Chers lecteurs.

Durant ce mois d’août, la rédaction du blog est en vacances. Nous en profitons pour vous faire redécouvrir des articles qui ont été publié durant ces 12 derniers mois.

Ce post de Jean-Luc Boulin22 a été publié le 01 février 2016

Sans beaucoup de bruit, les objets connectés s’installent dans notre environnement. parmi les différents usages, il y en a un qui va je pense révolutionner notre façon de travailler, c’est celui de l’observation.

Voic deux exemples qui illustrent les possibilités qu’offrent les capteurs qui peuvent être placés un peu partout dans des lieux touristiques.

 

Fluidifer l’accès aux plages

Plus de la moitié des usagers des plages de la Gironde proviennent de la métropole bordelaise. Imaginez les bouchons du dimanche quand tout le monde rentre en même temps. Le GIP Littoral Aquitain a lancé une grand chantier pour fluidifier l’accès aux plages.

Un des outils, testé en septembre dernier est simplement un objet connecté. Il s’agît d’un capteur, installé sur le poste de secours de la plage; le capteur peut détecter le nombre de smartphones en train de bronzer sur le sable… le tout de manière tout à fait anonyme, précise la startup bordelaise ANTS, concepteur du système. Au delà du nombre de personnes sur la plage, la société a développé un algorithme prédictif, qui prend en compte divers facteurs comme le pourcentage de baigneurs ayant un smartphone, la météo, le jour de la semaine, l’heure, etc.  Grâce à cela, l’algorithme peut prévoir la fréquentation des différentes plages et donc le trafic routier.

Il suffit alors de conseiller aux usagers circulant sur la rocade bordelaise, à l’aide des panneaux d’information lumineux, les plages les moins chargées avec une estimation du temps de parcours…

ANTS capteur plage

 

Le capteur qui va enfin te donner ton vrai nombre de visiteurs…

« Nous accueillons sur notre site un million de visiteurs chaque année » : que ce soit à Vezelay, Rocamadour, aux îles Sanguinaires, à la pointe du raz ou un autre grand site ou plus beau village de France, l’estimation du nombre de visiteurs est souvent faite au doigt mouillé. Comptage des parkings, enquêtes clientèles, et estimations…

La bidouille pourrait appartenir à une époque révolue grâce à de nouveaux systèmes de capteurs comme ceux de Placemeter, une start-up new-yorkaise qui propose d’utiliser les caméras IP existantes (type caméras de surveillance) ou d’installer de simples capteurs pour mesurer le flux de piétons (ou de voitures) qui passent devant un bâtiment.

Système super simple et peu onéreux. Le prix d’un capteur Placemeter est de 90 dollars. Il se connecte en wifi, s’installe facilement derrière une vitre, et mesure immédiatemment, le flux de piétons et sa direction.

 

Elémentaire, mon cher Watson, non? Imaginez un capteur à l’entrée de la rue principale de la cité de caractère, devant l’office de tourisme, sur la base de loisirs, à la sortie de la gare, bref, ce sont les collègues qui écrivent leur SADI (schéma d’accueil et de diffusion de l’information) qui vont être contents!

Bref, l’internet des objets, ça va vite rentrer dans notre quotidien touristique… Le premier lecteur qui commande son capteur Placemeter nous le dit, que l’on s’en fasse l’écho dans ce blog. 

PARTAGER
Article précédentRandonnée : ne baladez plus vos clients!
Prochain articleDestination GRC, le blog de la relation client
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission OTSI et Pays Touristiques d’Aquitaine (MOPA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme d’Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Trois missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires, la qualité et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MOPA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MOPA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux 3. Le site Internet de la MOPA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin