Petite revision necessaire avant d’aller plus loin. Lors du premier rendez vous de Tourisme Numerique à Deauville, j’ai eu le plaisir de partager la notion de Destination Yield Management. La base est simple et est deja mise en pratique par nombre d’entre vous, souvent plus dans vos “boutiques” reelles que dans le monde numerique.

 

 

Tout comme le font les hôteliers, les transporteurs, l’idée etait de pousser une facon plus dynamique et plus “data-analyste” (pas sûr que ca existe dans le Larousse mais vous voyez l’esprit) d’afficher des contenus numeriques pertinents, au bon moment, à la bonne personne, à partir de plusieurs critères qui se rapprochent de la notion de Yield dans l’hôtellerie. Un schéma fait maison permet de l’illustrer ou plutôt a l’ambition surdimensionnée de l’illustrer 🙂 en l’appliquant à de l’internet de séjour :

  plan_dym_touristic 

Je voulais vous partager une actualité passée inaperçue car elle reste “intimiste”, en lien avec cette facon de penser le push d’informations touristiques pertinentes au bon moment. Dans le cadre d’une reflexion menée avec des acteurs aquitains en charge du littoral, nous reflechissons à l’optimisation de la communication et à l’anticipation des flux touristiques pendulaires, metropoles vers côte Atlantique. Sujet passionnant qui nous amène à repenser en DYM : analyser les comportements des cibles, s’inspirer des donnees collectées dans le passé, integrer des valeurs contextuelles (meteo, …), selectionner le contenu “eclairé” pertinent et le pousser sur des supports digitaux utilisés par les cibles.

C’est dans ce contexte que je suis tombé sur un billet de Google presentant sa maniere d’optimiser Google Maps (et sans doute Google Now) pour un moment particulier, le Memorial Day. Jour férié américain au mois de mai qui est aussi connu pour ses embouteillages monstres vers les cotes atlantique et pacifique.

 

Google a appliqué sa version du DYM cette année et le detaille dans son billet. Ils ont analysé les donnees de trafic du Memorial Day 2014, ils ont quelques moyens pour avoir des infos assez bonnes 😉 sur le trafic entre Gmaps, Waze, Google Now… Ils ont egalement collecté et interpreté les demandes d’informations touristiques depuis leurs applis et services de cartographie.

 

Resultat, en 2015, ils ont revu leurs suggestions de parcours, d’itineraires en fonction de ces donnees qui ont du etre sans doute agrémenté de données météo et si on etait fou, on pourrait dire que les reservations d’hotels arrivees dans Gmail, envoyées sur Trippit viendraient s’agglomerer (pure fiction ?).

 Pour rappel il n’y a pas qu’aux USA que les weekends de votre affluence polluent la vie des politiques locaux, plusieurs articles traient souvent dans le sud ouest de la France des,bouchons interminables du we comme ici illustré à Lacanau (Sudouest.fr) ou sur le Bassin d’Arcachon ou encore sur la,cote basque.

 

 

Au delà de l’information routière repensée, c’est aussi le push d’une sélection d’items touristiques qui nous intéresse dans cet exemple. Ce DYM leur a permis de mettre en avant les types d’offres les plus sollicitées. C’est une version interessante du “conseil eclairé” qu’on attend des offices de tourisme. Face à la menace des prestataires mécontents qui viendraient terroriser les conseillers en sejour, cette approche montre qu’en s’appuyant sur un mix de donnees enregistrées, de comportements connus, d’elements contextuels, il est sans doute plus evident d’apporter des arguments clairs pour mettre en pratique ce conseil eclairé.

gg

 

Et si nous allions plus loin et que demain, des donnees de trafic en temps reel, associées à une information des disponibilités de places de parking en temps reel, en dehors des parkings urbains (venez voir la Frenchtech bordelaise, des gens motivés travaillent dessus et ce ne sont sans doute pas les seuls), ajoutées à cette facon “DYM” de gerer ces flux nous permettaient de “pusher” l’information sur une appli, sur une webapp, sur un sms, sur un mail, mais aussi sur les radios locales et demain dans la rue grace à un mobilier urbain (ou villageois) dynamique.

 

Imaginez un mobilier urbain qui inviterait les “inconscients” prêt à tomber dans un bouchon de plusieurs heures à aller ailleurs et profiter de ce temps de bouchon pour le transformer en temps de divertissement, de visite, de bonne bouffe, comme vous voulez, mais ailleurs que sur cet axe sur-fréquenté aujourd’hui. Votre meilleur ami sera sans doute une belle initiative francaise, lyonnaise (je crois 😉 ) qui a deja plusieurs années d’existence, nous en avions deja parlé dans le blog, mais qui prend une nouvelle dimension.

 

Igirouette est un dispositif d’affichage dynamique materialisé dans le paysage, une belle illustration du mariage du digital et du reel. Ces panneaux sont motorisés, annoncent des evements en fonction du moment, de l’information touristique, mais aussi des infos pratiques. Mieux que de longs discours, je vous laisse apprécier ce travail en vidéo :

 

 

Morale de cette fable du 21ème siècle, collecter de la donnée est tres tendance, mais ce qui pourrait etre encore plus tendance, c’est d’avoir des compétences internes capables d’interpreter ces donnees, d’avoir les outils pour les deployer, tout cela avec une forte couche d’experience client et de culture marketeuse. Nous avons la chance d’en connaitre quelques-uns parmi les DMO francais et quebecois, cette capacité à DYManiser sa destination ne pourra que plaire à une clientèle qui est passée dans l’ère de l’instantanéité.

Article de Google : http://google-latlong.blogspot.fr/2015/05/dont-let-traffic-slow-you-down-this.html

PARTAGER
Article précédentLes mots noirs
Prochain articleLes micro-moments
Pierre Eloy est le fondateur de Touristic et le co-fondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques, entreprises bordelaises dédiées aux solutions numériques pour les professionnels du tourisme. Les interventions de Pierre, son cœur lorrain et sa vie dans le Sud Ouest en font un personnage incontournable du tourisme digital et relationnel ! Ne vous étonnez pas si un jour vous le croisez dans une boulangerie californienne, il a promis qu'un jour il serait boulanger !