LA cartographie : un véritable enjeu

En septembre dernier, Jean-Luc nous parlait d’Open Street Map comme outil de développement local. Un article plus que d’actualité face à la décision de Google de rendre son application cartographique payante.

Un parfait exemple d’utilisation de cet outil était celui de l’Office de Tourisme du Seignanx. Ce dernier m’avait fortement surprise ! Comment un Office de Tourisme peut avoir une cartographie aussi bien renseignée ? J’ai voulu en savoir plus et je tiens à vous livrer le fruit des échanges que j’ai eus avec Jérome Lay, directeur de l’office de tourisme.

La donnée a une valeur

Cette phrase n’est pas anodine et pour preuve : Google rend payant l’utilisation de la donnée. Alors que paradoxalement cette donnée est universelle, elle appartient à tous les humains puisque ce sont eux qui ont permis de créer petit à petit la cartographie Google en y insérant leurs propres données.

Aujourd’hui cela pose une véritable problématique. Depuis que cette cartographie est devenue payante : combien d’Offices de Tourisme sont à jour ? Combien ne comportent pas de cartes brisées sur leur site internet ? Combien peuvent situer leur territoire ou leur offre ? Surtout quand on pense aux nouveaux noms qui ont été donnés aux Offices de Tourisme et qui bien souvent ne permettent pas de situer le territoire si la cartographie ne le permet pas non plus … On va avoir un soucis !

A travers ces simples exemples vous voyez toute la puissance de la cartographie et ainsi la valeur de la donnée. A l’heure où tout est partagé, diffusé sur internet, comment faire en sorte de valoriser ses données à travers un outil performant ?

L’Open Street Map : au delà d’une simple cartographie

De nombreux outils gratuits existent pour remplacer la cartographie de Google, pour en savoir plus je vous renvoie vers l’article de Guillaume Cromer sur les alternatives à Google Maps. Open Street Map reste une des alternatives la plus plébiscitées par sa facilité d’intégration et sa personnalisation.

Le choix de cet outil par l’Office de Tourisme du Seignanx est le fruit d’un heureux hasard et de plusieurs belles rencontres. Son avantage est qu’il permet une réelle flexibilité : chacun peut intervenir sur le contenu et ainsi le personnaliser. Que ce soit l’Office de Tourisme, les partenaires, les habitants … Je vous renvoie vers l’article de Jean-Luc Boulin pour en savoir plus.

Personnaliser un outil ne se fait pas en un claquement de doigt ! En effet, l’utilisation de cet outil s’inscrit dans le cadre d’une réponse à un appel à projet. Ce choix s’insère donc un projet beaucoup plus global où l’idée n’était pas de simplement trouver un outil cartographique mais de trouver un outil de développement local qui puisse servir tant aux habitants qu’aux touristes.

La cartographie via Open Street Map

Personnaliser la donnée

Comment l’Office de tourisme du Seignanx en est-il arrivé là ?

Une première partie de la donnée est issue de la base de donnée locale. Il a fallu un gros travail de décrassage (en mettant à jour les données et en gérant les doublons) puis il a fallu insérer cette donnée sur Open Street Map. Ensuite on a mixé cette donnée à celle déjà présente sur Open Street Map avec les parkings, les toilettes, les points de vue, les commerces …

Dernière étape : personnaliser la donnée. Pour cela, Jérôme Lay s’est associé avec Vincent Bergeot de Num & Lib et ils ont décidé d’organiser, avec des bénévoles, des soirées à l’Office de Tourisme pour cartographier des endroits du territoire. Ces réunions ont été organisées avec tout type de public : un professeur de technologie à la retraite, un jeune geek, un élu, un loueurde trottinette électrique …

Une fois l’outil maîtrisé, on peut passer à la seconde étape : travailler sur une thématique. Par exemple, cartographier tous les dentistes, toutes les aires de jeux, tous les toilettes publiques (une donnée qui peut devenir vite primordiale!) … Toutes les personnes intéressées peuvent ainsi participer, ce qui peut donner lieu à de superbes rencontres mais aussi de superbes résultats. Ainsi un passionné d’églises du 17ème siècle pourra cartographier tout un endroit du territoire. Un amateur de graffiti pourra répertorier tous les bons spots, une collaboration avec le syndicat gérant les déchets permettra d’identifier tous les points de collectes …

Cette personnalisation de la donnée permet ainsi d’apporter une information qualifiée et de reprendre la main sur sa donnée territoriale. Vous voulez voir ce que ça donne ? Alors je vous laisse tester par vous même !

Que voulez-vous vraiment ?

L’idée de ce témoignage était de vous montrer qu’avec de la bonne volonté beaucoup de choses sont possibles. Vous aussi, vous pouvez avoir une cartographie aussi performante, il faut juste se poser les bonnes questions :

  • Que voulez-vous faire de la donnée ?
  • Qui est intéressé par votre donnée ?
  • Disposez-vous d’une donnée à jour ?
  • Avez-vous des personnes ressources à mobiliser ?

Ce n’est pas un projet à construire à la va-vite. Ne soyez pas opportuniste en voyant Open Street Map comme un simple outil gratuit pouvant remplacer Google mais plutôt un outil à personnaliser. Faites de votre cartographie un outil sain, donner lui du sens et permettez lui de s’insérer dans une démarche durable !

PARTAGER
Article précédentMuzicity à Clermont, une découverte avec du son !
Prochain articleEt voici le smartphone gymnaste
Après un master en aménagement et gestion des sites et territoire touristiques, Sophie a quitté son cher Sud Ouest, ses ferias et ses chocolatines pour arpenter l'awesome Nouvelle-Zélande pendant 1 an. Elle a profité de cette expérience pour raconter ses aventures sur keewitouch.com puis elle est revenue en France pour une nouvelle expérience à la découverte de la Destination Vendée Grand Littoral ou un nouveau défi l'attend en tant que chargée de stratégie digitale.