l’utiliser.

 

Mais de quoi parle-t-on ?

Nous avons déjà évoqué ici DATAtourisme dans cet article, ou encore celui-là. Et vous trouverez tous les détails sur le site très pédagogique datatourisme.fr

DATAtourisme vise à rassembler au sein d’une plateforme nationale, les données d’information touristique produites par les Offices de Tourisme, Agences Départementales et Comités Régionaux du Tourisme, afin de les diffuser en open-data et ainsi faciliter la création de services touristiques innovants par des start-ups, agences digitales, médias et autres acteurs publics ou privés. 

Lancé officiellement en 2015, ce projet très ambitieux réunit tous les institutionnels du tourisme pour (enfin !) proposer les données touristiques de manière homogène en open data. Y participant modestement avec bien d’autres acteurs des SIT, je peux vous assurer que c’est un vaste et passionnant chantier collaboratif, mené de manière très professionnelle.

Et pour y parvenir, il fallait poser un profil sémantique et une organisation de référence pour les données. Grosso modo c’est l’ontologie.

Bien sûr vous l’aurez compris, rien à voir avec la question inaugurale sur “l’être” chère aux pères de la philosophie de la Grèce antique. Non cette ontologie se nourrit de triplets, se réfère à des standards internationaux comme schema.org (prononcez “skima” sinon on ne vous comprendra pas 😉 ) et s’illustre par de coquets schémas comme celui-ci…

Bon, ok, on n’y comprend rien, mais je vous assure que c’est très sérieux et indispensable pour la réussite du projet.

 

Mais à quoi ça sert ?

Cette ontologie constitue le véritable référentiel de description des données fondé sur les standards internationaux existants.

Grâce à une plateforme technologique en cours de développement, les producteurs de données, essentiellement les gestionnaires de SIT, pourront dans quelques mois procéder à la “transformation” de leurs données en jolis triplets respectant cette ontologie. Petit à petit toute l’offre touristique française sera ainsi disponible de manière homogène et les jeux de données librement valorisables par tous les acteurs intéressés, publics ou privés.

 

Voilà sans aucun doute un belle avancée pour favoriser l’émergence de services affranchis des périmètres administratifs si pesant. C’est aussi la perspective de voir émerger des outils et services innovants pour ré-enchanter nos destinations !
Alors si vous êtes dans l’attente de ces jeux de données pour inventer le tourisme de demain, devenez les rois de l’ontologie DATAtourisme ! 

 

PARTAGER
Article précédentLe E-tourisme a-t-il une odeur?
Prochain articleLa page d’accueil de papa a fait son temps
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).