Il est des lundis, surtout de Pâques, quand tu épies les mésanges charbonnières qui vont et viennent dans le nichoir de ton jardin, au cours desquels, écrire un article du blog tient de l’engagement moral que d’aucuns revendiquent d’abord pour les autres mais que toi tu t’appliques à toi-même, tel un Socrate des temps modernes. Et quand, vérificateur zélé, parce que tu l’es de nature, tu découvres que cet artiste de la philosophie l’a emprunté au frontispice du temple de Delphes, tu chois littéralement sur ton séant et revient à des considérations quotidiennes. Comme le gouvernement ne m’a pas rappelé et que les tâches ménagères ne sont pas sans une certaine noblesse, me voilà en ce mardi, tout guilleret à l’affiche de votre blog favori. Je n’ai pas fumé du jambon ce week-end ni enrubanné des cloches, mais je me suis senti artiste. J’ai testé l’application AutoDraw, la nouvelle solution de Google qui permet de pondre (oeufs de Pâques) dessins, crobards, esquisses, traits.

AutoDraw et tu es un artiste

D’abord l’affaire est mal partie. Jugez-en. Voulant visiter quelque coin de mon Pays Basque favori à bicyclette, j’ai tenté à la souris mouillée de tracer le vélo de mon choix. L’épreuve manque de relief, mais ni mon écran, ni Google ne se sont pliés de rire. Cela m’a encouragé.

J’ai donc continué jusqu’à améliorer ma création originale, optant également pour un transport à propulsion me disant que le relief local m’imposait bien quelque tourment à venir et finalement, le trait sûr, l’allure fringante, mon deux roues est apparu, surmonté de mon avatar du jour, un joyeux zoziau. Il faut dire que l’outil combine des réalisations de cadors des arts graphiques, qui aident à mettre au carré les productions des amateurs.


Je suis donc un artiste et comme j’aime avancer, toujours en marche avant, je vais jusqu’au bout de ma lancée, dussé-je tenir le guidon entre les dents pour lutter contre les vents et la marée, tel un fier destrier de la mobilité, je me suis engagé à tracer mon itinéraire de sortie à bicyclette.

Transfermuga pour sortir de chez soi

etourismeinfo-crowdfounding

La chance m’a souri, la région Nouvelle Aquitaine et l’Euskadi ont sorti un très bel outil de calcul et de tracés d’itinéraires et de transports combinés pour faciliter la circulation des habitants de l’Euro Région Basque. 

Transfermuga, c’est son nom est un formidable outil. Disponible en basque, français, espagnol et anglais, il peut servir autant aux habitants qu’aux touristes. Il offre les combinaisons de transports selon les itinéraires et dessert également Bordeaux via la SNCF. Il fonctionne clairement même si sa réputation est encore confidentielle. J’ai testé un bête voyage de Bassussarry à Azpeitia, oui ça me prend comme ça le lundi de Pâques d’envisager un combiné vers Azpeitia. C’est joli comme nom et comme endroit. 

Et je me dis que nombreuses seraient les destinations touristiques qui auraient besoin de pousser un tel outil pour faciliter leur accessibilité par des moyens divers et combinés, notamment en proximité de grands bassins émetteurs pour les excursions et week end. Son design est son point d’amélioration. Poursuivant ma quête en matière d’aventures vélocipédiques, j’ai eu plaisir à constater que j’avais quelques partenaires au style en progression dès lors que je suis entré sur l’offre vélo. Je ne doute pas qu’AutoDraw sera un bel outil bien partagé et pas que pour les évasions supposant une mobilité. Passez une belle journée les amis.