C’est en lisant l’article Québec veut encadrer l’hébergement illégal ce matin que l’idée de cet article m’est venue. Il s’agit plus d’un article de prise d’opinion. Dans cet article, le gouvernement du Québec veut effectivement mettre en place des lois qui viendront encadrer ce qu’ils nomment héberbement illégal, donc tous les Airbnb de ce monde.

Je ne suis pas contre un minimum de loi pour la protection du public, mais essayer de réglementer l’économie du partage, voir de la freiner ou de tenter de la limiter n’est qu’un effet illusoire. En effet, pouvons-nous freiner la recherche d’authenticité des voyageurs? Pouvons-nous leur offrir une expérience locale et une vie de quartier similaire dans un hôtel? Pouvons-nous leur offrir des prix aussi compétitifs? Pour moi, c’est aller à l’encontre du comportement du voyageur et faire l’autruche. 

Les gouvernements et l’industrie touristique doivent s’adapter à cette nouvelle réalité. Mieux encore: elles doivent en tirer partie. Un bon compromis pourrait être de faire payer une taxe sur l’hébergement aux particuliers ayant un taux de location assez élevé dans l’année et non à tous les propriétaires offrant un appartement à louer. Faire payer un montant annuel similaire aux hôteliers tel que proposé dans l’article n’est pas une bonne solution à long terme à mon avis. On ne peut pas mettre le particulier louant sa chambre périodiquement à un touriste et une entreprise à un même niveau. De plus, les destinations devraient faire des partenariats avec les Airbnb de ce monde pour afficher leurs offres sur leur site en plus des hébergements plus traditionnels. Le voyageur recherche cette proximité et cette authenticité avec la culture locale et si nous ne lui donnons pas, il ira voir ailleurs de toute façon. 

Et vous, qu’en pensez-vous? Êtes-vous en accord avec ma prise de position ou en désaccord? Pourquoi? Au plaisir de vous lire!