De l’avis général (enfin le mien et celui de mes amis présents…), ces #ET11 furent une bien belle édition : plénières de qualité et animées, ambiance énergisante et ateliers éclairants. Pour ceux qui ont eu la chance d’y assister, vous avez dû recevoir un mail ce lundi vous invitant à remplir le questionnaire de satisfaction et vous donnant les liens pour revivre en vidéo les plénières et quelques ateliers et les supports de présentation pour les autres. Comme il semble que pour beaucoup, cet envoi s’est planqué dans vos spams il est possible que vous ne l’ayez pas vu passer…

Aussitôt rentré de Pau et à peine remis de nos émotions, nous vous proposons dans les prochains jours des retours sur les ateliers qui n’ont pas été filmés. J’ouvre le bal avec l’atelier 10 au titre bien sibyllin : “Opendata, ça se fera sans vous ou ça ne se fera pas”. En effet, pris au pied de la lettre, ce titre laisse croire que les institutionnels ne doivent surtout pas s’impliquer dans l’Opendata s’ils veulent lui laisser une chance ! On connaît la malice des architectes de ces rencontres, et il faut avoir vécu les éditions précédentes pour y déceler un clin d’œil à un lapsus d’un orateur de haut rang resté célèbre qui, au sujet d’un vaste projet national, avait joyeusement et doctement remplacé un “ça se fera avec vous” par un “ça se fera sans vous”. Pour ceux qui y étaient, ce fut un moment de franche rigolade…

Cet atelier avait pour but de faire le point sur l’Opendata et ses potentialités dans le tourisme

#ET11 – A4-Opendata from Rencontres Nationales du etourisme institutionnel

Pour aborder la question Armelle GILLIARD, experte indépendante, a rappelé d’abord les grands principes de l’Opendata et le nouveau cadre réglementaire qui oblige les institutionnels à libérer les données publiques. Elle nous a présenté ensuite un certains nombre d’expériences concluantes dans différents pays et domaines, dont le tourisme où, il faut bien le dire, les expérimentations sont encore balbutiantes. Et enfin elle nous a livré son point de vue sur les possibilités qu’offre l’Opendata dans le tourisme.

Magali DA SILVA, chargée de missions Numérique, Culture et Tourisme à la DGE, nous a ensuite présenté le projet DATAtourisme, initié par la RN2D et piloté conjointement par RN2D et la DGE. Ce projet de recherche-développement a été retenu au Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) pour bénéficier d’un co-financement significatif de l’État, et vise ni plus ni moins à créer un guichet unique pour les données touristiques produites par les acteurs institutionnels français. 

Sous certains aspects, cette démarche rappelle évidemment à quelques “anciens” dont moi les âpres batailles autour de TourInfo à la fin du XXè siècle, TourInFrance au tournant des années 2000, voire Héxatourisme plus récemment… Que d’heures, d’encre, de salive et surtout d’argent dilapidés dans ces tentatives de normalisation et d’agrégation ! 

Espérons que cette nouvelle approche qui semble bien née réussisse. Le débat a montré que, même si les applications touristiques locales ne semblent vraiment pas être prisées des touristes, un tel guichet offrirait des perspectives réjouissantes pour des projets de services aux consommateurs à l’échelle nationale dans de nombreux domaines (l’approche purement touristique semblant d’ailleurs peu pertinente par rapport à la demande), mais aussi, et peut-être surtout pour permettre de consolider l’offre française et se doter de l’outil de base nécessaire pour la création d’un portail national digne de l’attractivité de la France !

Reste à fédérer certains partenaires encore un peu sceptiques et surtout à construire un modèle simple et évolutif, souple et agile, efficace et efficient.

 

PARTAGER
Article précédentPépites pour iPad (#39): Pocket : le webocopieur idéal !
Prochain articleLa conférence e-tourisme 2015 approche ! (4 novembre 2015) organisée par CCM Benchmark #ccmetourisme
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).