Alors voilà, dans les quelques articles glanés sur le web, personne n’avait osé la faire celle-là…

Vous connaissez le beacon ? Ce petit objet mesure quelques centimètres, est d’ores et déjà produit par divers producteurs qui lui donne des formes spécifiques, et a reçu quelques soutiens de poids acec notamment Paypal et Apple !

D’un point de vue technique, c’est un dispositif Bluetooth LE (LE pour Low Energy), qui est donc à-même de communiquer avec un smartphone, une tablette ou même un ordinateur, quel que soit l’OS (même si une version récente d’IOS ou Androïd sera nécessaire pour en tirer le meilleur parti). Cette communication se fera à l’intérieur de votre application, qui aura été préalablement modifiée pour intégrer cette possibilité (ça, c’est premier poste “dépenses”), par l’envoi de messages/informations. Elle peut permettre également le paiement à distance, comme l’expérimente Paypal avec une clé spécifique.

Ces aspects conduisent de nombreux observateurs à l’opposer à la technologie NFC, non adoptée par Apple, et dont Paypal a de façon ironique redéfini l’acronyme en “Not For Commerce”. Il y a pourtant de différences de taille :

  • le NFC (Near Field Communication), comme son nom l’indique, nécessite d’approcher à quelques centimètres son appareil ; le beacon a une portée beaucoup plus importante (on annonce 70m), permettant ainsi des opérations de géofencing ; alors que le NFC nécessite une action du client (pull), le beacon permet de l’adresser directement (push), l’ouverture préalable de l’application étant ou non nécessaire selon la version de l’OS.
  • le NFC peut déclencher des actions très diverses (paiement, accès, appels, sms, ouverture de pages web, …) alors que le beacon s’appuie sur une application.
  • le beacon ne nécessite pas de connexion internet, s’appuyant sur le bluetooth qui devra néanmoins être activé sur l’appareil.

iOS 7 intègre nativement iBeacon, permettant de transformer le bluetooth de votre iPhone en Beacon actif, mais cela nécessitera de mettre un peu les mains dans le cambouis pour tester. N’étant pas assez techos pour plonger là-dedans, je ne vous en dirai guère plus sur les capacités à venir de cette fonctionnalité (et compte donc sur vos commentaires !).

En termes d’utilisation, les commerces semblent être les premiers lieux d’utilisation envisagés, comme l’illustre l’exemple ci-dessous.

beacon commerce

beacon commerce

 

Mais de nombreuses marques, et pas des moindres développent des projets sur ce type de support, comme on peut l’apprendre sur ce site de veille.

Un fabriquant français témoignait récemment dans le Billaut Show des possibilités dans le tourisme en prenant l’exemple d’un village vacances et d’une application s’approchant du concept d’Internet de Séjour. Je vous invite vivement à le visionner si vous souhaitez en apprendre davantage sur le beacon. Vous trouverez aussi de nombreuses informations dans la présentation encapsulée ci-dessous.

 

Le fondateur d’Airbnb lui-même envisagerait d’investir dans cette techno pour améliorer et prolonger l’expérience utilisateur de ses clients comme de ses hôtes.

Et vous, cela vous donne quelques idées pour relancer l’usage de vos applications sur vos territoires ?

PARTAGER
Article précédentUne belle campagne signée Tourisme Finlande
Prochain articleChromecast, l’accueil numérique version low cost ?
Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence du Numérique) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C'est dans ce cadre qu'il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis mai 2011, il est Consultant etourisme, intervient sur de nombreux séminaires, manifestations et congrès, accompagne des structures sur leur stratégie, en AMO, ou en formation. Il organise les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel pour le compte d'UNITEC et la Région Nouvelle Aquitaine à Pau, après les avoir initiées à Toulouse. En 2013, il co-fonde avec ses associés et blogueurs Pierre Eloy et François Perroy la société Agitateurs de Destinations Numériques, initiatrice des concepts d'Internet de Séjour, de Secrets Locaux et de Conciergerie de Destination. C’est à partir de ce travail quotidien qu’il se propose d’alimenter ce blog, en livrant ses impressions et commentaires quant au développement des nouvelles technologies au sein des structures publiques de tourisme.