Aujourd’hui, je vous propose de faire un petit tour de ce que nous propose quelques grands acteurs du tourisme privé en terme de City Guides et de conseils sur nos/vos destinations.

Google en mode beta test avec l’appli Trips

On démarre avec Google et son applications Trips, qu’évoquait Philippe à l’automne dernier dans ce billet. Alors que la plupart des DMOs que l’on croisait faisaient bravo avec leurs fesses dès que l’on évoquait les grands projets de Google sur les destinations et faisaient de l’huile à la simple évocation de Trips, force est de constater que l’appli n’a semble-t-il pas encore trouvé son public. Alors oui, Jean-Luc nous disait bien mardi que les applis, c’était chaud, mais si Google voulait vraiment la pousser à fond, on en mangerait matin, midi et soir du Trips, à la moindre recherche concernant de près ou de loin le voyage, les loisirs, la gastronomie.

Tel n’est pas le cas pour l’instant et le contenu reste encore relativement limité, et très anglophone, y compris dans son rubriquage. Pour l’instant, seuls Paris, Bordeaux, Nice et Marseille ont une couverture complète (avec notamment “Need to know”, “Getting around”, “Day plans”, en plus  des “Things to do” et “Food and Drink”). Lyon, Strasbourg ou Cannes se contentent des Day Plans. Pour 200 autres destinations (uniquement des villes a priori, à quelques exceptions près : un “séjour” à Moutiers me donne la destination “Vanoise National Park”), on ne retrouve que les “Things to do” et les “Food and drink” au-delà des réservations qui auront été automatiquement reprises depuis vos emails de Gmail et les “Saved places” si vous avez sauvegardé des lieux.

Parce que s’il y a un truc qui marche bien, c’est cette récupération automatique de vos emails de réservations d’hôtels, Airbnb, train, avion et l’affichage automatique de vos prochains déplacements…

Les villes moyennes sont néanmoins assez faiblement dotées en prestations, bien que les illustrations provenant de Panoramio soient souvent de bonne qualité. A Brive-la-Gaillarde par exemple, en 7ème position, vous retrouverez “Jardiland”, qui a pourtant une note moyenne de 1,7 selon… seulement 3 “reviews”. Mode private joke : Purée Aurélien… si on t’avait dit que Jardiland était la 7ème attraction 100% Gaillarde… Il t’a bien enfumé quand même Stéphane Canarias 😉

Là où le bât blesse pour le moment, c’est dans le nombre de commentaires et avis déposés sur les outils Google, et qui génèrent en grande partie les résultats obtenus selon un algorithme bien entendu inconnu… Mais on se demande pourquoi ils n’exploitent pas les nombreuses API (l’Internaute, Facebook, Tripadvisor, …) que l’on voit apparaître dans le moteur de recherche sur les commerces et établissements en partie droite… Le recrutement semble tout de même prendre de l’ampleur, et il n’est pas impossible que Google, après les ratés divers et variés de Google+, ne cherchent néanmoins à s’imposer en matière d’avis…non vérifiés. Les “local guides” sont d’ailleurs de plus en plus sollicités pour fournir de l’information, et il y a même une semaine spéciale d’ici 15 jours histoire de vous motiver 😉

Bref, on est clairement en mode test pour l’instant chez Trips, même si quelques fonctionnalités, dont le téléchargement du guide complet pour retrouver l’info, et même le guidage hors connexion à l’étranger ou en cambrousse, ou encore la personnalisation des Day Plans, sont relativement intéressants.

Airbnb, ses lieux, ses guides par les hôtes

L’été dernier, je vous parlais des guides conçus par les hôtes Airbnb, et de l’apparition sur les grandes destinations mondiales de Guides remplaçant les guides de quartiers. Une appli en beta avait même fait son apparition, avant que tout ne soit réintégré, comme à son habitude, en un seul et même endroit.

On évoquait suite à l’AirbnbOpen de novembre les nouveautés avec notamment l’avènement des “Lieux”, qui semblait bien parti pour remplacer ces guides. Mis en avant au même titre que les expériences à l’origine (comme vous le verrez dans les captures d’écran du billet), ils semblent avoir aujourd’hui totalement disparu !!!

Les guides de quartiers, que l’on prenait également souvent en exemple, sont aujourd’hui bien cachés ! Je n’ai pu retrouvé leurs traces que grâce à un article de l’aide en ligne, où ils subsistent encore dans un article : https://www.airbnb.fr/locations. Néanmoins, leur non-adaptation au format mobile atteste bien de leur extinction.

On trouve bien néanmoins aujourd’hui les guides de villes, ceux que l’on évoquait cet été, dont l’existence est là aussi expliquée dans un article de l’aide en ligne, en seconde moitié (la première s’attachant à expliquer les guides d’hôtes). Mais là encore, leur mise en avant semble encore hésitante. Aucune trace par exemple dans l’application iOS, ni sur le site mobile. En version bureau, rien non plus si je ne suis pas connecté ; par contre, ils apparaissent bien sous Chrome dans le sous menu lié à mon profil (au même titre que Business dont nous parlait hier Anne-Sophie), mais disparaissent quand je suis sous Firefox ?! N’apparaissent-ils que pour les hôtes, et pas pour les voyageurs ?

Quoiqu’il en soit, vous pouvez y accéder à cette adresse : https://www.airbnb.fr/things-to-do. Vous découvrirez par exemple qu’à Paris, le#1 est le parc des Buttes Chaumont, loin devant la Tour Eiffel ou le Louvre par exemple. Et si Airbnb dans son article de l’aide en ligne évoque un algorithme pour cet affichage, il semble que l’ordre ne soit dicté que par le nombre de citations dans les guides des hôtes.

Là encore, sur mobile, l’ensemble paraît hésitant puisque si j’accède sans problèmes à l’ensemble des données sur San Francisco ou Paris (en ayant saisi manuellement l’url), en version listing ou cartographique, la plupart des destinations “buggent” sur mon iPhone et ne me permettent pas de visualiser ces guides (Amsterdam, Berlin, …). Et les gars, si vous pouvez gérer le problème sur Amsterdam d’ici début avril, ça m’arrangerait bien pour mes prochaines vacances 😉

Booking, des guides de voyages et des secrets bien gardés

Les guides de Booking, on vous en parlait à la fin de ce billet il y a presque 18 mois déjà. On vous faisait croire que ce petit guide, là aussi sur les grandes destinations, était conçu pour vous, avec des recommandations personnalisées par quartiers. Le côté intéressant était clairement la mise en avant de “secrets bien gardés”, écrits par des habitants selon le guide, et des infos bien pratiques sur les moeurs et coutumes locales, notamment pour les clientèles étrangères, mais aussi sur les transports, les restaurants autour de votre hôtel, et bien entendu les attractions à voir et visiter.

Mais en l’espace de quelques mois, et d’une stratégie visant clairement à se positionner sur les activités et visites, le panorama a bien changé. Exit les restaurants, les transports et les conseils pratiques, débrouillez-vous ! On retrouve maintenant avant tout les meilleures attractions, les activités, les quartiers, toujours les secrets bien gardés (mais cette fois-ci, ils sont “recommandés par notre équipe locale”, et non plus rédigés par les habitants) avec à chaque fois une liste et des notes, la possibilité de le sauvegarder en favori, et des fiches individuelles constituées d’un bref descriptif, des horaires, d’une cartographie et bien sûr d’une jolie photo.

Chose plus étonnante, on retrouve sur certaines destinations (Amsterdam, Paris) une rubrique tickets et excursions, avec des tarifs qui semblent valider l’entrée de plain pied de Booking dans ce segment, mais à l’arrivée, on a une fiche similaire aux autres et pour l’instant… aucun lien de réservation en ligne. À venir très probablement…

Si vous voulez consulter quelques exemples de ces guides, voici ceux de Paris, Amsterdam, San Francisco, Toulouse …

À noter que sur certaines destinations qui ne bénéficient pas d’un guide, on peut retrouver dans les emails, au-delà de la réservation et d’infos sur la météo, quelques recommandations sur des lieux à visiter (par exemple à Dieppe, Chartres, ou Reims, comme l’illustre la capture ci-dessous).

En conclusion, Booking semble avoir réduit un peu la voilure de ces City Guides, s’orienter de façon bien plus claire vers les attractions, visites, activités et excursions, et laisser de côté la personnalisation de façade avec le prénom dans le guide, l’assertion de secrets d’habitants, remplacés par ceux de l’équipe locale (qui doivent pourtant bien y habiter…).

BREAKING NEWS : par acquis de conscience, je recherchais en pleine relecture de ce paragraphe une source dans le site de Booking avec potentiellement l’ensemble des City Guides existants pour aller plus loin que les cinq que je vous ai fourni… quand je tombe sur ce guide de Paris ! Ici, on voit bien qu’il s’adresse à ceux qui n’ont pas encore leur hébergement, mais l’info est bien plus complète (on retrouve à nouveau les transports, les restaurants, mais aussi la météorologie annuelle, des photos et recommandations de voyageurs ainsi qu’une FAQ, et toujours les secrets bien gardés, mais cette fois, à nouveau par des habitants. C’est d’ailleurs assez drôle, puisque vous verrez, par exemple sur celui concernant l’Île Saint-Louis, que le secret est le même, mais d’un côté, fourni par l’équipe locale, de l’autre, par “Helen, qui a vécu dans cinq quartiers différents de Paris et adore découvrir de nouveaux endroits” avec sa photo (cela va rappeler quelque chose à ceux qui subissent nos discours d’Agitateurs…).

Vous pouvez retrouver les nombreuses destinations bénéficiant de ce traitement dans le fameux Destination Finder de Booking que j’avais complètement zappé…

Accorhotels et son Trip Planner

Vous le connaissiez celui-là ? Il est sorti fin 2014, dans le cadre des annonces du grand plan numérique d’Accor annoncé à ce moment là avec de nombreuses acquisitions, une foison de projets, tous autour du numérique, comme annoncé à l’époque dans le Webzine.

Trip Planner, présent dans quinze villes en France et la plupart des grandes villes à l’international présente les événements, les monuments de ces villes, ainsi qu’une cartographie pour les y repérer, après une première page de présentation générale, et bien entendu, on retrouve également l’ensemble des hôtels des différentes marques du groupe, comme par exemple sur la page consacrée à Nantes.

Sur les principales destinations, on trouvera en plus une liste des incontournables, un programme sur trois jours, une rubrique shopping et bien entendu les restaurants et bars, comme ici à Lyon. La page d’accueil s’agrémente même d’une vidéo de présentation siglée Accorhotels.

On peut là aussi mettre en favori les éléments que l’on souhaite conserver, et ainsi les retrouver une fois sur place.

Par contre, si j’entends bien que, tout comme le Destination Finder de Booking, il s’agit davantage de m’aider à me décider sur le choix d’une destination en fonction de tout ce qu’il y a à découvrir sur place, je m’étonne après vérification dans mes emails de ne trouver aucune trace, aucun lien vers ces guides dans les confirmations de réservation et différents échanges… Etonnant d’investir autant dans un outil et d’oublier de le mettre à disposition de ceux qui consomment ?!

Voyages-sncf, sélection, visite guidée et expériences sur papier

VSC travaille de longue date avec les destinations, comme on en a déjà parlé à de nombreuses reprises sur ce blog. Même si la page d’accueil a quelque peu relégué leur mise en avant (comme ce fût le cas avant des contenus, articles et vidéo, magazine de destination, ou de la page destination aujourd’hui), la SNCF et/ou VSC (je ne sais pas qui est-ce, ou vous ?) poursuivent l’édition de leur petit guide papier “Emmenez-moi à … par TGV”, initiée fin 2015 avec Paris, Lille et Bordeaux, et qui en 2017 vient de sortir son n°13, Dunkerque. Ces petits guides sont gratuitement mis à disposition des passagers de 1ère classe dans les wagons TGV, et également vendus au prix de 2,50€. D’un point de vue graphique, ils sont très tendances, et rappellent un peu les cartes collaboratives Use-it dont nous parlait Jean-Luc dans ce billet.

Cette fois-ci, on est dans le papier pur et dur, mais avec un rubriquage qui ressemble furieusement aux outils que l’on vient de balayer. On y retrouve une carte stylisée, avec des sélections affirmées en deux rubriques (une culinaire, avec le “Le Goût de la ville” et en-dessous une sélection de 8 restaurants, une culturelle avec généralement une sélection de 7 adresses), une “Visite guidée” par un habitant plus ou moins célèbre, “La ville de…” avec quelqu’un là aussi d’un peu connu qui vous donne ses bons plans, une belle histoire qui s’est déroulée dans un TGV vers cette destination (je suis curieux de savoir si elles sont écrites/réécrites par quelqu’un de l’équipe… ou pas !). Le tout est agrémenté de quelques photos, des gens, des gens dans le train, et bien sûr illustrant les rubriques culture et gastronomie.

Je les trouve personnellement extrêmement bien faites, très agréables, et la preuve en est qu’en faisant quelques recherches d’illustrations, j’ai trouvé ce commentaire sur un article de blog qui se faisait l’écho de ces publications :

Là, c’est quand même un signe qui ne trompe pas. Personnellement, j’en viens à regretter de ne pas l’avoir au format numérique, quand je me souviens avoir lu un truc sympa dedans, mais qu’évidemment, je ne l’ai pas gardé sur moi…

Une petite conclusion

On a quand même quelques points communs qui devraient faire réfléchir :

  • premier truc en passant, nos amis les gros du privé font beaucoup de tests, changent régulièrement, mettent plutôt moins que plus en avant tant que ce n’est pas encore au point, mais oublient carrément des trucs bizarres de temps en temps… Bref, le “test and learn”, ils connaissent mieux que vous/nous, et n’en ont pas peur !
  • d’un point de vue graphique, on a des pages de plus en plus épurées, à la mode Airbnb ; les illustrations sont également dans cette tendance ludique et flat design, comme par exemple les destinations, toujours sur Airbnb, et les guides SNCF ;
  • on fait des classements, des sélections, expliqués ou non d’ailleurs, mais certainement plus d’annuaires… D’ailleurs en fait, depuis que Google a pris la main sur Yahoo, l’algorithme a le dessus sur l’annuaire… Z’aviez pas remarqué ?
  • une version cartographique, une version listing : alors c’est sûr, pour que cela reste lisible sur la carte… faut pas tout mettre…
  • Enfin, et c’est pas seulement pour se faire plaisir, vous remarquerez le vocable cher à mes amis et associés Pierre et François : secrets, locaux, communauté…

Evidemment, je n’ai pas traité les vrais éditeurs de City Guides, qui continuent de leur côté leur mue, en numérique comme en physique, mais de nombreux autres acteurs, y compris en dehors du tourisme, propose ce type de complément. L’exemple de Louis Vuitton, qui reste malgré tout dans l’univers du voyage, et a toujours storytellé ses campagnes sur ce thème, est assez édifiant, avec une belle collection de City Guides papier et numérique à 30€ l’unité, qui constituent d’ailleurs l’image d’illustration de ce billet.

 

Et vous, vos guides, vos cartes, hormis celle d’Ancenis dont Pierre nous avait parlé dans ce billet, vous les sentez dans quelle tendance ?

PARTAGER
Article précédentTourisme d’affaire ou la quête du cocon idéal pour travailler
Prochain articleREZO POUCE, thumbs up pour le pouce mobile

Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence Régionale pour le Développement de la Société de l’Information) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C’est dans ce cadre qu’il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis mai 2011, il est Consultant etourisme & Web social, intervient sur de nombreux séminaires, manifestations et congrès, accompagne des structures sur leur stratégie, en AMO, ou en formation. Il organise les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel pour le compte de l’AEC et la Région Aquitaine à Pau, après les avoir initiées à Toulouse. En 2013, il co-fonde avec ses associés et blogueurs Pierre Eloy et François Perroy la société Agitateurs de Destinations Numériques. C’est à partir de ce travail quotidien qu’il se propose d’alimenter ce blog, en livrant ses impressions et commentaires quant au développement des nouvelles technologies au sein des structures publiques de tourisme.