15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Décloisonnons ! Ou « le tourisme au secours de la culture »

Publié le 17 mars 2021
5 min

Le secteur du tourisme a considérablement intégré la dimension durable, même s’il reste encore du travail en la matière. Notre planète meurt à petit feu, c’est une nécessité que de tout mettre en oeuvre pour la préserver.

Mais au-delà de notre planète, c’est aussi tout un secteur qui est aujourd’hui à l’agonie. Le cri de désespoir poussé par Corinne Masiero lors de la dernière cérémonie des César, sous une forme qui peut sembler discutable, montre bien, probablement de manière assez brutale, la souffrance extrême dans laquelle se trouvent de nombreux artistes, intermittents du spectacle et autres travailleurs du secteur culturel. Ne serait-il pas temps pour les forces vives du tourisme d’investir la même énergie et le même enthousiasme dans le soutien à la culture qu’il l’a fait pour un tourisme plus éco-responsable ? « La question est vite répondue ».

En Belgique, un fossé encore trop grand sépare tourisme et culture, probablement notamment parce que, comme en France, ces secteurs dépendent de ministères différents. Pourtant, en matière de public, il n’est pas rare que les bénéficiaires soient communs aux deux mondes. Il est plus que temps de décloisonner dans les actes et surtout, d’explorer et d’exploiter toutes les pistes qui permettent au tourisme d’aider les acteurs culturels à se redresser avant qu’il ne soit trop tard… Et il est déjà bien tard.

le virage amorcé du touriste vers le socio-pro

En mai 2019, Jean-Luc Boulin publiait un article intitulé Arrêtez de vous occuper des touristes, pensez aux socio-pros! dans lequel il expliquait combien il était pertinent de plus s’investir en faveur des socio-pros de vos territoires. Je ne vais pas revenir sur ses arguments; je vous invite à relire cet article qui prend encore plus de sens dans le contexte que nous connaissons actuellement. Et c’est d’autant plus vrai que tant que nous serons encore dans ce scénario de consommation touristique locale « forcée », on peut franchement se permettre de lever le pied sur le marketing de destination et la surinformation du touriste. Bref, autant faire jouer les vases communicants et travailler avec nos socio-pros au bénéfice des acteurs culturels.

DES OPPORTUNITÉS ET DE LA SOLIDARITÉ

Je me doute que certains Offices ont déjà entrepris des actions en ce sens, j’en connais d’ailleurs quelques uns et c’est tant mieux. Mais ils sont encore trop peu nombreux et c’est la raison de ce billet.

On sait combien la dimension « expérientielle » a pris de l’importance ces dernières années et à quel point cela correspond à de réelles attentes des clientèles touristiques. Il y donc bel et bien une réelle opportunité à renforcer les collaborations entre la culture et le tourisme et c’est du gagnant-gagnant !

Je me doute que certains Offices ont déjà entrepris des actions en ce sens, j’en connais d’ailleurs quelques uns et c’est tant mieux. Mais ils sont encore trop peu nombreux et c’est la raison de ce billet.
On sait combien la dimension « expérientielle » a pris de l’importance ces dernières années et à quel point cela correspond à de réelles attentes des clientèles touristiques. Il y donc bel et bien une réelle opportunité à renforcer les collaborations entre la culture et le tourisme et c’est du gagnant-gagnant !

Quelle place l’Office de Tourisme peut-il prendre dans ce scénario ? Celle d’un marieur entre socio-pros et artistes pardi !

Concrètement, et certains territoires dont le Pays des Lacs en Belgique le font déjà, il s’agit de favoriser la mise en relation d’artistes avec des socio-pros ou des sites touristiques publics ou privés, qui pourraient leur permettre de disposer d’un lieu d’expression propice à leur activité ou talent. Actuellement, il faut bien entendu respecter les règles sanitaires en vigueur; on sait que l’organisation d’un concert avec un public « classique » est impossible. Mais il faut à la fois d’une part anticiper le retour à cette possibilité prochainement et, d’autre part, identifier les choses déjà possibles actuellement. Ainsi de nombreux lieux peuvent déjà permettre à des artistes d’exercer leurs talents pour autant qu’on leur en donne l’occasion: à Namur, une exploitante bien connue de chambres d’hôtes d’exception a par exemple organisé un mini-concert, donné par quatre musiciens sur sa terrasse, concert que les hôtes ont pu suivre depuis le balcon de leur chambre au premier étage dans le respect des règles sanitaires

Je pense également à ce musée qui a permis à des comédiens de « prendre la place » des guides traditionnels pour proposer aux visiteurs qui le souhaitaient une formule décalée de guidage. Il y aussi un projet de proposer dans une grotte une animation musicale live, ponctuellement, en lieu et place du son & lumière technologique classique. Toutes ces formules se font évidemment via une tarification particulière qui permet la rétribution correcte des artistes. Ainsi, selon les cas, c’est soit le site touristique qui rémunère directement le ou les artistes, soit le touriste lui-même qui paie un supplément, directement à l’artiste, pour sa prestation. Les formules ne sont pas figées et doivent s’adapter aux réalités tant des professionnels du tourisme que de celles des artistes.

ON NE PEUT PAS NE RIEN FAIRE

Vous l’avez donc bien compris, il ne s’agit pas pour l’OT de devenir organisateur de concerts ou de pièces de théâtres mais bien de favoriser la mise en relation entre forces vives du tourisme avec les artistes et de réaliser des mariages heureux, pour le plus grand plaisir de nos visiteurs mais surtout pour apporter aux acteurs culturels une bouffée d’air salutaire dans un climat ambiant qui les tue à petit feu même si aujourd’hui je parlerais plutôt de grand brasier.
L’auteur allemand Heinrich Heine disait : « Ceux qui brûlent des livres finissent tôt ou tard par brûler des hommes » – Heinrich Heine, 1820. Il semblerait que l’on a passé le cap des livres.
Je partage l'article
Voir les commentaires
1
30 articles
Conférencier et consultant en Innovation touristique, Denis Genevois est également actif dans la sphère e-business et le marketing depuis plus de 20 ans. Il accompagne au quotidien les acteurs publics et privés du tourisme en Belgique francophone et en France dans leurs projets. Il est Directeur associé chez Un Tour d'Avance, bureau spécialisé en innovation et ingénierie touristique.    
Voir les 1 commentaires
Également sur etourisme.info