15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Nous sommes tous des Kevin et des Josiane gaillards!

Publié le 25 novembre 2011
3 min

La sixième édition des rencontres du tourisme de Brive qui vient de s’achever place définitivement cette manifestation comme un rendez-vous national incontournable, tant par la participation (400 personnes venus de toute la france) que de la qualité des présentations.

Car à Brive, on ne parle pas que d’etourisme, même si le numérique est très présent dans toutes les problématiques. Mais deux autres volets développement touristique local et marketing permettent aux participants de faire un tour de piste complet de l’actualité du tourisme.

Cette année en Corrèze, on a beaucoup parlé de marque et de segmentation.
De marque, avec la présentation de la nouvelle marque « Limousin », réalisée à partir d’un portrait identitaire. On aura donc droit à « Limousin, lavie nouvelle », et « Limousin l’autre voyage ». Mais la marque, ce n’est pas que le slogan ou l’accroche. Car, comme l’expliquait Florence Crouzet, de l’agence Nomad & Co, 76% des consommateurs pensent que les marques ne disent pas la vérité. Alors que 68% des consommateurs font confiance à leurs pairs (vs. 22% à des sites de marque). Il y a donc intérêt à ce qu’une marque porte des valeurs, et surtout qu’elle soit différente, comme le précisait Jean Philippe Gold directeur du CRT Picardie. Dans une brillante présentation, Jean Philippe a expliqué que l’appropriation de la marque « Esprit de Picardie » par l’ensemble des acteurs, qu’ils soient professionnels ou habitants est une condition essentielle. Le travail en mode projet, entre CRT, CDT et offices de tourisme en est l’outil de réussite.
Faire vivre la marque en mode projet, c’est aussi la méthode choisie par les acteurs du Limousin regroupés dans un groupe projet associant le CRT, les CDT et les principaux offices de tourisme. Une condition nécessaire pour que la « vie nouvelle » du Limousin ne soit pas qu’un simple slogan publicitaire, mais une valeur partagée.

Coté segmentation, de nombreux ateliers ou scéance plénière ont appuyé sur la nécessité de proposer des services aux visiteurs selon leur profil. Le Limousin va donc monter des séjours particuliers pour les motards, les adeptes de voitures anciennes ou les découvreurs. Internet permet de faire de la communicaiton affinitaire, de choisir ses modes de communicaiton, profitons-en.

Dans le domaine de segmentation, la présentation de Nicolas Sosnowiez, directeur marketing et commercial d’Atafoto.studio était réjouissante; il a dressé les portraits de six consommateurs et de leur rapport au web. On a donc vu la différence entre Kevin, 18 ans, de la génération Y, Nicolas 33 ans, de la génération X, Josiane qui est babyboomeuse. Ou encore, Lena qui à 5 ans est over digitally native et sera la futur cliente, alors que Suzanne et Jacques sont les nouveaux seniors connectés.
Si Nicolas, à 33 ans, accepte de payer des services web, des téléchargements, c’est parce que c’est dans sa culture. Alors que le jeune Kevin a adopté le « tout gratuit » du web et n’envisage pas une seconde de’ouvrir son porte monnaie pour des services numériques. Autre différence flagrante : si Josiane, quand elle ne trouve pas quelque chose appelle ses enfants pour qu’ils regardent sur google, les plus jeunes, ont eux, arrêté de chercher : ils demandent. Ils interrogent leur communauté, sur Facebook, pour avoir la réponse. Et ça marche!

Le détail des profils est à regarder dans le powerpoint ci-dessous.

Kevin, Josiane et Nicolas ont donc bien alimenté les conversations tout au long des deux journées des rencontres. Générations différentes, certes, mais qui se sont toutes se sont retrouvées sur un même type de consommation lors de la soirée gaillarde, magistralement orchestrée par l’équipe de l’office de tourisme de Brive.

Je partage l'article
Voir les commentaires
4
758 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 4 commentaires
Également sur etourisme.info