Les vieux ne meurent jamais complètement (une pensée pour Léonard, I’m your man). Les hôtels, aujourd’hui malmenés par Airbnb et de nouveaux usages, hier très critiques à l’égard des chambres d’hôtes, avant hier en embuscade contre l’hôtellerie de plein air, crient souvent fort mais rebondissent à chaque fois. Preuve du bien fondé de leur existence.

De nouveaux hôteliers réinventent le concept et peuvent inspirer les institutionnels du tourisme dans les capacités de chaque organisme à se réinventer. 

La preuve en a été donnée par Solenne Devys, directrice produit et communication d’Okko Hôtels lors des #ET12 à la fois dans l’atelier et dans la plénière auxquels elle a participé. Un positionnement fortement marqué sur l’écoute des consommateurs et sur des réponses techniques appropriées est la recette de cette nouvelle chaîne dont la promesse est magnifique : « Quatre étoiles et aucun nuage ». Le coeur de l’hôtel est organisé dans l’espace nommé le Club. On peut à la fois y travailler, y discuter et boire un verre, s’y détendre, y grignoter en liberté. Le tout à un prix de marché très correct. Chaque hôtel, 6 à ce stade, situés en coeur de ville compte un blog des coups de coeur locaux animé par l’équipe locale. 

okko-hotel

Des hôtels ouverts sur la cité

La liberté est également promise chez les nouveaux entrants de l’hôtellerie. Elle est fréquemment associée à deux autres critères qui saluent la réinvention de l’hôtellerie : la compétitivité tarifaire et la simplicité relationnelle, entre clients et avec les locaux. Parfois s’y ajoute la fête. On voit bien que c’est Airbnb qui a changé les codes et impose de nouvelles manières de faire. Notamment pour capter les plus jeunes, adeptes des sorties et des rencontres en ville. 

jojoe-activitesTwonsters et tripsters, à la manière décrite par le groupe Accor qui prévoit de lancer 50 hôtels Jo & Joe, sont les habitants urbains et les voyageurs qui peuvent se rencontrer, échanger, faire un bout de chemin ensemble, travailler, danser, faire la fête, faire un bout de chemin ensemble. Une vidéo présente la naissance du projet. Trentenaires et plus et amateurs de calme passez votre route. 

moxyDans une veine approchante, la chaîne Moxy de Marriott, propose aussi des hôtels urbains à connotation sociale, jeune, festive, urbaine. Une démarche déjà entreprise à Barcelone par Yurbban et l’on sait désormais les problèmes auxquels est confrontée cette ville avec les excès nocturnes des jeunes voyageurs qui s’y rendent en masse. 

yurbban

Des hôtels proposent des locations à l’heure

Yotel est un nouveau concept d’hôtels situés uniquement dans les aéroports, 5 à ce jour, au plus près des terminaux et disponible à l’heure. Exemple, 4 h de pause à CDG pour 59 euros. Un service inédit et efficace pour dormir un peu et se doucher en correspondance. Les chambres s’apparentent à des cabines et le check in-ckeck out est automatisé. 

yotel-cdgAutre composante, les sites web de ces réseaux font généralement la part belle à l’exploration locale, comme AloftBruxelles ou à un traitement éditorial bien direct. Dans le genre CitizenM est mon préféré : « CanteenM, un stand de ravitaillement 24h/24 7j/7 pour les citizens affamés ». Et j’aime beaucoup leur frise de données clefs.

citizen-mL’autre manière de réinventer la commercialisation de l’hôtellerie c’est celle qui est proposée par Dayuse à travers la réservation d’hôtels en journée, pour une pause ou pour bénéficier d’un bureau temporaire. 

La fête et l’ambiance, valeurs montantes

Le premier du genre a probablement été Mama Shelter qu’on ne présente plus mais toujours aussi innovant dans son marketing. Mais de nouveaux entrants introduisent des évolutions sympas comme ce projet Yooma à Paris (ouverture en 2017) qui mettra à disposition des chambres pour 2, 4 ou 6. Des artistes créeront sur place, des ateliers cuisine seront proposés et un jardin potager de 1300 m2 occupera le toit de l’immeuble de cette nouvelle forme d’auberge. Ou encore Saco qui réinvente la résidence de tourisme avec un premier prix annoncé à 86,40 £ par nuit à Londres. Ailleurs, on teste un outil qui diffuse du silence dans les chambres, oui, oui, le silence devient une denrée rare !

yoomaTout cela augure de belles recompositions, de transversalités, d’évolutions vers des lieux tiers, d’innovations pour se réinventer. Aussi je vous renvoie à un article que j’avais publié dans l’été dans la Lettre du Cadre Territorial sur l’évolution des offices de tourisme en lieux tiers.