15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Surfez cachés, vivez heureux

Publié le 5 décembre 2012
3 min

Vous avez possiblement repris et publié le fake de Facebook qui circule en boucle depuis quelques semaines sur les conditions de protection des données personnelles. Ce message, joliment détourné par de nombreux internautes facétieux, stipule qu’il suffit de le copier-coller pour se protéger contre toute exploitation commerciale de ses données publiées sur le site. Affirmer, comme il est dit en fin de texte, qu’en l’absence d’une telle déclaration publiée sur son mur, l’utilisateur accepte tacitement l’exploitation commerciale de ses photos et statuts, est en effet faux. Ces conditions ont fait l’objet d’articles nombreux et variés comme celui-ci au mois de mai dernier sur Snopes.com ou ce dernier sur le Journal du Net. Ce qui nous donne l’occasion de traiter du sujet via cet article co-écrit avec ma collègue Lili Alexandre.

Les moteurs de recherche et réseaux sociaux utilisent votre navigation pour cibler davantage leurs annonces publicitaires. Une extension a été créée vous permettre de savoir ce que l’on sait de vous sur internet. Privacyfix, à installer sur votre navigateur Chrome ou Firefox exclusivement (Grrr pour les tenants de Safari), analyse ainsi votre traçabilité numérique. Pour commencer, il observe votre niveau de confidentialité sur Facebook, puis sur Google. Ensuite, il recense les sites qui vous pistent au moyen de cookies : vous pouvez alors les supprimer. Une fois ce grand ménage effectué, l’extension vous préviendra à chaque fois que vous naviguerez sur un site vous trackant, grâce à un code couleur (vert si tout va bien, orange s’il y a un problème de confidentialité).

Comment faire ? Rendez-vous sur le site Privacyfix.com, et installez l’extension. Puis démarrez l’analyse.

Il commence par Facebook en vous indiquant si votre profil est indexé dans Google, si les préférences que vous indiquez sur votre compte sont utilisées pour les publicités… Une longue liste, que vous pouvez choisir de laisser ainsi ou de « régler » (mauvais choix de traduction du mot Fix, on comprend « on va payer » plutôt que « réparer »…).

Ironie de l’outil, on estime ce que vous rapportez à Facebook en revenus publicitaires… et on vous propose de le comparer avec vos amis et de le partager… sur Facebook. D’ailleurs, à chaque nouvelle étape, Privacyfix vous propose de partager votre satisfaction (Vous vous sentez mieux par rapport à la confidentialité sur Facebook ? Dites-le à vos amis !).

 Si vous choisissez de « régler » un problème, le site vous redirige directement vers la page de paramètres correspondante.

 Attention toutefois, c’est bien de vouloir préserver sa vie privée, mais Facebook n’est pas l’endroit adéquat pour le faire : si vous publiez quelque chose sur Facebook, vous savez qu’il est exposé. Du coup, à vouloir trop se protéger, on en perd l’intérêt du réseau social, notamment dans le cadre professionnel. Le site vous propose par exemple d’empêcher des widgets Facebook de vous tracker sur d’autres sites… Or, si vous « réglez » ce problème, cela signifie ne plus pouvoir cliquer sur « J’aime » quand vous lisez un article que vous voulez partager avec vos amis…

Après avoir effectué le même travail sur Google +, la troisième partie de l’analyse consiste à étudier les sites Internet qui partagent vos données après votre visite ou ayant d’autres problèmes de confidentialité. Pour chacun des sites, l’outil note quatre critères :

  • si les données personnelles sont partagées ou non
  • si elles sont conservées après la visite
  • si l’utilisateur est averti lorsque l’on enregistre ses données
  • si la confidentialité du fournisseur est confirmée

 Pour le premier type de sites, ceux qui récupèrent vos données pour les partager avec d’autres entreprises dans un but publicitaire, vous pouvez « régler » le problème. Pour ce faire, Privacyfix vous indique les adresses e-mails de ces sites et prépare un e-mail tout prêt (mais en anglais) demandant au site de bien vouloir effacer les données liées à votre adresse e-mail.

Puis, il s’attaque aux cookies ! Privacyfix vous donne la liste de tous les sites qui vous tracent et vous informe de votre niveau de protection anti-cookie. Vous pouvez donc supprimer les cookies installés par ces sites et empêcher leur utilisation lors de votre navigation.

Pour finir, Privacyfix vous propose d’installer une « barre de vie » qui vous alertera, à chaque fois que vous naviguez sur un site qui vous trace, et vous proposera de régler la question…

Vous voulez naviguez tranquille ? Utilisez le moteur Ixquick ou encore DuckDuckGo.

 

 

Je partage l'article
Voir les commentaires
4
278 articles
François Perroy est aujourd’hui cofondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques et directeur de l’agence Emotio Tourisme, spécialisée en marketing et en éditorial touristiques. Il a créé et animé de 1999 à 2005 l’agence un Air de Vacances.  Précédemment, il a occupé des fonctions de directeur marketing au sein de l’agence Haute Saison (DDB) et de journaliste en presse professionnelle du tourisme à L’Officiel des Terrains de Camping et pour l'Echo Touristique. Il [...]
Voir les 4 commentaires
Également sur etourisme.info