On va rêver Val Jalbert : un concept de planification résolument innovant!

Publié le 1 septembre 2023
4 min

Cet article a été écrit à quatre mains par Paul Arseneault et Jean-Luc Boulin, co-présidents des Francophonies de l’Innovation Touristique.

Nous évoquions la semaine dernière dans ces colonnes notre forte conviction de modifier les modèles de planification touristique. Or, nous sommes à la veille de vivre une expérience dont l’objectif est de faire un pas de côté assumé dans les études de stratégie touristique.

De quoi s’agit-il?

Présentons le sujet : Val-Jalbert est un village historique et un important attrait touristique du Québec accueillant plus de 120 000 visiteurs par an. Aménagé au début du vingtième siècle pour accueillir un moulin de pâte à papier, il a définitivement fermé dans les années 30. Ce que certains appellent “le village fantôme de Val-Jalbert” est depuis les années 60 un site de visite touristique, majeur au Québec et dans sa région du Saguenay Lac Saint-Jean.

Le Conseil d’Administration de Val-Jalbert a voulu ces derniers mois enclencher une réflexion sur l’adaptation de l’offre touristique du site. Le choix aurait pu être simple : mandater un cabinet d’étude afin de réaliser un diagnostic et de proposer des solutions de réaménagement, de nouvelles attractions, etc.

Mais une rencontre avec Paul Arseneault, co-président des FIT les a rapidement convaincu : et si on faisait différemment ? Si on allait plus loin qu’une étude programmative ?  La question est de se demander qu’est-ce qu’on développe ? Comment on le développe ? Et pourquoi ? Pour répondre aux besoins, aux aspirations de la communauté et de toutes les communautés économiques, culturelles, patrimoniales, sociales, ainsi que des descendants de Val-Jalbert.

Forte d’une première expérience en Suisse en 2021, les Francophonies ont donc proposé le principe d’un cercle d’innovation en immersion. 

Val-Jalbert et le lac Saint-Jean – Photo La Foez – Flickr

Plus d’une centaine de rencontres

La première étape de cette démarche d’innovation sera la venue d’une vingtaine de “révélateurs” du 04 au 10 septembre, sur site. Ces membres des Francophonies ont tous une expertise en tourisme, patrimoine, marketing, gouvernance, etc. 

Tout au long de leur séjour immersif, les révélateurs des Francophonies auront à rencontrer plus d’une centaine de personnes afin de réaliser des ateliers d’idéation et de réflexion. Ces parties prenantes que nous appelons les “bienveilleurs”. Ils sont descendants des habitants de Val-Jalbert, premières nations, élus locaux, membres de l’industrie touristique, travailleurs sur le site, visiteurs, etc. Leur point commun : avoir une connaissance de Val-Jalbert et une expérience avec le site. Aussi, ils seront, à travers ces immersions tous azimuts, apporteurs d’idées, d’opinions, de sentiments, de vécus et de souvenirs vifs et diffus que nous aurons simplement à “révéler”. Nous avons pris un soin tout particulier à organiser et programmer ces différentes rencontres : nous voulons sortir du schéma de l’entrevue classique afin de créer des conditions particulièrement favorables. Le site sera particulièrement utilisé pour ces échanges : aller “jaser” au-dessus de la cascade, prendre un verre de rouge dans la forêt, partager un lunch, etc. Ces immersions utilisent nombre de méthodes du design de services, avec la présence d’une facilitatrice graphique, d’une designer expérimentée et d’un jeune talent local, la production de sons, photos et vidéos.
Elles seront complétées par des ateliers de réflexion collective, hors des thèmes imposés et convenus!

La question première est celle de la place de Val-Jalbert dans les années à venir : qu’est-ce qu’on développe? Comment on le développe ? Et pourquoi ? Quels sont les besoins, les aspirations de la communauté et de toutes les communautés économiques, culturelles, patrimoniales, sociales, ainsi que des descendants de Val-Jalbert? 

A l’issue de ces différentes rencontres, qui auront permis de créer des émotions, de susciter des découvertes de de générer des premières idées, les révélateurs présents croiseront leurs regards. Et en fin de semaine, un premier feu d’artifice de propositions sera tiré sur les bords de la cascade!

Une démarche en trois temps

Mais cela ne va pas s’arrêter au bout de la semaine. Chaque révélateur aura comme mission de produire un rapport d’étonnement et d‘émotion à l’issue de son séjour. La synthèse de ces propositions, incluant les pistes d’innovation sera présentée au Conseil d’Administration de Val-Jalbert en novembre prochain. 

La dernière étape consistera à aller chercher les meilleures entreprises en capacité de mettre en œuvre les pistes d’innovation, voire de créer de nouveaux concepts en prenant le site de Val-Jalbert comme terrain d’expérimentation. 

Ainsi, notre prétention est de sortir des schémas classiques, et de donner aux décideurs locaux une vision à dix ou quinze ans, nécessaire avant tout investissement lourd.

Cette méthode d’immersion avait déjà été testée en Suisse en 2021, mais à petite échelle. Là, les défis sont beaucoup plus importants, au vu du nombre d’experts présents, et d’acteurs locaux impliqués à plusieurs occasions et à plusieurs titres. La préparation a été toute aussi importante, avec une équipe d’animation rassemblant diverses compétences, qui travaille depuis des semaines sur l’organisation et la planification de toutes ces rencontres, qui se dérouleront sous le signe de la socialisation, mais seront le fruit en amont d’un travail minutieux de conception. 

La motivation de toutes les équipes de Val-Jalbert et de sa gouvernance à accueillir cette expérience unique a largement facilité cette mise en œuvre. Il ne nous reste plus maintenant qu’à “rêver Val-jalbert”

N’hésitez pas à suivre dans les jours qui viennent, nos aventures sur les réseaux sociaux, avec les hashtags #revervaljablert et #francotourisme23

Photo Michel Filion Flickr

d

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
783 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 0 commentaires
Également sur etourisme.info