15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Un incubateur pour le etourisme

Publié le 18 juin 2013
3 min

 @@@@@@@@@lab

A l’occasion du lancement des Francoquébécoises du etourisme #FQ2, blogueurs de etourisme.info et experts québécois du etourisme étaient accueillis à l’hôtel de ville de Paris pour une présentation de l‘incubateur etourisme parisien.

Le Wellcome City Lab a été initié par la mairie de Paris sur un constat simple :

– Paris est la région leader en Europe pour les start-ups et l’innovation numérique. il y en a plus qu’à Londres!
– Paris est la première destination touristique mondiale. Pourquoi ne pas se servir de cette notoriété?

A la synthèse des deux constats, une idée simple : pourquoi ne pas profiter de cette rare économie pour développer de l’innovation? Il a quand même fallu six mois pour convaincre les décideurs locaux que le tourisme était un cheval sur lequel miser, explique Laurent Queige, de la mairie de Paris

La mairie de Paris, aidée d’Oséo, la banque publique d’investissement et d’investisseurs privés (pour le moment Aéroport de Paris, Sodexo, Amadeus et Galeries Lafayette ) ont donc lancé le prmier incubateur physique lié au tourisme. Pourquoi physique? Parce que les start-ups qui vont faire partie du programme vont profiter d’un espace de 1000 mètres carrés dans le 6ème arrondissement de Paris, rue de Rennes (excusez du peu).

 

L’incubateur se construit autour de quatre métiers :

1) L’accueil des jeunes pousses :  40 postes de travail pour des start up sélectionnées par un jury qui pourront y rester 12 a 18 mois avec un accompagnement personnalisé (marketing, juridique, etc.). L’avantage pour ces start-ups : un volet financier avec un fonds d’accompagnement .. La première aide sera de 30000 euros en phase d’amorçage. En phase de décollage, les entreprises bénéficieront d’un prêt a 100000 euros sans intérêt  

2) Deuxième métier : l’académie. L’incubateur va organiser des conférences d’abord pour faire connaître les activités du tourisme mais aussi pour informer les incubés. . Les entreprises pourront aussi passer des commandes pour faire travailler les start-up sur une thématique précise(par ex, la GRC) . De bons contacts ont été pris pour que le blog etourisme.info soit un des partenaires de l’académie.

3) Troisième métier : l’expérimentation. Car il est évident qu’une start-up dans le tourisme, même avec des idées géniales,  doit rencontrer ses clients, ses professionnels. Aussi, l’incubateur aidera à la mise en relation avec de vrais clients, touristes, parisiens, professionnels.  

4)Quatrième métier : veille et prospective sur les tendances etourisme. L’incubateur sera un outil de curation avec la publication annuelle de cahier tendances sur le tourisme urbain.

Cet ambitieux projet verra finalement le jour en janvier 2014. D’ici là, un jury aura analysé les candiatures de plus de 90 dossiers. Les start-up du tourisme peuvent être sacrément intéressées pour poser leur ordinateurs rue de Rennes. En effet, les 30 entreprises sélectionnés bénéficieront , outre l’hébergement gratuit dans les locaux collectifs, de 30 000 euros en phase d’amorçage (lorsqu’ils seront àla recherche du premier client) et de 100 000 euros en phase de décollage!

Les projets seront sélectionnés le 11 juillet prochain. Pour le moment, ce sont 90 start ups qui ont candidaté pour 30 places! Quel type de candidatures ont été déposées? En nombre, les postulants sont plus nombreux que dans d’autres projets d’incubateurs,  expliqueLaurent Queige, en charge du projet à la Mairie de Paris.  De plus, 50% des candidatures tournent autour de l’économie numérique du tourisme.

Lorsque l’on regarde les candidatures, la répartition peut se faire ainsi :  une bonne moitié dans le numérique. Une bonne partie sur la gamification et l’expérience visiteur à revisiter. Des projets autour du tourisme durable ainsi que quelques uns autour du tourisme d’affaire. Et une place importante pour l’économie collaborative, qui avec le big data et l’open data, sont vraiment les thèmes à observer de près cette année.

Au final, l’incubateur Paris Tourisme (wellcome city lab, en français dans le texte), c’est vraiment une belle aventure à suivre! 

 

 

 

 

Je partage l'article
Voir les commentaires
1
763 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 1 commentaires
Également sur etourisme.info