Je poursuis ma réflexion comparative sur les solutions à adopter pour un office de tourisme qui souhaite développer un service en mobilité.
Suite à “l’article du 1er mars”:http://www.etourisme.info/article/1068/appli-iphone-ou-site-mobile, Dominic Gagnon, un blogueur canadien nous a fait part de ses réflexions par rapport à une application Iphone développé à Québec sans stratégie. Je vous conseille de “lire son post sur ce sujet”:http://marketing-mobile.ca/site-mobile/les-rues-de-quebec-mobile-exemple-dune-application-sans-strategie.

Pour poursuivre, j’ai donc testé deux services en mobilité qui viennent de sortir. A ma droite, l’appli Iphone de Saint Brieuc : Saint Brieuc Bay. Et à ma gauche, “Leslandes.mobi”:http://leslandes.mobi, site web mobile.

L’application de *Saint Brieuc* est la première de “mobitour”:http://www.tourism-system.fr/mobitour,3,1,241.php. Ce système d’applications Iphone est intégralement basé sur un SIT (système d’information touristiques) dont il récupère les données. Une bonne nouvelle, parce que ça évite à l’office de tourisme de re-saisir les données une nouvelle fois pour l’appli Iphone.
Mais, en conséquence, n’apparait dans l’application Iphone que ce qui est saisi dans la base de données. Et on connait malheureusement la pauvreté de certains objets de nos bases; la première crêperie que je cherche à découvrir m’amène à une phrase laconique type “bar, brasserie, pizzéria”, une photo, un numéro de téléphone et rien de plus…
L’application Mobitour propose de donner son avis au consommateur. Espèrons qu’il y aura beaucoup de participation pour enrichir certaines fiches. Ceci dit, la géolocalisation fonctionne parfaitement : je suis à 480,52 km exactement de la crèperie citée plus haut.
L’application propose plusieurs fonctionnalités assez intéressantes : l’itinéraire, l’envoi par email ou SMS de la fiche. Mais il faut à chaque fois quitter l’appli pour aller dans une autre fonctionnalité du téléphone.

Et puis surtout, ma principale critique sera la non autonomie de Mobitour. L’appli ne fonctionne pas sans accès Internet, Edge, 3G ou wifi. Les données ont besoin de cet accès pour s’afficher. Cela contrarie le principal avantage de l’application autonome, notamment pour les étrangers : se passer d’un accès internet au coût prohibitif.

Le site *du CDT des Landes*, “leslandes.mobi”:http://leslandes.mobi/ est totalement web. Il est basé sur la base de données Tourinsoft qui équipe le SIT aquitain. Même remarque que pour Saint Brieuc donc, sauf que lorsque le SIT est bien renseigné, avec de bons textes et de bonnes images, le résultat de l’extraction est beaucoup plus satisfaisant. Et, sans être chauvin, il est vrai que la base landaise donne des résultats performants.

Les fonctions de géolocalisation existent aussi sur le site mobile des Landes, ainsi que la possibilité de donner un avis. A noter : la présence intéressante d’un moteur permettant d’affiner la recherche. Pas mal, lorsqu’on est en présence d’une grosse base, comme celle des évènements.
L’approche par cartographie est aussi un plus à ce système. Le tout en fait un site web mobile complet et pratique.


_L’interface du site landais_

Finalement, la différence entre les deux systèmes est pour moi assez ténue. Simplement, l’application Saint Brieuc de Mobitour se limite aux possesseurs d’Iphone; mais elle peut être téléchargée sur l’App Store : est-ce un signe distinctif positif?
Alors que le site des Landes sera accessible à tout possesseur de téléphone connecté à Internet, et s’adapte du coup aussi aux Iphone.
Resterait à connaitre les budgets respectifs des deux systèmes car c’est sans doute là que se fait la différence!

PARTAGER
Article précédentE-tourisme et design : séduire pour vendre
Prochain articleQuand Internet devient le premier fournisseur de clients…
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin

AUCUN COMMENTAIRE