Article paru initialement le 24  janvier 2012. Rediffusion de vacances!

Cela en devient énervant : les Suisses excellent dans la promotion touristique, quels que soient les supports qu’ils investissent. 

On ne cite plus les excellentes vidéos, drôles et décalées, dont on vous a déjà beaucoup parlées, ni la campagne Facebook des deux compères Sebi et Paul.

Aujourd’hui, c’est à un autre de leur outil que l’on dédie cet article, ou plutôt à plusieurs outils : leurs applications pour mobile, car ce n’est pas moins de 13 applications qui ont été créées, hyper segmentées et du coup hyper légères. Mon regard a été happé par le supplément du quotidien Le Monde que l’Office national du tourisme suisse a investi la semaine dernière. Une grande segmentation des offres et de nombreuses promotions étaient affichées. Or me souvenant de l’article de Paul Fabing, publié sur les solutions mobiles suisses, je reviens quasi un an plus tard avec le point de vue suivant que je vous expose.

L’équipe de MySwitzerland raisonne davantage en tant qu’éditeur qu’en tant qu’office de tourisme. La segmentation des contenus, correspondant à une cible particulière et non fourre-tout comme on en trouve sur de nombreux territoires français, répond à une vraie réflexion sur les couples cibles / produits : du vrai marketing  ! A chaque cible son produit, comme le font les éditeurs qui savent répartir leurs contenus pour servir au plus près leurs lecteurs. On a donc face à nous une vraie collection d’applications et ça c’est très bien. Il vaut mieux pousser la richesse de l’information que vouloir tout concentrer.

Quelques exemples qui illustrent des parti-pris d’éditeur :

–       Application de ski, principalement basée sur de l’information pratique liée à la météo, aux conditions d’enneigement… pour iPhone et Android.

 Carte des pistes 

 

–       Pour ceux qui préfèrent l’eau, application sur l’ensemble des lieux de baignades : horaires d’ouverture et tarifs des piscines et parcs aquatique, température de l’eau…

–       Application « Swiss events », listant l’ensemble des animations et événements organisés dans le pays, avec des fiches pratiques reprenant textes, photos, vidéos, géolocalisation sur Google Maps, après une recherche à critères (période, type, lieux…). Le site précise que l’application est actualisée quotidiennement par plus de 500 localités ! L’agenda des manifestations et événements culturels et sportifs avec soi : rien de tel pour les décisions d’impulsion touristiques ou d’excursions.

 –       Application iPhone « Swiss Hike » : application de randonnée contenant toutes les informations nécessaires (itinéraires, difficultés) et secondaires mais quand même importantes (hôtels et restaurants à proximité) pour 32 circuits. Voilà un parti pris concret : 32 spots de randonnée plutôt qu’une invraisemblable collection d’itinéraires non positionnés comme on le voit trop souvent (les éditeurs de guides de randonnées jouent aussi cette carte de la sélection et de la collection de guides).

 

–       Une série d’applications de villes, pour visiter les principales cités suisses (Lugano, Genève, Lausanne, Bern, Basel, Zurich, Luzern…).

–       Et comme cela ne suffisait pas, ils ont lié des partenariats avec d’autres organismes, dont la compagnie aérienne Swiss International Airline pour réserver et gérer ses billets d’avion, et la SBB qui propose une application pour les trains (comme celle de voyages-sncf). Le tourisme et les transports fonctionnant ensemble, ça apporte une vraie plus value aux voyageurs.

Toutes les applications suisses ici !

Autre fait remarquable : toutes les applications sont disponibles en 4 langues, rien que ça : allemand, anglais, français et italien, certaines ayant même des versions espagnoles et néerlandaises, et gratuites !

 Ça fait rêver, non ? 

Les petits moins ? Le revers de la médaille, la segmentation ne sert pas tout le monde. Mais le tourisme non plus : à chacun selon ses goûts et ses moyens. 1 seule de ces applications a été développée sous Android, toutes les autres étant sous iOS (mais cela peut changer compte tenu de l’évolution des marchés qui a vu Android passer devant iPhone), et le site amiral n’est pas optimisé pour le mobile.

 Peut-être cela viendra-t-il mais pour l’instant il reste encore d’après les commentaires des mobinautes quelques « bugs » à régler avant de continuer de développer.

Quelques suggestions de création d’applis à nos amis suisses :

  • Une application recensant les meilleurs concierges d’hôtels suisses : on va aussi en Suisse pour l’excellence du service ;
  • Une autre dédiée à la découverte des lieux cultes de l’industrie horlogère suisse ;
  • Une autre sur les meilleurs spots dédiés au chocolat suisse (boutiques, salons de dégustation, industries, musées…) ;
  • Une autre permettant de créer des circuits comprenant des passages devant des coucous suisses remarquables 🙂
Enfin, vous m’avez compris, la segmentation ça n’offre que des avantages de spécialisation de contenus et de clients, autrement dit au diable les applis où l’on amoncelle les données pour des usages inexistants.

En tous les cas, une telle offre éditoriale segmentée me fait penser que l’ensemble des ressources touristiques suisses pourrait être traitée de la sorte : à chaque instant et à chaque besoin une application de loisirs couplée à une destination, c’est vraiment de la thématisation et du service. Cela doit davantage inciter à de la consommation en mobilité que les applications fourre-tout. Du coup, je me verrai bien devenir Suisse tant je suis admiratif du travail accompli par cette destination.