Durant ces semaines calmes du mois d’août, nous vous proposons le best-of des articles parus dans le premier semestre 2013. La rentrée de la rédaction est fixée au 26 août.

Aujourd’hui, un article paru en février 2013 sur Google Now. Il est intéressant de constater que depuis le géant de la recherche en ligne s’est (encore) diversifié dans le tourisme !

Le lecteur fidèle aura noté que pas une seule semaine ne passe sans que nous consacrions un article à Google. Ludovic Renoult et Jonathan Vidor ont respectivement prêté leurs e-plumes dans les lignes du blog comme rédacteurs invités sur le référencement naturel et le référencement payant.

De retour de Voyage en multimédia à Saint Raphaël, Ludovic Dublanchet s’empressait de nous conter l’intervention de Jean-Marc Tasseto et pas plus tard que la semaine dernière il rééditait en vous faisant miroiter aux alouettes les lunettes de réalité augmentée Google Glass. Soit dit en passant, les anglophones avertis voudraient que l’on traduise Glass par “verre” et non pas par “lunettes”, ce qui laisse insidieusement suggérer que le projet Glass ne s’arrêtera sans doute pas à une simple paire de lunettes. Je prends le pari que les écrans de demain, où qu’ils soient, seront équipés de la technologie inspirée de Glass, comme par exemple le pare-brise de la voiture avec pilote automatique. Vous en rêviez ? Devinez qui prévoit que les voitures sans chauffeurs seront commercialisées d’ici 3 à 5 ans ?

Grâce à Facebook Connect et Twitter Sign In, vous avez la possibilité de vous inscrire ou de vous connecter avec vos identifiants respectifs à un site Web ou à une application sans devoir recréer un profil. La bataille du passeport numérique compte un nouveau légionnaire dans ses rangs puisque Google a récemment lancé Google Sig-In, son propre service d’identification dont l’une des principales forces reste son intégration à la plateforme mobile Android. C’est presque anecdotique mais le prochain ordinateur de Google, le Chromebook Pixel, est déjà annoncé comme le MacBook Air killer. Des annonces successives qui alimentent les rumeurs les plus folles comme l’ouverture de prochains Google Store (des magasins physiques sur le modèle des App Stores) qui a fait l’objet toutefois d’un démenti. Et comme si cela ne suffisait pas Google s’apprête même à construire un nouveau terminal aérien presque entièrement dédié à une flotte d’avions personnelle pour faciliter le déplacement de ses cadres !

Inutile de vous rabattre les oreilles avec l’écosystème de Google et la place demain pour les officiels du tourisme face à l’appétit du géant. Lequel d’entre vous depuis ce matin, n’a pas reçu une nouvelle alerte Gmail sur son portable, préparé le trajet pour la réunion de cette après-midi sur Google Maps, ne s’est pas amusé à voir sur Youtube la belle Jennifer Lawrence choir de bonheur en voulant récupérer son oscar, n’a pas été exposé à une publicité promue via le réseau Adwords ou Adsense. La liste pourrait s’allonger quasi indéfiniment. Sans compter sur l’hégémonie de Google, maître incontesté de la recherche en ligne : plus de 100 milliards de requêtes sont faites chaque mois sur le moteur de recherche, soit près de 3,3 milliards chaque jour, près de 40 000 chaque seconde – source : Google, août 2012. En témoigne certainement l’onglet de votre navigateur resté encore ouvert sur votre dernière recherche.

Le Knowledge Graph agrège intelligemment somme de contenus autour d’un même sujet, permettant à Google de faire un pas de plus vers la connaissance universelle et de répondre déjà aux enjeux de demain sur la prolifération exponentielle des données, le Big Data. Oui Google est là, il vous observe, il apprend à vous connaître, il piste vos habitudes de navigation, enregistre les mots clés que vous recherchez, garde en mémoire les sites que vous visitez, passe à la moulinette sémantique les contenus que vous publiez sur Google+. Et d’ailleurs, il ne s’en cache pas, si vous brûlez d’impatience de savoir ce que Google connaît déjà de vous courrez ouvrir le Google Dashboard. Alors bien sûr, vous vous indignez sans doute déjà sur votre vie privée, vos données personnelles ainsi surveillées. Vous vous inquiétez peut-être de ce que Google sait déjà de vous et ce dont vous ne voudriez pas qu’il sache petits cachottiers ! Un adage du marketing consiste à dire que si vous ne voyez ou ne payez pas le service c’est que vous êtes le produit. Et jusqu’ici Google ne fait rien de plus que Facebook et consorts. Qui a dit que le web était gratuit ? Les données utilisateurs constituent la seule et véritable richesse comme un enjeu essentiel dans l’e-marketing de demain. On pourrait presque parler de partenariat gagnant/gagnant : confiez vos données et vos goûts personnels et recevez en échange une publicité qui vous correspond ! Tel le poète des temps modernes sous le Pont Mirabeau : vienne la nuit de la réclame, sonne l’heure des offres immédiates, personnalisées et géolocalisées, la communication de masse s’en va, je demeure.

Le mobile épouse parfaitement ce triptyque : instantanéité, personnalisation et géolocalisation. La dernière étude “2013 Mobile Future in Focus” publiée par Comscore confirme toujours le succès commercial de l’iPad en tête des tablettes familiales achetées aux États-Unis, tout en pressant d’atténuer cette tendance en précisant qu’Android se porte aussi bien avec quatre modèles parmi les plus achetés. Sur le marché des smartphones, Android se taille la part du lion avec une écrasante 53% de parts de marché contre 36% pour le système iOS de l’iPhone aux US. Les chiffres au Japon et dans 5 pays européens ne font que confirmer cette écrasante domination. Ainsi Google n’est plus seulement autour de nous, il est aussi dans le téléphone mobile glissé dans votre poche ou la tablette posée dans votre salon.

Et le changement n’est plus seulement maintenant, il est Now ! C’est à Saint-Raphaël en passant devant l’arrêt de bus que l’idée de ce billet, un peu étayé depuis, m’est venue.

Vous l’avez reconnu intégré dans le smartphone Nexus 4 ? C’est Google Now !

Oh ! J’allais presque oublier mon déjeuner avec Margaux à 13h. Bonne nouvelle pour une fois, il fait beau sur la capitale (blague de provincial) pas besoin de prendre mon imperméable. Pour me rendre au restaurant, pas de problème, il suffit de suivre le plan. Je vais l’appeler pour lui dire que j’arrive dans 30 minutes, ce qui me laisse 7 minutes top chrono pour passer lui prendre un bouquet chez le fleuriste, comme elle est intransigeante sur la ponctualité.

La bonne information au bon moment” telle est la promesse commerciale. Simple comme un jeu des sept familles, où chaque “carte” de votre jeu est associée à un besoin. Google a maintenant plus de 25 cartes différentes, toujours plus demain, décomposées depuis la préparation du séjour jusqu’au pendant séjour : gérer votre journée, rester connecté et soyez partout comme chez vous. Évidemment les observateurs passionnés seront associer rapidement à chaque carte le service Google qui lui correspond, Google Agenda pour l’agenda, Hotel Finder et Flight Search pour la réservation d’hôtels et de billets d’avions, etc.

Gérez votre journée
Restez au top de ce qui se passe dans votre vie de tous les jours, y compris ce que vous devez faire, où vous devez aller et comment se déplacer : agenda, itinéraires, météo, trafic, réservation de vols, d’hôtels et de restaurants, etc.

Restez connecté
Tenez-vous informé en fonction de vos centres d’intérêts, des nouvelles et des informations pendant que vous êtes en déplacement : résultats sportifs, cinéma, concerts, alertes météo et actualités de dernière minute, etc.

Soyez partout comme chez vous
Tout ce qui se passe, même lorsque vous êtes loin de chez vous : arrêts de bus, lieux touristiques, activités et événements à proximité, etc.

Comme utilisateur on ne peut qu’être séduit, en témoigne la vidéo de présentation de Google Now sur le site officiel ou bien celle de la dématérialisation de votre carte d’embarquement. En tant que gestionnaire de destination, agence de voyage, centrale hôtelière, public comme privé quelque soit le territoire de compétence, on peut déjà s’interroger sur sa capacité à proposer des outils différenciants notamment sur le mobile où Google se place déjà au delà de ce que l’on peut espérer en terme d’innovation, d’utilité, d’ergonomie et de rapidité d’affichage. S’interroger aussi sur sa capacité à fournir du contenu autre que celui déjà alimenté par les internautes autour du big data que ce soit avec wikipédia, les sites de partages photos et vidéos, les avis de voyageurs, les réseaux sociaux. Les principaux acteurs comme Google sont déjà capables d’agréger et d’organiser ce contenu multiple et actualisé en temps réel.

Google Now n’est que la partie immergée de l’iceberg. Le jeu ne fait que commencer. L’atout sera sans doute la valeur ajoutée que chacun pourra apporter pour se distinguer et exister.

Et comme dirait un bon ami à qui j’emprunte la formule passe-partout,  “il n’est pas commun de conclure par l’introduction, pourtant c’est ce que je vais faire” en introduisant Google Now :