france.frLe 11 juin 2015, Laurent Fabius nous dévoilait la nouvelle stratégie offensive et ambitieuse de la France en matière de tourisme. Le ministre avait alors évoqué le lancement à l’automne d’un grand portail national pour promouvoir la France. On avait un peu tiqué dès le 17 juin en voyant Laurent Fabius adouber lebonguide.com, en se demandant si ce site concrétisait le fameux nouveau portail annoncé. Que nenni ! Le meilleur restait à venir pensions-nous ! 

Le jeudi 8 octobre s’est tenue la première “Conférence annuelle du tourisme” voulue par Laurent Fabius. Lors de son discours de clôture très volontaire, il nous a annoncé ou plutôt confirmé des actes forts : la création d’un fonds d’investissement doté de 1 milliard d’Euros, un appui énergique au investissements dans le numérique, un plan de formations d’excellence, … , et un nouveau portail de promotion de la France nommé france.fr, pour remplacer rendezvousenfrance.com.

Tout émoustillé à cette annonce, mes doigts se sont évidemment précipités sur le clavier pour admirer cette merveille qui doit nous projeter vers les 100 millions de visiteurs dans 5 ans. Après un beau visuel pleine page très attrayant, j’ai choisi mon “pays” (tiens je croyais naïvement qu’un site était capable de repérer le pays du visiteur…), et je me suis lancé à corps perdu dans l’exploration du site amiral de promotion de la première destination touristique mondiale.

La page d’accueil n’est pas très originale mais bon… 

france0

 

J’ai osé ensuite cliquer sur “Découvrez la France”… et je vous laisse apprécier cette approche cartographique administrative du plus bel effet…

france2

 

… qui permet après de multiples zooms (et si vous connaissez un peu le territoire…) d’afficher une île chère à mon cœur et que j’ai préférée, allez savoir pourquoi, à des destinations aussi fleuries et évocatrices que “Eure-et-Loir”, “Rhône Alpes”, “Indre-et-Loire”, “Bas-Rhin” etc. Sûr que les touristes étrangers connaissent parfaitement nos charmants départements et régions… 

Ensuite il faudra encore chercher durant quelques instants de délicieuse impatience l’endroit où il faut cliquer pour accéder à la belle page de promotion de la Corse… Pour vous éviter un certain agacement je vous ai fléché la zone (ne me remerciez pas, c’est cadeau !)france4

 

… et voilà la page qui doit embarquer nos valeureux touristes à la découverte des richesses de l’île de beauté, et accessoirement provoquer la décision d’un séjour en corse ! 

france3

 

Bon finalement je me replie sur une approche thématique et je clique sur le bouton éponyme… et là c’est l’expression ultime de cette élégance française que le monde nous envie !

france1

 

Pas la peine d’en rajouter, je m’arrête là. 

Quelle déception !

Quelle incompréhension également quand on confronte d’une part le volontarisme affiché et sincère du ministre, les mesures ambitieuses adoptées, les moyens affectés, et d’autre part ce portail national de promotion d’un autre temps. De plus on peut aussi se poser la question des articulations avec france.com (site privé), tourisme.fr (site d’Offices de Tourisme de France) et lebonguide.com (site privé). 

La France mérite le site de destination attractif et performant qu’appelle l’ambition portée par la nouvelle stratégie. C’est une nécessité incontournable. Regardez comme ont su si bien le faire l’Australie, la Nouvelle Zélande , l’Irlande, ou encore le Québec. Pourquoi pas nous ?

Il nous faut fédérer les énergies, réunir quelques moyens et valoriser les compétences pour mettre en forme des réponses efficaces aux demandes des touristes qui manifestent un intérêt pour notre pays. En se mettant simplement dans la peau d’un touriste étranger, j’avais en 2009 commis ce billet sur le site emblématique du Québec (“De l’etourisme au tourisme : retour d’expérience d’un « chanceux »“), pour montrer l’inadéquation des sites “catalogues” face à la demande. 

On connaît les principaux ingrédients de la recette du succès :

  • de la séduction : les incontournables, de belles images, des vidéos
  • de l’émotion : des expériences, des témoignages
  • des propositions : comment je peux “consommer ce pays que je ne connais pas” -> des circuits de différentes durées, des circuits thématisés
  • des suggestions d’opérateurs pour conclure : réceptifs, offices de tourisme, etc.
  • une belle interface et une ergonomie efficace sur tous supports

Comment y parvenir ? Affirmer notre attractivité, s’inspirer des portails réussis comme ceux cités plus haut, réunir un budget solide (une goutte d’eau au regard du fonds d’un milliard d’Euros), s’associer des créateurs talentueux, conduire un travail éditorial d’envergure, fédérer les sources d’information existantes, etc. 

Concernant la problématique de l’information, le site d’Atout France ou encore le projet Hexatourisme (sous un angle différent) ont largement eu à souffrir de la difficulté de rassembler l’information sur l’offre disponible dans de multiples systèmes d’information locaux. Le projet Data Tourisme piloté par la DGE pourrait apporter rapidement une réponse efficace. On en parlera la semaine prochaine à Pau.

 

Monsieur le ministre, france.fr se doit de refléter le rang de la France dans le tourisme mondial. Il faut d’urgence ouvrir ce chantier d’un portail “nouvelle génération” pour réussir l’objectif de recevoir 100 millions de visiteurs en 2020 ! En tout cas nous sommes prêts à vous y aider car il en va de la crédibilité et de la réussite de notre destination.

 

 

 

PARTAGER
Article précédentPensez frugal et agissez jugaad
Prochain articleHébergement chez les particuliers : l’AirBnB qui cache la forêt
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).