S’il y a encore une dizaine d’années les chinois voyageaient majoritairement en groupe dans le cadre de voyages organisés par agences avec pignons sur rue, la génération Y est devenue bien plus autonome. Cause ou conséquence, Internet a un rôle prépondérant dans la prise d’autonomie des jeunes voyageurs chinois. Je parlais dans un de mes précédents articles de l’OTA chinoise Ctrip, je vais aujourd’hui vous présenter les deux principaux sites collaboratifs de voyage : QiongYou et MaFengWo.

Des plateformes collaboratives

A l’origine, il s’agit bien de plateformes collaboratives. Le nom « MaFengWo » vient de la contraction des mots « Mayi » (la fourmi) et « Mifeng » (l’abeille), pour rappeler les valeurs du site : l’unité, le désintéressement, l’entraide et le partage. A cela est apposé le mot « Wo » qui représente l’habitat des animaux, pour donner le sens de “refuge des voyageurs”.

Chez MaFengWo comme sur QiongYou, l’esprit collaboratif se retrouve notamment par la présence de forums, de groupes de discussions thématiques ou une plateforme qui permet trouver des compagnons de voyage. Par ailleurs, les voyageurs peuvent poster leur récit de voyage en ligne, à propos desquels les autres internautes peuvent interagir. A partir de ces récits de voyage, les deux sites ont créé des guides de voyages téléchargeables pour les destinations les plus populaires. On trouve aussi sur les deux plateformes des espaces de revente de billets (transports, entrées de site,…).

etourismeinfo-crowdfounding

Alors que QiongYou, créé par des étudiants chinois expatriés, est plutôt spécialisé dans les destinations étrangères, son concurrent MaFengWo est davantage tourné sur le marché intérieur.

De véritables planificateurs de voyage

Sites de partage à l’origine, MaFengWo et QiongYou sont devenus de vrais guides de référence, au même titre que le Lonely Planet. Chez QiongYou, les guides de voyages en ligne étaient exclusivement tirés des récits de voyage des internautes jusqu’en 2011. Par la suite le site Internet a recruté des rédacteurs afin d’étoffer l’offre de guides et de professionnaliser leur rédaction. Mais l’esprit collaboratif perdure par la possibilité pour les internautes de faire des commentaires sur les guides et interagir entre eux par un système de questions/réponses.

A partir des expériences voyageurs, MaFengWo propose des itinéraires type.

Exemple de “Paris en 7 jours” *traduit du chinois par Google

QiongYou va encore plus loin dans l’aide à la planification du voyage, puisque le site a même conçu un « assistant de projet », une sorte de panier du voyage. A partir d’une carte, de suggestions, des guides et des commentaires en ligne, l’internaute peut planifier son voyage de A à Z. Une fois planifié, le projet de voyage est exporté en PDF et découpé en rubrique avec : la couverture du carnet, le calendrier du projet, le résumé du projet, la carte jour par jour, la présentation détaillée des étapes, le calcul des coûts, et les informations pratiques.

Exemple de carnet de voyage.

*traduit du chinois par Google
*traduit du chinois par Google
A partir des critères de l’internaute, le site suggère un panel de prestations pour constituer l’itinéraire

 

L’appli, compagnon de voyage

Les deux sites ont bien évidemment prévu des applications mobiles spécifiques permettant au voyageur d’être suivi pendant son séjour. MaFengWo a créé par exemple une application qui permet de partager son voyage en ligne et de se géolocaliser, de suivre et commenter le voyage de son réseau et surtout… de trouver les autres voyageurs près de lui ! Sans oublier les indispensables du voyage à l’étranger : le guide linguistique et le traducteur automatique.

Des sites collaboratifs ou de nouvelles OTA ?

Comme sur tous les forums et plateformes de discussions, MaFengWo et QiongYou sont sujets à des dérives : messages publicitaires et multiplication d’utilisateurs « pro » qui tentent de vendre leurs prestations. Mais la dérive commerciale est davantage dans le choix même des sites de commercialiser des prestations, en renvoyant vers les sites partenaires, allant même jusqu’à la vente de packages tout prêts, qui n’ont plus grand-chose de collaboratif.

En effet, en rubrique dédiée ou intégrée dans le planificateur de voyage, les deux sites permettent réserver toutes les prestations, de l’hébergement au transport, en passant par les restaurants, les sites de visite et les services de formalités (visas, assurances). Pour l’hébergement, ils sont directement reliés aux plus gros sites de réservation, notamment booking.com et Airbnb.

 

« Une OTA 360° »

Le parti est pris : il faut vendre. C’est d’abord un modèle économique pour des sites collaboratifs. Cela n’empêche pas aux internautes de donner leur avis et de partager leur expérience. C’est ensuite un service très prisé des internautes, comme le rappelle le dernier article de Philippe Fabry sur la vente en ligne dans le tourisme.

La mixité vente en ligne / contenu participatif permet à la fois de diffuser un contenu riche, avec un rédactionnel de qualité grâce au recrutement de journalistes spécialisés, enrichi par les internautes, tout en ayant une mise à jour continue des informations, des avis sur les prestations et enfin la possibilité de tout réserver instantanément.

Si MaFengWo et QiongYou sont si populaires aujourd’hui en Chine (plus 60 millions d’utilisateurs actifs pour chacun), notamment chez la génération des « néo voyageurs » de 25-35 ans, c’est donc bien parce qu’ils ont su intégrer les 3 étapes du cycle du voyageur :

  • Avant : inspiration, information, réservation
  • Pendant : application mobile avec partage d’expérience, suivi du carnet de voyage, FAQ en ligne
  • Après : évaluation des prestations, récits de voyage, commentaires sur les guides de voyage

 

Merci à mes anciens étudiants pour leur travail de recherche et de synthèse qui m’a permis d’écrire cet article. Vous pouvez consulter leurs présentations détaillées sur :

PARTAGER
Article précédentAkaroa, un village presque français
Prochain articlePetit pot-pourri de convictions bananeuses

Diplômée de l’ESTHUA de l’Université d’Angers en conduite de projets touristiques, Amélie Perrin a commencé par une première expérience dans la communication et le numérique au CDT du Doubs avant de travailler pendant deux ans comme chargée de promotion et Animatrice Numérique de Territoire pour l’Agence Touristique de la Touraine Côté Sud à Loches. Elle est ensuite partie en Inde, gérer une association humanitaire, et a vécu en Chine où elle était lectrice de français à la Faculté de Tourisme de l’Université de Ningbo. Elle est désormais directrice d’un office de tourisme dans le Tarn-et-Garonne.