15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Prospective métaversienne; enjeux à venir

Publié le 27 avril 2022
7 min

Dans mon article précédent, J’ai (ré)essayé la réalité virtuelle; un point de vue utilisateur, je présentais le casque Oculus Quest 2 de chez Méta mais surtout la tendance forte qui se dessinait : la future (mais très proche) prédominance des appareils standalone, c’est à dire des casques se suffisant à eux-mêmes et ne nécessitant donc plus de connexion à un PC ou à une console. J’avais initialement prévu d’enchaîner avec un billet sur les initiatives en cours dans le tourisme en matière de réalité virtuelle mais des actualités récentes m’ont poussé à creuser davantage la question des évolutions qui se profilent et des enjeux que va représenter le métavers pour le secteur du tourisme. Un secteur qui tend encore à percevoir le métavers majoritairement à travers la réalité virtuelle et autres environnements 3D alors que le futur du métavers, c’est plus. Beaucoup plus. Et quand je dis plus, ce sera plus de tout: plus de travail, plus d’investissements, plus d’implication et surtout, une (r)évolution du Community Management ! Parce que le métaverse, ce n’est (heureusement) pas Second Life, pour ceux qui se souviennent de ce phénoménal échec, c’est surtout un nouveau terrain d’interactions sociales.

Gartner annonce la couleur

Quand on parle de prospective technologique, difficile de faire l’impasse sur le cabinet américain Gartner, spécialiste en la matière. En février dernier, Gartner annonçait:

25% des individus passeront au moins une heure par jour dans le métaverse d’ici 2026.
Gartner
https://www.gartner.com/en/newsroom/press-releases/2022-02-07-gartner-predicts-25-percent-of-people-will-spend-at-least-one-hour-per-day-in-the-metaverse-by-2026

Le ton est donné et Gartner ne croit pas en un effet de mode du métavers. Il y voit une évolution somme toute logique du web.

Gartner définit le métavers comme un espace virtuel, collectif et partagé (bref, pas forcément en 3D ou en VR), offrant des expériences immersives accessibles via une multitudes d’appareils différents.

La fin d’une confusion : metavers et Réalité virtuelle; copains mais pas pareils

Quand on parle de métavers, on pense très souvent dans le tourisme à une déambulation en 3D dans un site patrimonial ou même un territoire touristique capturé à 360° au sein duquel le visiteur va pouvoir découvrir virtuellement un environnement.
Dans le cas « simple » que je viens de citer, parler de métavers serait en fait erronné. Cela ne signifie pas que cela soit sans intérêt mais il convient de préciser qu’il s’agit plutôt ici d’une expérience d’immersion en VR (Virtual Reality/Réalité Virtuelle).

Le métavers c’est en effet plus que cela : la dimension sociale est essentielle, de même que celle de service. Le fait que la compagnie Facebook soit devenue Meta et qu’elle ait tant investi dans les casques (avec succès, voir mon article précédent) témoigne bien du fait que le premier réseau social mondial y voit l’évolution logique de ses activités.

Bref, la VR peut faire partie du métavers mais la VR, ce n’est pas forcément du métavers: simple, non ?

La corée du sud donne le ton

Qui s’intéresse un tant soit peu à l’Asie sait que LE pays où beaucoup de choses se passent actuellement, c’est la Corée du Sud. Là-bas, tant les secteurs public que privé croient énormément au potentiel des métavers (oui, j’ai écrit « des » parce que pour être correct, aujourd’hui, il faut savoir qu’il existe déjà une multitude de métavers; fusionneront-ils ? La multitude sera-t-elle la norme ? Trop tôt pour le savoir.)

Aussi, la ville de Séoul a lancé un immense chantier (plusieurs centaines de millions de dollars provenant du privé et du public) pour devenir la première institution publique au monde à pénétrer dans le métavers. Un ambitieux projet (Seoul Vision 2030) sur plusieurs années qui permettra à terme aux citoyens d’effectuer différentes démarches administratives mais également (social oblige), d’obtenir des rendez-vous avec des services municipaux ou même des élus dans le métavers. L’économie, l’éducation, la culture, le tourisme, la communication, le développement urbain et les infrastructures seront également intégrés avec notamment, la déclinaison dans ce métavers de chaque grand événement de la ville et ce, toujours dans une logique sociale et participative.

enjeux à venir pour le tourisme

Anticiper est un art difficile; je ne dispose pas de dons médiumniques, malheureusement. Néanmoins, on peut d’ores et déjà identifier quelques enjeux dont il faut dès à présent tenir compte pour notre secteur.

Pour commencer, si vous envisagez dans un avenir proche d’investir dans la réalité virtuelle, il serait bon de déjà envisager l’évolution de l’application VR que vous voulez dans une approche métavers. Bref de bien réfléchir à votre choix de prestataire et de solution techniques : l’environnement créé est-il évolutif ? Le prestataire sera-t-il ou est-il déjà à même d’intégrer, au-delà de la « simple » modélisation 3D, des services sociaux à valeur ajoutée. Bref, allez-vous proposer un environnement virtuel dans lequel l’usager va voir son expérience se limiter à une simple découverte en solitaire ou pourra-t-il bénéficier de services divers allant d’un accueil virtuel à l’obtention de goodies en passant par des services innovants qui restent à imaginer ? N’oublions pas qu’à l’instar des investissements consentis pour vos sites web, l’obsolescence n’est jamais loin et il serait dommage, dans trois ans, de constater que, faute d’anticipation, le couteux développement VR dans lequel vous aurez investi massivement se voit condamner aux oubliettes. Penser VR, c’est bien, c’est contemporain. Penser métavers, c’est voir plus loin.

Ensuite, on peut également d’ores et déjà prévoir que le développement des métavers va bouleverser nos pratiques en matière d’accueil et de réseaux sociaux.

Sur ce blog, on vous parle depuis de nombreuses années maintenant d’accueil hors les murs, à juste titre. Vous êtes déjà d’ailleurs très nombreux à avoir déployé des dispositifs de ce type sur vos territoires et c’est très bien. Avec le métavers, c’est un autre hors les murs qui s’annonce : l’accueil des visiteurs dans un environnement virtuel avec tous les services qui en découlent; information, conseil, et surtout, présence ! Bref, il faut s’attendre à terme à devoir dédier l’équivalent d’au moins une ressource humaine à l’accueil virtuel comme c’est déjà un peu le cas avec les médias sociaux d’ailleurs.

Parlons-en de ces médias sociaux, justement. On se dirige vraisemblablement vers une hybridation du Community Management qui va devoir s’exercer à moyen terme tant sur les plateformes traditionnelles que dans les univers virtuels. L’enjeu, dans les mois et années à venir, va être d’être capable d’identifier la ou les plateformes qui s’imposeront en matière de métavers pour d’une part, ne pas se disperser et, d’autre part, ne pas s’investir dans une plateforme qui viendrait à mourir rapidement.
Si Meta a aujourd’hui pris une longueur d’avance, confortée par sa position de leader des médias sociaux, Google, Amazon, Microsoft et autres start-up n’ont bien entendu pas dit leur dernier mot et les mois qui viennent promettent d’être riches en effets d’annonces.

Tout cela pour dire que si le Community Management prend déjà beaucoup de temps pour un OGD, cela va encore augmenter dans les années à venir… Sans parler des actions publicitaires qui vont elles-aussi voir l’émergence de nouveaux supports, qui amèneront eux-mêmes de nouveaux impératifs d’investissements.

Le problème c’est qu’aujourd’hui, comme aux débuts du web, avec l’avènement de ces mondes nouveaux, les réels experts n’existent pas encore vraiment. Nous sommes face à des apprentis-sorciers plus ou moins doués. Il y aura forcément prise de risque.

Enfin se pose également l’enjeu de l’innovation et de la compétitivité qui nous pousse parfois à investir trop vite ou dans la mauvaise direction. Pour ma part, j’aime souvent rappeler à mes étudiants, stagiaires ou clients, que la technologie a aujourd’hui moins de limites que notre imagination: plutôt que de tout attendre d’un prestataire technique, osez imaginer les solutions de demain, aussi folles soient-elles mais toujours dans une logique de valeur ajoutée et d’expérience utilisateur. Ensuite, cherchez le prestataire qui sera capable (il y en a ! J’en connais même qui rêvent de clients qui vont les challenger au maximum.) de concrétiser votre vision.

Je conclurai en juin cette série d’articles autour de la VR et des métavers. À cette occasion, je souhaite interviewer Vincent Dubois de Destination Nancy (pour leur webapplication visitnancy360.com) ainsi que Jean-Nicolas Vandelac, PDG et fondateur de la start-up montréalaise Hoppin World qui développe un métavers touristique social.
D’ici là, bonne journée à toutes et à tous.

Je partage l'article
Voir les commentaires
2
34 articles
Conférencier et consultant en Innovation touristique, Denis Genevois est également actif dans la sphère e-business et le marketing depuis plus de 20 ans. Il accompagne au quotidien les acteurs publics et privés du tourisme en Belgique francophone et en France dans leurs projets. Il est Directeur associé chez Un Tour d'Avance, bureau spécialisé en innovation et ingénierie touristique.    
Voir les 2 commentaires
Également sur etourisme.info