15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

ADT Ariège Pyrénées

Publié le 9 mars 2010
3 min

Aujourd’hui on ne vous parlera pas mobilité touristique, mais d’un simple site Internet, celui de « l’Agence de Développement Tourisitique d’Ariège Pyrénées »:http://www.ariegepyrenees.com/. Une tendance de fond est la place importante accordée aux photos dans la charte graphique pour faire découvrir le territoire et bien entendu faire rêver l’internaute. Dans le même genre d’idée, le « CDT du Jura »:http://www.jura-tourism.com accorde une place centrale aux photos. J’ai à ce sujet un gros faible pour l’ « office du tourisme de la ville de Québec »:http://www.quebecregion.com.

En ce qui concerne l’Ariège, le parti pris est clair dès la page d’accueil : la commercialisation. Personnellement je trouve la page d’accueil un peu pauvre. Quid de ceux qui ne connaissent pas l’Ariège ? Ne fait-on pas l’économie de la phase de séduction ou de découverte du territoire ? Je me demande en effet si cette approche est toujours pertinente. Quand un touriste connait un territoire n’a-t-il pas plutôt tendance à aller directement chez les prestataires touristiques ?

Globalement on oublie qu’il s’agit aussi de proposer de la valeur ajoutée à l’internaute, et on se contente d’apporter un éventaire plus ou moins exhaustif sur l’offre. Il est essentiel d’avoir une approche offrant du service à l’internaute. Prenons l’exemple pour « Hébergements et saveurs », et plus particulièrement pour l’hôtellerie. Une entrée par les labels ne suffit pas, ont-ils en outre tous un sens pour le consommateurs ? Un client potentiel n’ouvrira pas chacune des offres pour voir les prix. N’oublions jamais le fameux rapport qualité-prix. A minima il faut afficher les prix et/ou une tranche de prix (entre 80 et 120 euros par exemple) et bien entendu penser aux disponibilités. Il n’y a pas plus rageant que de consulter plusieurs fiches, rechercher pour des dates, et ne trouver aucune disponibilité…

Il s’agit d’aider le touriste potentiel à s’y retrouver. Au-delà de la phase de séduction, il s’agit d’aider le consommateur à « considérer » la destination, c’est-à-dire à lui montrer les atouts, et l’aider à se décider. On a tendance à tout mettre au même niveau, alors qu’il s’agit pour faire la différence avec d’autres, de faire ressortir les traits les plus saillants : quels sont les lieux majeurs à visiter par exemple. Bref il s’agit de montrer le champ des possibles tout en hiérarchisant le plus possible. Est-il pertinent de classer au même niveau un monument classé au patrimoine de l’UNESCO à côté d’une petite église du XIIIe siècle si charmante soit-elle ? A-t-on à l’esprit que le touriste dispose d’un temps limité pour ses vacances ?

Il ne s’agit pas tant de montrer mais surtout de mettre en scène le territoire. Les photos sont belles, la vidéo alléchante mais où est-ce ? Personnellement je pense que des photos sans légende ou des renvois vers des pages ne sont que des décorations. Il s’agit de montrer pour faire découvrir la richesse du territoire et sur Internet permettre de découvrir autrement les différentes informations du site Web. Pour ce dernier point, et beaucoup d’autres, je ne peux que vous conseiller de consulter le site de l’ « office de tourisme de Philadelphie »:http://www.visitphilly.com. Un bel exemple non ?

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
146 articles
Philippe Fabry est responsable Médias Sociaux à ATOUT FRANCE, où il s’occupe en particulier des problématiques autour de la gestion des réseaux sociaux, des stratégies d'optimisation de sa présence en ligne, et de mise en place de tableaux de bord de performance. Il tient également à titre personnel un blog, www.tourisme-tic.com, avec des thèmes de réflexion sur l’etourisme, la mobilité, les usages, les comportements et attentes des internautes, les tic [...]
Voir les 0 commentaires

Les commentaires sont fermés.

Également sur etourisme.info