Dans la vie, il y a des moments de grand chamboulements. Et d’autres de constance. Le nouveau site web de l’office de tourisme de New York City, livré ces derniers jours, participe du dernier mouvement. Celui de l’alternance douce. Dans une époque mobile first, finalement ce qui compte ce n’est pas tant l’apparat, c’est la fonctionnalité. Et là on est servi. Mais NYC sera toujours la ville debout qui attire les foules et les dollars. Elle peut se permettre d’aller à l’essentiel. En ayant parcouru le site, j’ai vraiment l’impression d’un ancrage aux fondamentaux.

quartiersQue voit-on sur ce nouveau site ?

Des photos bien campées. Des vignettes à contenu unique. Des titres balèzes et une police nouvelle, bien charnue. Et un immense dépouillement spatial pour que l’essentiel soit bien visible. D’abord une photo immersive puis un moteur à sept choix, dont shopping, hôtels et restaurants, aux côtés des musées, des événements et des shows de Broadway. Une rubrique “explore” constitue un attrape tout bien utile. C’est là que commence notre visite. Les 5 quartiers de NYC sont les clefs d’entrée, dans le site et dans la ville. A l’intérieur de ce découpage cartographique, les meilleures propositions en vignettes et des offres en cross selling : à proximité et événements. Tout est montré, plutôt que dit dans des proportions avantageuses.

Design

Le style du site est très yellow car et noir bitume. C’est tendance à NYC, le jaune est la couleur traçante de la ville et on la retrouve bien dans son site web. Dans cette rubrique on accède à des icônes renvoyant vers les sites majeurs de la ville. Certains d’entre eux sont présentés fort simplement par une FAQ pratique, carrément pour les nuls, comme pour Grand Central Station. 

videosPour mieux comprendre l’évolution du site, il faut aller du côté des vidéos. Plus de 3000 intégrées, souvent très brèves, à la Instagram, d’autres sont aussi plus abouties en 2 minutes. En tous les cas, la vidéo est un élément majeur pour découvrir, voir et vivre la ville. Ce qui auparavant était traité sous forme éditoriale l’est désormais sous forme de guides vidéos, confirmant ainsi notre ressenti de l’importance énorme de ce media. Ces vidéos sont fréquemment appelées “insider guides”.

tagsLe filtrage de ces mêmes vidéos par une petite sélection de tags, mettant au même niveau Family et LGBTQ que Film ou Broadway, démontre l’ouverture de cette société. Dans le footer, seulement 4 réseaux sociaux : FB, TW Instagram et Pinterest.

Services

Derniers points. La question des hôtels est réglée par un partenariat évident avec Booking. Celle de la réservation des restaurants par un partenariat mise en valeur dans le footer avec Opentable. Tout comme celle des activités avec Viator. Et hop, tout le monde est content.

bookingAu fait, quid des sites d’avis ? Passés à la trappe. Invisibles. Des démarches qualité ? Mais de quoi me parlez-vous ? 🙂

Et des locaux ? Qui ça ? Connaît pas. Et des expériences ? Pas vues, pas lues.

Mais que reste-il à l’office de tourisme NYC ? Une légitimité, celle de la voix officielle et canalisatrice des positions dominantes, ouvertes à de très nombreuses promotions prêtes à être vendues.

Mon sentiment conclusif est que la frugalité qui sied à ce site, manifeste pour un retour à des formes et à des contenus épurés, faciles à trouver et donc particulièrement sélectionnés.

La parole du petit opérateur privée ne se retrouve que dans les majors thématiques de la réservation. Une source de débat ou d’inspiration pour nous ? Mon petit doigt me dit que sous cette impression d’absence de changement, en réalité, bien des tendances actuelles sont déjà remises en question. A vérifier dans les prochains mois le côté inspirant de ce site vers le reste de l’univers touristique. Ou pas.