Booking.com s’engage à ne plus appliquer la parité tarifaire (ou presque) et s’apprête à lancer insidieusement Booking Suite, une suite logicielle pour les sites Internet des hôtels.

Pour garantir le meilleur prix à leurs clients, les agences de réservation en ligne (OTA) imposent une clause contractuelle : la parité tarifaire. Elle contraint les hôteliers à appliquer des conditions tarifaires au moins aussi avantageuses sur la plate-forme de réservation concernée que sur les autres centrales de réservation en ligne, et même jusqu’au propre site Internet de l’hôtelier. Autrement dit,  pour le même produit, un hôtel ne peut pas appliquer un prix plus bas sur son site que sur les centrales de réservation en ligne. Elle est appliquée par de nombreuses agences de réservation en ligne.

Pour répondre aux levées de boucliers des principaux syndicats hôteliers, Booking.com s’est donc engagé auprès de l’Autorité de la concurrence à ne plus appliquer la parité tarifaire. D’après les médias spécialisés dans la marketing hôtelier c’est l’arbre qui cache la forêt : une mascarade pour les uns, une avancée tactique pour les autres.

D’une part, parce que Booking.com reste volontairement muet sur sur le fond du dossier et notamment d’autres points sensibles comme : “la parité de disponibilité, l’achat de nom commercial sur Google, l’utilisation qui est faite des affiliés, l’appartenance du client”.

D’autre part et dans le détail, Booking.com autorise “l’hôtel à donner des prix moins chers à d’autres canaux, mais interdit à l’hôtel de pratiquer en direct des prix inférieurs à ceux de Booking.com”. Une révision de la clause de parité tarifaire finalement plus en faveur de Booking.com qui tacle au passage la concurrence, en contraignant toujours l’hôtelier à appliquer le prix minimal sur son site comme sur Booking.com. Les réactions des syndicats hôteliers ne se feront certainement pas attendre sur ce qui n’est pour l’instant qu’une proposition formulée par Booking.com auprès de l’Autorité de la concurrence en attendant une éventuelle application concrète dans les prochaines semaines.

Mais Booking.com a plus d’un tour dans son sac ! C’est l’ami Thomas Yung qui révélait le lancement imminent de Booking Suite quelques mois après le rachat de Buuteeq par le groupe Priceline (propriétaire de Booking.com) en juin 2014. Une nouvelle étrangement peu reprise sur les médias spécialisés pourtant ce pourrait être un tournant dans le marketing hôtelier ! Booking Suite est une suite logicielle pour les sites Internet des hôtels. J’aurais pu traduire par Sytème de gestion de contenus (CMS) mais ce serait un peu réducteur au regard des fonctionnalités proposées :

  • Un système de gestion de contenus pour créer des pages de site Internet.

  • Une interface en responsive design pour s’adapter à tous les terminaux notamment mobiles.

  • Des cartes interactives composées de photos et de points d’intérêts.

  • Un moteur de réservation (évidemment!) sans commission, reste à savoir alors quel sera le modèle économique appliqué ?

  • Un outil statistique pour étudier les comportements de navigation et de réservation, complété par un benchmark du secteur.

  • Une prise en charge multi-langue : Booking.com fournit un support pour plus de 40 langues pour que le contenu soit accessible aux visiteurs internationaux.

  • Plus de détails dans ce PDF.

Booking-Suite

Booking Suite features

Booking Suite Clients

Au travers de cette suite logicielle, Booking.com impose son moteur de réservation sur le site de l’hôtelier. Par voie de conséquence, il impose aussi le stock et surtout le tarif qui sont renseignés sur la plate-forme. Il n’y aura finalement qu’un seul et même tarif, sur la plate-forme de réservation de Booking.com comme sur le site de l’hôtelier. Voilà une astucieuse manière de contourner le principe de parité tarifaire ainsi rendu caduque puisque la tarification devient unique sur le site de l’hôtel et sur Booking.com.

Booking Suite ne semble pas encore totalement finalisé, on a plus l’impression de se retrouver face à un site en construction. En cliquant sur “se connecter” c’est l’interface logicielle de Buuteq qui est affichée… Bref la peinture est encore fraîche. Mais déjà on peut avoir une idée précise des fonctionnalités qui seront proposées avec différentes formules dont certaines incluent des leviers marketing (TripConnect, campagnes d’achats de mots clés, support pour le référencement naturel, etc.). Une suite logicielle complète et en phase avec les attentes du marché. Reste à savoir sous quelles conditions financières et contractuelles, le produit sera distribué ?

Avec plus de certitudes, au lancement de Booking Suite, l’agence de réservation en ligne Booking.com risque de faire un grand pas dans la gestion de la relation client en mettant main basse sur le site Internet des hôteliers.