L’intelligence, tout naturellement…

Publié le 16 octobre 2023
6 min

Passionnantes! c’est l’adjectif qui me semble le plus approprié pour qualifier les #ET19, rencontres du etourisme, qui se sont tenues à Pau la semaine dernière. Une édition qui a laissé apparaître des bascules dans beaucoup de domaines, comme si ça bougeait vraiment beaucoup; Et ce sont peut-être nos paradoxes, très bien décrits par Jean-Baptiste Soubaigné, qui vont contribuer à ces changements…

Cette édition 2023, réunissant plus de 750 personnes étaient construites autour de trois thèmes : intelligences, meufs et transitions. Trois thèmes très largement abordés à travers des plénières et des ateliers. Qu’est-ce qui peut a priori rassembler l’intelligence artificielle, la place des femmes dans le tourisme, et les transitions notamment dans la mobilité?

L’exercice de synthèse réalisé lors de la conclusion par Laurence Giuliani, Jean-Baptiste Soubaigné et moi-même, a pour moi bien illustré les points communs aux changements profonds que nous vivons. Nous vous proposons donc de reprendre dans trois articles nos synthèses respectives. Je commence aujourd’hui, avec l’irruption de l’Intelligence Artificielle dans le tourisme. Dans quelques jours, Laurence Giuliani parlera des meufs, et enfin Jean-Baptiste Soubaigné proposera un article sur les transitions.

La terrasse du Palais Beaumont

L’IA, pas si jeune !

A travers une conférence et des ateliers (à retrouver dès ce début de semaine en replay), nous avons fait le tour de la question en trois temps :

  • une plénière ou Alexandre Bertin d’UNITEC a montré que l’arrivée de Chat GPT il y a moins d’un an, bouscule la donne et fait apparaître l’impact de l’intelligence artificielle au grand public. Mais Alexandre a aussi rappelé que cela fait des années que l’intelligence artificielle est entrée dans nos vies (écriture intuitive dans les messages, GPS, etc.)
  • l’atelier “on va rêver” : avec Benoit Dudragne et Alexandre Bertin, nous avons exploré le rêve d’une Intelligence artificielle qui nous fasse gagner du temps dans notre quotidien : m’aider à remplir les fiches de SIT, traduire mes contenus, créer du contenu, améliorer ma relation client…
  • l’atelier “du concret” dans lequel des entreprises du secteur tourisme (Raccourci et Studio Juillet) ont montré des réalisations en Intelligence Artificielle. C’est là qu’à 9h05 le jeudi matin, les participants ont eu droit à une démonstration de l’organisation des bases de connaissances vectorielles dans le deep learning! Merci à Nicolas de Raccourci. Plus sérieusement, cela a permis de voir que dans notre secteur d’activité aussi, l’Intelligence Artificielle est utilisée depuis plusieurs années. L’application Fairguest en est un exemple. Cet outil, qui analyse les avis clients des prestataires touristiques utilise l’IA pour produire ses résultats.

L’atelier s’est conclu par une magistrale démonstration de l’Office de Tourisme de Chamonix, qui a utilisé la puissance de l’Intelligence Artificielle générative (Chat GPT et Midjourney) pour construire la campagne de communication hivernale.

Cédric Piatek, responsable CRM de l’Office de Tourisme Vallée de Chamonix Mont Blanc nous a expliqué comment, dans les différentes étapes de construction de la campagne, les outils de l’IA sont intervenus : pour brainstormer en mode créativité, pour affiner la stratégie, mais aussi pour créer des images mettant en scène la destination. C’est à ce moment de l’histoire qu’un Directeur Artistique est intervenu pour magnifier le travail de l’Intelligence Artificielle. Ainsi, sur le visuel ci-dessous, les personnages ont été créées par l’IA, et implantés sur une vraie photo.

Aussi, l’OT de Chamonix précise sur chaque visuel « image générée par l’IA, sublimée par l’homme« . Belle démo!

L’IA, si on sait s’en servir

A l’issue de ces deux journées riches d’échange au sujet de l’Intelligence Artificielle et ses implications dans le tourisme, nous avons collectivement dégagé quelques vérités (mais qui sont appelées à évoluer, comme toute vérité…)

  • Oui l’Intelligence Artificielle peut nous faire gagner du temps dans nos métiers, et surtout du « temps gris », que nous pourrions mieux utiliser à autre chose. Par exemple, passer plus de temps à aller connaître l’offre de son territoire que de remplir d’interminables descriptifs dans une base de données.
  • Un message clair et répété : l’IA n’est pas une intelligence surnaturelle, mais un outil piloté par l’homme. Un outil puissant, mais qui ne fait que ce qu’on lui demande. Ce n’est donc pas la peine d’avoir peur d’une machine. Elle ira là où on lui demande, lorsque l’on sait la piloter.
  • L’IA ne sert à rien si on ne connaît pas son métier, si on a pas d’expertise en amont. Le post écrit par Chat GPT sur les réseaux sociaux sera “plate” comme diraient nos cousins québécois si on n’a pas au départ une stratégie de contenu, ou si on ne connaît pas l’offre du territoire.
  • Si l’IA peut faire gagner en productivité, il faut soigner deux moments : l’avant, et l’après travail de l’Intelligence Artificielle. Ce sont deux points essentiels. Avant que l’IA travaille, il faut savoir rédiger un prompt (une commande) qui soit complet, précis; l’apprentissage des prompts est un vrai challenge. Une fois que Chat GPT ou un autre outil a produit, il faut absolument vérifier si la production de l’IA générative est vrai et correct. La tenndance de ces outils à « halluciner » est bien réelle.
  • L’interaction humaine est toujours essentielle. Ainsi, comme expliqué plus haut, l’Office de Tourisme de Chamonix a créé sa campagne avec des images générées par l’IA mais “sublimées par l’homme”. Ils ont en effet fait appel à un directeur artistique pour finaliser le travail entamé par l’IA.
  • L’IA ne date pas d’aujourd’hui, depuis plusieurs années, les applications existent : que ce soit dans notre GPS, dans nos messages de téléphone ou dans des applications du quotidien professionnel. Simplement, l’IA générative généralisée avec Chat GPT cette dernière année, apporte un éclairage incroyable
  • Tous les métiers de nos organisations peuvent être concernés, et intéressés à un accroissement de productivité :
  1. l’accueil, avec des bases de connaissances interrogeables en langage naturel, la traduction, les assistants vocaux
  2. la promo, avec les campagnes de communication, ou la vidéo qui traduit votre propre voix en de multiples langues tout en respectant le mouvement de vos lèvres.
  3. l’observation, avec l’analyse des données
  4. la relation prestataires, avec l’audit rapide d’entreprises, sur les avis clients ou le site web
  5. la stratégie : pour élaborer un nouveau produit, s’interroger sur des cibles de clientèle
  6. la commercialisation et la relation client : chatbot, GRC

Et une dernière vérité, peut-être la plus importante : il va falloir vraiment se former à l’Intelligence Artificielle dans toutes les organisations, privées ou publiques. Cela permettra d’abord d’acquérir une culture de base. Mais aussi d’avoir des spécialistes, comme dans le numérique. Le nouvel « animateur d’IA de territoire » sera une personne qui saura tutoyer l’Intelligence Artificielle, rédiger des prompts, comprendre les avantages et les inconvénients de chaque solution. C’est grâce à cette compétence que l’on pourra regagner du temps au sein de nos organisations, en faisant exécuter certaines tâches par l’IA.

Le chatbot qui parle comme un personnage célèbre (ici Van Gogh) développé par Ask Mona, présente aux #ET19

Un nouveau moment de bascule

A l’issue de ces deux journées paloises, en écoutant les participants, en observant les regards lors des démonstrations, j’ai eu une une « impression années 2000”. 200-20100, c’était l’arrivée des Facebook, Instagram, Google Maps, AirBnB, autant de services et de plateformes qui ont bouleversé notre économie. J’ai retrouvé à propos de l »Intelligence Artificielle le même engouement et le même étonnement des participants. A la différence que nous sommes un peu moins naïfs qu’il y a 15 ans sur les enjeux et les conséquences !

Devant cette révolution en marche, je crois que tous les participants se sont dit la même chose à l’issue des #ET19 : « l’IA, il va falloir y aller! »

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
784 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 0 commentaires
Également sur etourisme.info