En mode vacances à la neige, je vous livre une petite brève d’humeur au sujet du déclinisme rampant du tourisme français. On le sait, la doxa nous dresse un  tableau peu reluisant du tourisme français : les chiffres du tourisme sont truqués, la France perd des places dans le concert mondial, la dépense par nuitée est faible, l’accueil n’est pas bon, etc. Pauvre France !

Personnellement, j’ai un peu de mal à adhérer à ces constats plus ou moins argumentés, surtout quand j’observe certains chiffres de base. Dans les derniers et très officiels « Chiffres clés du tourisme » compilés par la DGE, on observe bizarrement une augmentation de près de 2% de la consommation touristique entre 2013 et 2014 (153 800 000 000€ quand même !), un nombre d’arrivées internationales en hausse de 0,2% (83 800 000 arrivées) pour des recettes de 43 200 000 000€ (en hausse de 1,5%), la France est toujours la première destination mondiale, et 3ème pour les recettes internationales (elles était 2è en 1980…). Où est l’inexorable déclin ? Où est la terrible dérive ? Ah oui j’oubliais, les chiffres sont truqués… Un peu facile non ?

De plus l’Observatoire Régional du Tourisme d’Alsace m’a alerté de la parution d’une étude très intéressante de la DGE « Enquête de satisfaction des clientèles touristiques en séjour en France ». Elle méritera sans doute qu’on s’y attarde davantage dans un futur billet au regard des belles perspectives qu’elle permet d’imaginer. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au pdf de l’étude. 

screenshot-clicalsace.com 2016-02-16 18-17-06

Voilà un nouveau « scrupule », au sens étymologique du terme (petit caillou pointu qui en se logeant dans la sandale du légionnaire romain, nuisait gravement à son engagement…), dans la sandale des tenants du terrible déclin du tourisme français.
Et on y constate notamment que la satisfaction générale du séjour s’est nettement améliorée depuis 2013, passant d’un indice de 170 à 182, soit une hausse de 7% !
Du coup, la France offre une qualité d’expérience comparable aujourd’hui à celle constatée dans les pays méditerranéens, et même un poil supérieure au groupe Allemagne, Autriche et Suisse, si, si ! Sur un autre sujet, on y apprend que un peu plus d’un visiteur étranger sur quatre en séjour en France (26,8%) a eu recours à un service lié à l’économie du partage… à méditer aussi ! 

La France reste la première destination mondiale avec des arrivées encore en augmentation, des retombées économiques qui croissent légèrement, un indice de satisfaction en forte hausse et comparable voire légèrement supérieur à nos voisins.

À l’évidence nous avons des faiblesses à combler. L’étude en liste un certain nombre, parmi lesquelles j’ai noté l’accueil des populations locales (alors que les centres d’information sont au contraire bien notés) et le sentiment de sécurité.

Non, nous ne sommes pas dans la spirale du déclin, au contraire ! Cette étude nous démontre que nous sommes en progrès avec des résultats économiques toujours impressionnants. Bien sûr il faut rester lucides sur nos atouts et faiblesses. Bien sûr, il faut aussi comprendre qu’avec l’entrée dans l’industrie touristique d’immenses pays comme la Chine nous serons inexorablement dépassés en termes d’arrivées internationales un jour ou l’autre. Le tourisme constitue un atout majeur pour la France depuis longtemps. Continuons le combat ! 😉

 

 

PARTAGER
Article précédentTourisme et objets connectés : le beau mariage.
Prochain articleApplications mobiles touristiques : regard espagnol
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).
  • François Perroy

    Sur le présent c’est vrai, mais la tendance est bien à la réduction de parts de marchés, le Royaume Uni et l’Allemagne progressant fortement depuis plusieurs années et bien plus que la France

  • Serge LACROIX – Pays né de la

    Bonjour à tous et merci de cet article. Tant mieux si notre qualité d’accueil s’améliore bien que nous avons qu’il y a encore des efforts à faire (cf. reportage récent diffusé sur un JT de France 2 au sujet de l’accueil des étrangers à Paris, en particulier au niveau des prix pratiqués – ex : 6 € le café). Pour rebondir sur les propos de François : les parts de marché de nos voisins ne peuvent que croître, car la France (idem pour l’Italie, l’Espagne …) n’est plus la seule destination touristique « évidente ». Le monde s’ouvre de plus en plus et beaucoup de pays ont des aménités de haute qualité et font des efforts pour bien accueillir … c’est tant mieux ainsi.

  • Olivier Netlocal

    Bonjour, il les chiffres ne sont pas truqués mais légèrement biaisés. la prise en compte des nuités des personnes en transit aux aéroports de Paris tenderait à grossir fortement les chiffres… De même la position de la france au carrefour de l’Europe fait qu’on a beaucoup de gens qui passent mais s’arretent peu. La France n’est pas l’Islande qui j’imagine ne compte que de vrais « touristes sincères » 😉 Mais sur le fond je suis bien d’accord ce n’est pas une raison pour s’autoflageller !

  • Pingback: Le scrupule du déclin touristique fran&c...()

  • Pingback: Le scrupule du déclin touristique fran&c...()

  • Pingback: Enquête de satisfaction des clientèles : l'apport du monitoring des avis clients - Etourisme.info Etourisme.info()